Bis Repetita

B21177on, finalement, les missions consistent à tuer des Titans, sauver des soldats qui ont lancé des signaux de détresse, récupérer des ressources…jusqu’à l’arrivée du méga-boss de la map, aussi inoffensif qu’un mouton. Forcément, au bout d’un moment, le jeu devient super répétitif, ce qui altère quelque peu le plaisir de jeu. Néanmoins, le sentiment de puissance absolue procurée par l’utilisation de l’équipement tridimensionnel, notamment la sensation de voler de bâtiment en bâtiment ne s’estompe jamais et on prend plaisir à parcourir l’enceinte des murs Maria et Rose en survolant les débris des bâtiments détruits par les Titans lors d’une chute, la fin tragique de nos coéquipiers réduits à nourrir ces derniers ou encore les efforts désespérés des troupes essayant de contrer l’impossible.

Le jeu n’est pas très long mais on a la possibilité de prendre part à un nombre excessif de requêtes après le chapitre 3 si l’on veut poursuivre l’aventure. Finalement, la trame des chapitres est redondante et on regrettera le manque de renouveau. Le jeu n’offre finalement pas grand-chose de plus que la série animée au niveau du scénario, se contentant de pondre des passages de l’animé extrêmement bien reproduits, à tel point qu’on se laisse tout de même emporter par le caractère épique de ces derniers. Comme précédemment précisé, on retrouve les personnages phares de la série tels qu’Eren, Mikasa, Armin ou encore Livaï. Ces derniers sont tous jouables et chacun aura droit à son heure de gloire. A la manière d’un Beat’em All tel qu’un Ryū ga Gotoku (ou Yakuza en Europe), les personnages ont des caractéristiques diverses. Mikasa reste le meilleur élément des nouvelles recrues et se voit octroyer la possibilité d’attaquer plusieurs fois sa cible en une attaque, Armin peut donner des ordres à distance aux recrues qui l’accompagnent et Livaï a une attaque impressionnante. Malgré cela, on ne peut pas dire qu’il y ait d’énormes différences en matière de tactique, malheureusement, et le tout demeure insuffisamment varié pour qu’on ne puisse remarquer la répétitivité du soft.

La contre-attaque de l’humanité

218134_screenshot_18_l

Un coup porté à la nuque sera létal

Si vous ne connaissez pas très bien le matériau d’origine, vous vous demandez comment vous allez pouvoir vous défaire de ces Titans. A l’instar d’un Shadow of the Colossus, il existe donc une astuce mais elle demeure cependant la même pour tous les titans, même pour les Boss… Il suffit de viser l’arrière de la nuque, comme précédemment indiqué, à l’aide de son équipement tridimensionnel et de sa paire de lames tranchantes. Les attaques se déroulent de la même manière. Une fois que vous avez compris le truc, c’est un peu comme si vous aviez déclenché une frénésie qui vous emporte vers un véritable génocide, vos doigts ne pouvant s’arrêter de tapoter la même combinaison de touches, encore et encore. En gros, vous ciblez d’abord le Titan et l’une de ses 5 parties. Vous lancez le grappin sur cette dernière et vous vous élancez automatiquement, la touche croix vous permettant d’accélérer votre course aérienne et donc de ce fait, de gagner en puissance. Enfin, il suffit d’appuyer sur la touche triangle pour trancher la partie concernée. Chaque attaque émoussera vos lames et chaque mouvement épuisera vos réserves de gaz. Heureusement, sur la map, des soldats vous permettent de vous ravitailler. Mais attention à bien sécuriser la zone d’abord car ces derniers se font régulièrement attraper par des Titans et lorsque vous arrivez sur place, vous n’avez plus qu’à vous faire cueillir par ces derniers. Vous avez également la possibilité de recruter des soldats pour un total de 4 nouveaux membres dans votre escouade et vous pouvez leur donner des directives de combat. Après avoir rempli des missions secondaires de sauvetage indiquées par des signaux de fumée verte, trucidé plein de titans et atteint un certain nombre d’objectifs, une cinématique se déclenche et vous combattez le boss de la map. A certains moments, vous pourrez également vous battre avec la deuxième forme d’Eren et à la manière d’un Streets of Rage en 3D, vous entamez un Street Fight à l’aide de coups de poing, de prises et d’attaques spéciales plus puissantes.

Certains personnages vous apparaîtront bien faibles (Eren, Armin) tandis que d’autres sont excessivement puissants (Mikasa, Livaï). Fidèlement reproduits, ces derniers arrivent à véhiculer des émotions crédibles dans un univers criblé de désespoir et d’infortune. La terreur que provoquent les Titans chez les humains est assez bien retranscrite et il est aisé de s’émouvoir devant des scènes malheureusement édulcorées dans le jeu mais qui gardent intact ce sentiment d’impuissance si propre au manga. Le gros point noir selon moi reste l’absence de quêtes intéressantes, l’absence d’échanges véritables entre des personnages devenus maintenant cultes et dont on aurait bien aimé davantage de possibilités d’interactions ou de scènes inédites et finalement, le manque de prise de risque de la part d’OMEGA Force et de Koei Tecmo. Un jeu sérieux mais peut-être un peu trop.

A retenir

A.o.T. – Wings of Freedom réussit le pari de transposer l’œuvre japonaise phare de ces dernières années dans un jeu vidéo d’action à la troisième personne de qualité. Le plus difficile était donc de pouvoir retranscrire l’atmosphère unique du matériau d’origine ou de son adaptation sur petit écran. Le jeu reste fidèle à la trame principale de ces derniers en calquant son scénario sur les événements de la première saison de l’animé. Retranscrivant fidèlement les personnages grâce aux doublages originaux de qualité de l’animé, le jeu reste cependant perfectible à bien des égards. Entre un gameplay répétitif et un manque de profondeur criant, il aurait évidemment gagné à prendre davantage de risques. En respectant un peu trop à la lettre son petit cahier des charges, A.o.T. – Wings of Freedom restera seulement étiqueté comme une adaptation réussie et non pas comme un jeu vidéo singulier se démarquant de son modèle pour proposer quelque chose d’unique et de passionnant. A mon humble avis, OMEGA Force s’est mis énormément de pression afin de ne pas décevoir les fans mais ils laisseront beaucoup de joueurs sur leur faim.

ClishClash

Informations sur le jeu

Plateformes : PlayStation 4, Xbox One, PlayStation 3, PlayStation Vita, Microsoft Windows

Genre : Beat Them All/Musou

Développeurs : OMEGA Force

Éditeur : Koei Tecmo Holdings

Date de sortie : 18 février 2016

1 réponse
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    J’ai découvert aot cet été en animé mais comment c’est génial !
    Du coup je suis un peu déçu que ce jeu ne sois pas à la hauteur !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *