les-oublies-de-la-playhistoire-vol1

Ils sont beaucoup dans ce cas, certains bien plus que d’autres. Le chemin du jeu vidéo est semé de titres qui n’ont pas eu parfois les honneurs de la reconnaissance critique, commerciale et publique qu’ils mériteraient, malgré des qualités de gameplay indéniables et d’intéressantes idées de design et de narration. C’est à ces Oubliés de la Playhistoire que Florent Gorges consacre une émission diffusée sur la chaîne Nolife depuis septembre 2012. L’ensemble des courts épisodes de la première saison de cette série a été compilé dans un coffret comprenant deux DVD accompagnés d’un livre retraçant, via un récit principal à la première personne et des interviewes, sa création, des prémices aux tournages, ainsi que des fiches récapitulatives. Du fond à la forme et vice-versa.

Contenu

oublies-playhistoireLes Oubliés de la Playhistoire ont en réalité trois niveaux de lecture et deux objectifs majeurs, les uns masquant habilement et subtilement les autres. Comme avec ses précédents travaux, Florent Gorges vise la transmission de l’histoire logicielle, plus que technique, du jeu vidéo. Via des exemples bien précis de softs que la grande frise chronologique a laissés de côté, l’émission et le livre retracent une certaine évolution du gameplay et décrivent un contexte remarquablement référencé. Cependant, les titres traités dans cette saison 1 sont plutôt pointus, appartenant définitivement à un certain pan de cette fameuse Playhistoire. Ainsi, ils évoqueront surtout des souvenirs et des notions aux plus fins connaisseurs, tandis qu’ils susciteront curiosité des amateurs classiques et serviront de base à un propos plus profond et plus général aux néophytes, finissant ainsi le triple niveau de lecture. De cette manière, Les Oubliés de la Playhistoire peuvent ainsi toucher tous les publics du jeu vidéo, la formule sous forme de cours scolaires décrite plus bas aidant également beaucoup.

Le livre accompagnant les DVD reprend dans les grandes lignes le script des émissions et chaque jeu cité a droit à une fiche concise qui s’attarde sur le contexte de sa sortie sur le marché, fournit des anecdotes et surtout, souligne le ou les points forts qui font que Florent Gorges décide de s’y attarder. Parmi les plus marquants, il y a par exemple le suprenant Kaze no Regret, premier soft pensé pour être pratiqué par des personnes non voyantes. Ou encore Gambare Gorbi!, puzzle game dissimilant un message politique et mettant en scène Mikhaïl Gorbatchev, et Sleepwalkerganbare-gorby-ss02 dans lequel le joueur contrôle un chien devant guider un somnambule. Mignonne est aussi l’anecdote liée à Binary Land, histoire d’amour entre deux pingouins qui aura trouvé une résonance entre un programmeur et l’assistante de réalisation, le premier dissimulant un message à la seconde disponible via une manipulation de boutons à l’écran-titre. L’émission s’enrichit de ces petites histoires, pour mieux décrire une plus grande, celle de trop nombreux softs passés à côté d’une exposition et d’une reconnaissance plus grandes et plus justes.

3 réponses
  1. Flbond
    Flbond dit :

    C’est un pur bonheur ce livre! bien résumé!

    Mais c’est vrai qu’il ne faut pas s’attendre à un grand show, c’est dans la pure tradition de ce grand historien du jeu.

    Répondre
  2. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Excellente chronique, Totof!

    Et bon, ça sent l’achat à la soirée Shoot’em Down, ça!

    Je suis déjà bien fan de l’émission à la base (malgré son ton parfois trop léger à mon goût, mais qui a gagné en profondeur au fil des épisodes), ne serait-ce que pour les quelques perles découvertes, et les quelques fois où j’ai pu dire « Mais je connais ce jeu!! Roooh! J’avais complètement oublié! »

    Bref, comme souvent, on se rejoint sur le regard porté sur l’émission, et j’attends beaucoup du livret.

    Mais je ne pardonnerai jamais à Florent Gorges d’avoir trouvé le terme Playhistoire. Ca m’énerve!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *