Je ne vous demande pas si vous connaissez Castlevania. Car à l’évidence, oui vous connaissez cette noble série du jeu vidéo ! La grande famille Belmont qui protège l’humanité des forces du mal et d’un certain prince des Ténèbres vampiriques dont on ne sait ce qu’il aurait fait du monde sans la protection que nous ont offerte Sonia, Christopher, Trevor, Simon et Richter… Inutile également de revenir sur mon jugement quant à l’évolution de cette série, qui a réellement perdu son essence en ce qui me concerne avec des épisodes « RPG/Metroid-like » qui ont leurs fans. Fans au nombre desquels je ne suis plus, évidemment…Mais qu’importe, les épisodes originels sont si mythiques que jamais ils ne me lasseront, pour preuve je suis à nouveau sur le premier épisode NES…un sacré challenge dont je me demande comment j’arrivais à triompher aussi facilement et fréquemment en mon jeune âge ! Aujourd’hui j’essaie de le finir deux fois de suite, mais le stage 2-4 est immonde, enfin passons.
Les escaliers...un air de déjà vu ?Et bien, il est évident que le style Castlevania a su inspirer bien des jeux, notamment les adaptations console du Dracula de Francis Ford Coppola. Passons sur ces jeux hélas bien fadasses en comparaison de leur illustre modèle (ou plutôt leurs illustres modèles que sont le roman de Bram Stoker, le film de Coppola et le jeu de Konami) ! Or il est un clone de Castlevania méconnu et pourtant fort appréciable, sorti en 1992 sur Master System. En 1992, année où on pouvait déjà se régaler de Castlevania, Castlevania III, Super Castlevania IV, The Castlevania Adventure, Castlevania II Belmont’s Revenge…Et pour ceux qui se diraient « oh le con, il a même pas parlé de Castlevania II Simon’s Quest », je leur répondrai que ce jeu est tout sauf un Castlevania ! Déjà à l’époque, ces éléments pseudo-RPG dans Castlevania ne m’agréaient guère et je persiste !

Et ce jeu c’est MASTER of DARKNESS !

Vous avez dit "déjà vu ?"Dans ce jeu, vous êtes accueilli aussitot par des images qui vous narrent la sombre histoire à laquelle vous allez devoir mettre fin: un meurtrier sévit dans les rues sombres (elles aussi !) du Londres de l’époque victorienne. De belles images pour une présentation nickel class sur SMS (comme ce fut le cas pour Power Strike II).Evident clin d’oeil à Jack the Ripper. Voyez la configuration de certains passages. On sent l’ombre des premiers Castlevania. Vous êtes convaincus ? Ces escaliers ne vous rappellent rien ?On y retrouve des passages sur deux niveaux et les zombies de castlevania remplacés par des bandits qui ont une dégaine similaire., des esprits tout droit sortis du stage 6 (Damn Wedding) d’un certain Super Castlevania IV et Castlevania III Dracula’s Curse semble être passé par là tout également !
1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *