Baldur’s Gate a su s’imposer, notamment avec BG2 : Shadows of Amn, comme l’une des séries de RPGs les plus connus et les plus appréciés de la dernière décennie et certainement l’un des jeux les plus aboutis de Bioware Corp. J’en veux pour preuve l’avalanche de mods créés par les fans avides d’y rejouer, encore et encore. Edité par Interplay, développé par Bioware et les regrettés studios Black Isle (filiale d’Interplay), il s’agit avant tout d’une adaptation en jeu vidéo du célèbre jeu de rôle « Donjons et Dragons », avec les règles qui vont avec (seconde édition pour le premier volet de la saga), qui se déroule au beau milieu des Royaumes Oubliés, un décor de campagne créé par Ed Greenwood.

La maître ambiance…

Cette page de création de perso sera votre pire cauchemar : rejouez-reouez-rejouez…

Je manque cruellement d’objectivité pour parler de la saga Baldur’s Gate. Elle reste, à ce jour, ma saga phare, le RPG de ma vie, celui dont je ne me lasse jamais et que je relance (trop) régulièrement. Je n’en ai découvert le premier opus que récemment, mais contre toute attente, il m’a conquise à un tel point que je le préfère désormais à son successeur, malgré un gameplay plus maladroit, plus fastidieux, et des personnages moins charismatiques puisque quasiment muets.D’abord, à cause de l’ambiance, qui vous fout un coup dans la mâchoire dès la scène d’introduction. Elle déboîte. Loin de l’atmosphère fantastique « voyage entre les plans et massacre de démons » du 2, BG1 nous introduit dans un univers plus « rationnel » (ça reste du med fan, entendons-nous), où voir apparaître un démon au beau milieu de la forêt en quête de son petit chien (= loup) ne tient pas lieu de routine. Dans le 2, vous cligneriez des yeux ; là, ça marque. En conséquence, les personnages flippent plus facilement. Et c’est super marrant. Les situations rocambolesques déboulent à la mesure de vos explorations, vous tomberez sur des poulets qui parlent, un mec bourré qui prétendra être une liche, une fille à nom d’arbre, etc, etc… Car BG ne se prend pas au sérieux, au fond. L’histoire est super bien ficelée, certaines situations créent des émotions réelles, mais on ne verse pas dans le mélo ; on rigole beaucoup.

…servi par un bon scénario

T’as raison Papa, ça va marcher, continue.

Parlons du scénario, justement, que je trouve plus défini, plus entraînant que celui du 2. Baldur’s Gate raconte avant tout l’histoire d’un boulet : « Mainchar ». Votre personnage a passé pratiquement toute sa vie entre les murs d’une forteresse bibliothèque du nom de Châteausuif, sous la tutelle du mage Gorion, un brave type avec une barbe blanche, une robe grise, une voix de gentil puissant, et un passé aussi nébuleux que celui du personnage principal. S’ajoute à cela une petite peste du nom d’Imoen, à peine plus jeune que Mainchar, à la voix française proprement INSUPPORTABLE – j’y reviendrai. Tous ces boulets vivent donc pépères et la plus grande aventure que le personnage ait pu vivre jusque-là, c’était sans doute prendre sa première cuite. Tout ce petit monde s’effondre néanmoins lorsqu’un grand type de près de deux mètres répondant au doux nom de Sarevok a décidé qu’il voulait votre peau, et que papa Gorion, en tentant de vous sauver, se fait rétamer comme une merde par le dit géant pendant que vous prenez vos jambes à votre cou – comme un gros lâche, oui. S’ensuit un aparté désespéré avec votre journal, puis votre aventure commence. Vous prendrez part aux conflits politiques et à la crise du fer qui frappe la Côte des Epées, ce qui a priori n’a aucun rapport avec votre situation personnelle. Et pourtant.

10 réponses
  1. Saint-Onge
    Saint-Onge dit :

    Tu peux très bien jouer méchant dans BG. Commence d’abord par tuer Firebead Elvenhair (2 700 xp) au début du jeu et d’aller tuer des gardes dans la barraques. Pour ce qui est de la réputation, c’est pas si dur que ça… avec 8 de rep, elle descend a 6 quand tu tues. Paies 300 gp pour la faire monter a 8, tue, et elle descend encore a 6. a 6, tu ne risque pas de te faire attaquer par les Flaming Fist Soldiers. Oui c’est plus dur, mais c’est pas impossible.

    Répondre
  2. Karrie
    Karrie dit :

    Oui, j’entends, j’ai pas dit que c’était impossible, mais c’est laborieux, beaucoup plus qu’avec un perso gentil. Aussi, ce que je voulais surtout dire c’est que la narration porte pas vraiment à choisir une orientation de méchant. Déjà on doit tuer un grand méchant, on est élevé par un très gentil mage, on doit sauver une ville quoiqu’il arrive… et beaucoup de quêtes ne peuvent être résolues qu’en jouant les gentils (Mélicamp, la quête principale, etc.).
    Et puis tuer des gens, oui, c’est marrant ; le rôle de psychopathe est un rôle comme un autre et ça peut être amusant. Mais si on voulait jouer un calculateur, un manipulateur en somme ? Le système de réputation empêche ça. Je préfère le karma dans Fallout, par exemple. Quand tu tues un gus en plein désert, ton karma baisse mais ta réputation bouge pas. L’idéal, pour moi, aurait été d’implémenter un système du même genre. Je crois même qu’il y a des mods pour ça.

    La vache, pavé. Mais merci de ton avis. ^^

    Répondre
  3. jordileplat
    jordileplat dit :

    Slt, merci pour ton article, tu as fais remonter les 3 mois non stop de hardcore gaming que je m’éttais fais sur Baldur’s Gate lorsque j’avais 15ans, ce jeu est juste ENORME !
    J’ai bien tenté de jouer au 2eme volet un bon 4 ou 5 fois mais la sauce ne prend pas, au bout de 10-15 heures de jeu j’arrête…
    Nul doute que je me referais Baldur’s Gate 1 un jour ou l’autre, sur un bon bien CRT 15″, rien de tel pour un vieux jeu 😀
    allez bon gaming ami(e)s gamer et gameuse

    Répondre
    • Karrie
      Karrie dit :

      Baldur’s Gate 2 a effectivement une ambiance radicalement différente. Beaucoup plus fantastico-médiévale. J’avais commencé par lui (pratiquement à sa sortie), je n’ai découvert BG1 que l’année dernière et j’ai été vraiment surprise de voir à quel point il m’a plu ! Après je ne sais pas ce qui te rebute dans le second volet. Si c’est l’ambiance, je peux comprendre, ça n’a vraiment rien à voir.

      Répondre
  4. Le serpent
    Le serpent dit :

    J’ai commencé BG 1 pour voir si ce que tu disais était vrai.
    Et bien oui!!!!!
    Mis à part que ca pique un peu les yeux lol.
    BG 2 a bien mieux vieilli

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *