C’est en ce  week-end de Pâques que nous avons eu écho d’une bine triste nouvelle… Jack Tramiel, le fondateur de Commodore et sauveur d’Atari en 1984, est décédé dimanche 8 avril, à 83 ans. Cet homme a eu un destin peu commun dans l’histoire assez récente du jeu vidéo. Né en Pologne en 1928, il réchappe aux camps de concentration après six ans de travaux forcés, et part aux États-Unis travailler pour l’armée. Spécialisé dans les machines à écrire, il fonde Commodore Portable Typewriter Company en 1954, puis passe au marché des calculatrices quelques années plus tard, rebaptisant sa société Commodore Business Machines (CBM), et enfin à la micro-informatique à la fin des années 70. Tramiel  lance le VIC-20 en 1981, qui rencontre un énorme succès. À un prix abordable, les foyers peuvent enfin s’offrir un ordinateur. Mais c’est surtout le Commodore 64, en 1982, l’année suivante, qui reste gravé dans les mémoires et demeure à ce jour le micro-ordinateur le plus vendu de l’Histoire, avec plus de 20 millions d’exemplaires. Mais la concurrence déclenche une guerre des prix, et les profits ne sont pas à la hauteur et le conseil d’administration de Commodore préfère se séparer de son fondateur. Tramiel décide alors de racheter Atari suite au krach de 1983. L’entrepreneur redresse la firme. À la fin des années 1980, il se met en retrait pour laisser son fils Sam à la tête de la société. Quand Sam a une attaque cardiaque en 1995, Jack Tramiel reprend les rênes de la société, mais il est trop tard, et les flops de la Lynx et de la Jaguar scellent le sort de la société.Confronté à des pertes colossales, il décide alors de revendre la société au fabricant de disques durs Jugi Tandon Storage (JTS), dont il devient l’un des administrateurs. En 1998, JTS fait faillite et cède Atari au fabricant de jouets Hasbro. La marque sera finalement vendue en 2001 à l’entreprise française Infogrames qui prend le nom d’Atari en mai 2003. Il prend alors une retraite bien méritée… Et nous quitte.

Le Serpent

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *