Il y a des tartes qui se perdent…

Récemment, un projet de crédit d’impôts destiné aux professionnels du jeu vidéo a été abandonné en Grande-Bretagne, une décision préjudiciable, mais qui ne justifie pas ce qui va suivre. Faute à la Crise ou pas, l’abandon de ce crédit a suscité de vives réactions chez les professionnels du milieu surtout le géant américain : Activision.

Sur ce sujet, l’irritable Bobby Lotick est très clair dans ses propos, relayés par le journal britannique The Telegraph : « Je pense que (l’annulation du crédit d’impôts) était une grave erreur ». Le plus horripilant président du monde des jeux vidéo évoque ainsi des pays où l’herbe semble bien plus verte pour la création de jeux vidéos : « Il y a tellement d’autres endroits où l’industrie du jeu est encouragée ». On pense évidemment au Canada, où le jeu vidéo est largement subventionné et où Activision possède moult studios. Mais aussi en Chine ou à Singapour, futures terres d’asile. Selon le journal qui a relayé l’information, le départ du géant Américain de Grande-Bretagne entraînerait la perte de 600 emplois, ce qui peut-être, pourrait peser dans la balance face aux décisions prises par le gouvernement britannique… Bobby, tu joue à un jeu dangereux et j’aimerais bien que tu t’y fasse prendre ! Comme si la firme aux Guitar hero, Call of duty, et World of Warcraft, ne faisait pas assez de bénéfices. Heureuseusement que de petits studios indépendant résistent encore à l’envahisseur de la technologie à outrance et ne prend pas les joueurs pour de bennés. Affaire à suivre…

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *