Alien, le huitième passager a su surprendre lors de sa sortie en 1979. Ce point de départ a permis de créer toute une saga qui a pu développer un univers grâce à des films, des romans, des comics, des jeux de société et, bien sûr, des jeux vidéo. Cette saga en est pour beaucoup concernant le développement la SF au cinéma mais a aussi imposé le genre « horreur spatial ». Elle est très populaire et a même établi des concepts dont beaucoup d’œuvres vont s’inspirer par la suite. Mais qu’est-ce que cela donne au niveau des jeux ?

Alien (1982)

Après que le premier film soit sorti durant la fin des années 1970, la première itération virtuelle d’Alien fait son apparition. Le panel de console n’étant pas aussi grand que de nos jours, c’est la jolie Atari 2600 qui fut choisie.

Comme la majorité des jeux de la console, ils se ressemblent tous. Clairement quand on y joue ça se rapproche beaucoup de Pac-man sorti à l’époque. Les décors sont simples, avec une espèce de vue du dessus. On dirige notre personnage (surement Ellen Ripley ??) qui se balade dans un labyrinthe, attrapant des « points » et contournant les xénomorphes qu’elle pourra éliminer en attrapant un objet spécial. Nous voilà face à un clone de Pac-man qui n’apporte pas grand-chose de plus.

Aliens (1984)

Une autre tentative d’adaptation nous a offert un jeu sur Zx Spectrum, Amstrad CPC et Commodore 64 en 1984. Visuellement ça reste très basique.

Cette fois-ci, c’est une espèce de jeu de stratégie où l’on peut donner des ordres aux différents membres du Nostromo. On ordonne alors aux personnages de se déplacer sur la carte du vaisseau, ils peuvent y ramasser des objets, le but étant de retrouver un Alien. Le moral des troupes peut changer selon les ordres donnés et peut ainsi jouer sur leur obéissance.

Alien the computer game (1986)

De nouveau, le premier film se voit adapté en 1986, encore sur Zx Spectrum, Amstrad CPC et Commodore 64. Développer sur ces consoles permet d’avoir davantage de contenus que précédemment et un niveau visuel plus intéressant (on reconnaît bien les xénomorphes).

Ici, le scénario du film est plutôt bien suivi, les différentes scènes s’enchaînent permettant aussi de proposer des gameplays différents : des phases d’entraînement avec différentes armes et équipements, de pilotage d’un vaisseau à la première personne, de shooter 2D, de labyrinthe (ressemblant à la version Atari 2600) et de « combat » avec Ripley, en vue à la première personne.

Alien 3 (1992)

Le film Alien 3 sort en 1992 et bien sûr plusieurs adaptations verront le jour. Toutes les consoles vont y avoir droit, Master System, Amiga, Commodore 64, Gameboy, Game Gear, Nes, SuperNes et Megadrive. Sachant que les versions plus récentes se présentaient avec des graphismes plus jolis.

Un jeu joli visuellement et au niveau sonore. Le design de l’environnement, des personnages et des créatures est réussi.

Le jeu se base sur le scénario du film tout en mettant l’accent sur l’action tout le long des niveaux. On se retrouve avec Ellen Ripley qui se réveille de son hibernation après le crash de son vaisseau, un xénomorphe s’y cachant. L’objectif principal est simple, le poursuivre et le tuer, mais pour y arriver, plusieurs « quêtes » vont s’enchaîner : réparer des systèmes du vaisseau, sauver des membres de l’équipage, chercher tel ou tel objet… Ripley va avoir droit à tout un arsenal : armes, explosifs, capteur de mouvement… pour faire face à bon nombre d’ennemis.

Alien : a comic book adventure (1995)

En 1995, un nouveau titre arrive sur PC, dont l’histoire n’est pas tirée du film. On contrôle le colonel Hericksen, qui se réveille de son hibernation (oui encore !) après que son vaisseau ait reçu un appel de détresse. Lui et son équipage vont alors se rendre sur place pour enquêter.

Nous voilà devant le premier point and click de l’univers Alien. Les graphismes sont similaires à ce qui se faisait à l’époque pour le genre, tout en intégrant cet univers SF. Comme tout bon point and click, on passe de tableau en tableau, en résolvant des énigmes grâce à des objets, avec bon nombre de dialogues et même des scènes de combat. Le tout n’est pas très plaisant à jouer, il n’y a clairement pas eu assez de temps de développement.

Alien Trilogy (1996)

1996, un nouveau jeu fait son apparition, on change de génération, nous voici donc sur Playstation, Saturn et PC. Après avoir adapté les opus séparément, on assemble les 3 et on prend les meilleurs moments. Ellen Ripley doit se rendre sur une colonie infectée volontairement pour étudier les Xenomorphes, comme tout s’est mal passé, elle va devoir régler tout ça.

L’enveloppe visuelle est très réussie et colle bien à la saga. Mais c’est surtout au niveau du son que l’on ressent bien l’ambiance Alien, les musiques et les bruitages parvenant à nous maintenir sous tension.

C’est le premier FPS de la saga et il ressemble beaucoup au canon du genre de l’époque. On avance dans de grands niveaux, très spécifiques des FPS des années 1990, on explore un peu et dézingue pas mal d’ennemis différents (Alien, facehuggers, humains infectés, etc…). Pour ça, Ripley aura un plan d’armes assez large, passant du fusil à pompe au lance-flamme.

Tout est fait pour rendre un grand hommage à la trilogie de films.

Aliens Online (1998)

Il fallait s’y attendre, en 1998 sort le premier FPS multi-joueurs de l’univers Alien sur PC. Il ne faut pas compter sur une histoire, il n’y a que des maps inspirées de la saga.

Comme tout bon FPS multi, les joueurs s’affrontent sur différents modes. Le plus de ce jeu est qu’on peut choisir entre 2 camps, soit les marines soit les aliens. Chaque faction ayant différents personnages ou « jobs » (soldats, médecins, reine, facehugger…) et différentes habiletés (équipements pour les marines, capacités pour les aliens).

Les problèmes de connexions internet et le mauvais équilibre mettront fin à ce jeu.

Alien, la Résurrection (2000)

En 1997 sort le quatrième film, ce qui va donner une nouvelle adaptation exclusive à la Playstation en 2000.

Côté histoire, ce jeu suit relativement bien le scénario du film, en prenant parfois quelques libertés. Mais il a surtout su retranscrire l’atmosphère bien particulière de la série. D’abord visuellement, les décors sont réussis, les effets visuels très travaillés, tout comme la lumière, mais également au niveau sonore.

On dirige Ellen Ripley (enfin un de ses clones plutôt) qui se réveille sur l’USM Auriga, elle va devoir mener à bien plusieurs « quêtes » en se baladant dans tout le vaisseau. On incarnera d’autres personnages qu’elle rencontrera au fil de l’aventure où il faudra résoudre quelques « énigmes » et combattre beaucoup d’ennemis. C’est un FPS avec un côté survival horror. Quelques soucis au niveau des contrôles viennent entacher le gameplay, surtout lors des combats. Le jeu est également connu pour être assez difficile.

Aliens Thanatos Encounter (2001)

La GameBoy Color va aussi connaître un jeu Alien en 2001, une exclusivité de la console portable. Ici on ne suit pas l’histoire d’un des films, on contrôle un groupe de marines bloqué dans un vaisseau infesté d’aliens, pas de réelle originalité. L’une des choses intéressantes est qu’il faut choisir un membre parmi notre peloton et s’il meurt, il est remplacé par autre.

L’ambiance et l’univers de la saga sont respectés, que ce soit les côtés angoissant et stressant, les graphismes, la bande son inquiétante, le bestiaire bien connu.

Tout ceci pour justifier un jeu d’action-shoot. On va courir partout en dézinguant à tout va tout ce qui bouge, avec un gros panel d’armes permettant de casser la répétitivité du gameplay. C’est très nerveux. Plusieurs modes de tirs sont disponibles afin d’appréhender chaque type d’ennemi et d’environnement. Il y a tout de même pas mal d’objectifs à atteindre, il ne faut pas seulement tirer non-stop.

Aliens : Infestation (2011)

Dix ans se sont écoulés depuis le dernier jeu Alien, nous sommes en 2011 et voilà qu’un nouvel opus arrive exclusivement sur Nintendo DS.

Un scénario inédit a été écrit pour ce jeu : on dirige un escadron de quatre personnages qui vont se retrouver sur l’USS Sulaco pour capturer une créature inconnue. Bien sûr, il va y avoir quelques soucis qui vont rendre la mission encore plus difficile. Classique, mais la mise en scène est très efficace.

C’est la première fois que l’on a droit à un metroïdvania, on mélange alors action et plateformes sur une grande carte où il va falloir avoir tel objet ou capacité pour progresser. Ce genre fonctionne parfaitement avec la saga Alien. Le petit bonus étant que les morts sont définitives, c’est-à-dire que dès qu’un de nos personnages meurt, il ne reviendra pas. Heureusement, on peut remplacer un mort par des marines rencontrés dans le vaisseau.

L’univers Alien est incroyablement bien retranscrit, l’atmosphère est pesante voire moite, il y a de beaux jeux de lumières, des couloirs étroits, une sensation de claustrophobie et une ambiance sonore digne des films.

Aliens : Colonial Marines (2013)

Un nouveau FPS Alien est annoncé sur PC, PS3 et Xbox360, beaucoup l’ont attendu, malheureusement à sa sortie en 2013, ce fut la déception.

Ce jeu est censé être une suite de Aliens, le Retour mais il ne prend pas en compte tout ce qu’il s’est passé dans le film. Du coup on se retrouve avec tout un tas d’incohérences (des résurrections magiques !). On se retrouve avec des marines (oui encore !) qui se crashent sur la colonie que Ripley a détruite (qui n’existe plus normalement).

L’ambiance de la saga n’est pas vraiment respectée, on est face à une grosse parodie qui rend le jeu un peu ridicule. Les environnements ne sont pas très jolis, souvent sombres et les lumières ratées.

C’est un FPS lambda, on tire sur des ennemis qui n’ont aucune cervelle. De plus, la maniabilité n’est pas très bonne et le level design sans recherche. On ne s’amuse pas vraiment, que ce soit en solo ou en multi.

Alien : Isolation (2014)

En 2014 sort un des meilleurs jeux de la saga Alien sur PS4, PS3, Xbox360, XboxOne et PC.

Ce jeu s’intègre entre les 2 premiers films tout en créant une histoire originale. On dirige Amanda Ripley, fille d’Ellen, qui se rend sur la station spatiale Sevastopol où il va se passer pas mal de choses. Clairement c’est un jeu fait pour les fans de la saga, tout y est respecté. Visuellement, on se retrouve dans des structures sombres, avec de beaux jeux de lumières, c’est assez froid. On a un univers très SF années 1970-1980, avec tous ces gadgets, ordinateurs et armes rétro-futuristes.  L’ambiance est très pesante, on se sent souvent seul, stressé. Le travail du son est remarquable, que ce soit lors des moments de stress, d’action, les bruitages, les sons étouffés dans l’espace…

On laisse tomber tout ce que l’on a fait auparavant, on abandonne l’action à tout va pour se retrouver avec un jeu de survie. Notre amie Amanda n’a pas grand-chose sous la main et va devoir se cacher face au grand ennemi du jeu, un Xenomorphe qui nous tue obligatoirement s’il nous repère. On sera donc souvent seul face à nos peurs. Il va falloir ruser pour passer inaperçu, faire diversion. Heureusement notre héroïne aura à sa disposition pas mal de gadgets (merci au super radar !) et d’objets qu’elle pourra crafter. Même si elle aura des armes, très peu de munitions sont disponibles.

Ce tournant dans la manière d’adapter la saga Alien est une réussite, on a l’impression de participer à un vrai film Alien.

Alien : Blackout (2019)

Après pas mal de teaser, un nouvel Alien a été annoncé début 2019. Beaucoup ont espéré une suite au très bon Isolation. Mais la déception arriva vite vu qu’il ne s’agit que d’un épisode mobile. L’histoire reprend pourtant le personnage d’Amanda Ripley. En espérant que cet épisode donnera naissance à d’autres « vrais » titres.

A retenir

La saga Alien a su s’épanouir dans le domaine du jeu vidéo, que ce soit en suivant les films ou en créant du nouveau contenu scénaristique. En plus de retrouver l’univers bien connu, les joueurs peuvent se plonger dans cette ambiance bien particulière. Tous ces titres sont plus ou moins réussis mais chacun est parvenu à apporter sa pierre à l’édifice. Il ne faudrait surtout pas oublier la « sous saga » Alien VS Predator qui a aussi plusieurs jeux à son actif et aussi les quelques titres arcades sortis (comme la version Alien 3 The Gun, un rail shooter).