Décidément cette année 2012 est fort cruelle avec le monde du jeu vidéo. Sega France, Onlive, et aujourd’hui Sony CE Liverpool en ont fait les frais. Pour les plus vieux, Sony Liverpool c’était surtout Psygnosis, une boîte à qui l’on doit un paquet de classiques et une bonne partie de la démocratisation du jeu vidéo des années 90. Shadow of the Beast, Lemmings, Wipeout, Formula One, Destruction Derby, Colony Wars, Alundra, G-Police, Rollcage… Cet éditeur hors-paire, producteur génial de l’époque Playstation, c’était vu approprié par Sony en 1993, avant de totalement se faire absorber en 1999, devenant alors SCE Liverpool, perdant alors son de chouette vraiment mythique et le fameux jingle de faucon qui me donne encore des frissons.

Bloodevil

5 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Ca fait carrément mal au coeur, je me souviens de la baffe que m’avait infligé Shadow of the Beast et ses 16 scrolling différentiels (bon, il fallait survivre à la maniabilité en papier crépon du jeu pour les voir bouger, mais quand même, c’était beau), ou de la beauté surréaliste de Agony, ce shoot’em à la réalisation hors norme…
    …oui, ça fait mal… c’est une boite qui m’aura scotché devant l’amiga 500, entre émerveillement et WTF, pour de nombreuses heures.

    (et total respect à Yannou en passant 😉 )

    Répondre
  2. Yannou
    Yannou dit :

    Lol je confond toujours mais j’ai l’impression d’avoir appercu ce logo sur GT2 je sais pas pourquoi je mérite dix coup de fouet par Denics pour ma faute

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *