Call of Cthulhu

Mais jusque dans son game system, Amnesia réussit son pari minimaliste pour maximiser son efficacité. Les références à Lovecraft sont évidentes et ont déjà été mentionnées ici, mais on en trouve une qui parlera d’autant plus aux joueurs de jeux de rôle papier qui savent ce qu’il en coûte de croiser la route des minions des Grands Anciens, dans le monde sans pitié de l’Appel de Cthulhu, les personnages y étant voués à plus ou moins court terme à sombrer dans la Folie, la vraie, celle dont on ne revient pas. Une horreur indicible ne peut que scarifier votre âme de façon irrémédiable. Sans sombrer dans les travers du dit-jeu, Frictional Game axe cependant tout son game system sur cette danse avec la folie qu’entreprend Daniel.

amnesia-the-dark-descent-45

Dans ce milieu anxiogène au possible, chaque événement surnaturel aura tendance à le faire paniquer, ce qui se traduit d’abord par son souffle haletant, mais aussi par des distorsions visuelles basculant rapidement vers de véritables hallucinations si le climat de tension se maintient trop longtemps. Seule source de salut : la lumière, que ce soit celle d’une bougie, d’une torche, d’une lampe à huile, d’un rayon de lune à travers une fenêtre, ou un feu crépitant dans un fourneau ou un âtre de cheminée. La lumière apaise Daniel, mais non seulement celle-ci se fait rare dans ce dédale souvent souterrain, et surtout…vous n’êtes pas seul! Rapidement, le joueur réalise avec horreur que l’élément surnaturel ne va pas se limiter à une porte qui claque et deux hallucinations et demi, non, dans le château rodent des monstres difformes et hostiles, bien évidemment attirés par la lumière!

horror

Daniel peut se cacher dans l’ombre, mais plus il reste dans l’ombre, plus il perd les pédales, et la simple vision de ces monstres lui met déjà un sacré coup! Et quand on tente de fuir en pleine crise de panique, on trébuche, on court lentement, et on a vite tendance à se faire rattraper par les créatures, et écharper en quelques coups bien placés. Car Daniel n’est pas Edward Karnby. Amnesia tout en redorant la mention Survival Horror, se l’approprie en l’érigeant en tant que funeste programme. La lutte conjuguée du joueur et de Daniel sera une lutte pour la survie, contre la folie, dans les tréfonds de l’horreur la plus pure.

tumblr_ly55dsFM6A1qdfwiso2_500

A retenir

Amnesia : The Dark Descent réussit le pari d’imposer son ambiance dès les premières minutes de jeu, plongeant littéralement son personnage et son joueur dans le cœur de l’action, tout en faisant de la retenue, du suspense le plus fin, le plus angoissant son arme principale. La tension est continue, implacable, les moments de terreur pure se succèdent avec la même intensité, bref, Frictional Games recrée le Survival Horror à travers cet hommage vibrant à Lovecraft et fait montre d’un savoir-faire qui rassure quant à l’avenir de la terreur vidéoludique. Et pour ne rien gâcher, le jeu tourne même sur les PC modestes, permettant à tous de s’aventurer dans les tréfonds de l’horreur, là où n’est point mort ce qui à jamais dort…

Informations sur le jeu

Plateformes : PC

Genre : Survival Horror

Développeurs : Frictional Games

Éditeur : Frictional Games

Date de sortie : Septembre 2010

Toma Überwenig

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *