BIENVENUE AU PARADIS CRÉATIF

Le BFG 9000, un ami qui vous veut du bien.

Oui c’est la cerise sur le gâteau, un éditeur de niveaux qui est en plus accessible et rapide d’utilisation. Intégré directement au jeu principal, Snapmap se lance comme une partie classique dans Doom. Une fois l’éditeur lancé, un tutorial explique pas à pas tous les éléments disponibles et la manière de faire un premier niveau complet de bout en bout. Comme pour un certain Timesplitters 2 à l’époque, la première chose qui vient à l’esprit en utilisant Snapmap c’est la simplicité. On place les salles comme un réseau de cubes, on change leur aspect et leur forme, et on place les éléments que l’on souhaite. Si le niveau est destiné au solo ou à la coopération, une indication du point de départ et de l’arrivée suffira à pouvoir lancer le niveau créé, et si le niveau est destiné au deathmatch (ou autre mode multi), on pourra tout configurer pour les conditions de victoire ou de fin de partie. Bien sur ce ne sont que les bases, chacun pourra aller plus loin pour fixer chaque cm² de sa création et pourquoi pas inventer de nouveaux concepts.

L’éditeur est d’ailleurs disponible pour tous les supports, ce qui permet également aux joueurs consoles de pouvoir s’amuser sur l’outil, comme cette personne ayant fait un MOBA à partir d’un FPS avec comme principale arme une manette de PlayStation 4. Et en parlant de créations, si l’on ne se sent pas de créer soit même des choses, on peut bénéficier d’une « bibliothèque » de créations assez gigantesques dans tous les modes de jeux. Parfois, certains joueurs ont pu créer des campagnes entières à faire en coopération, tandis que d’autres ont plutôt fait des arènes de deathmatch ou encore des niveaux pour récolter des points débloquant de nouveaux éléments. Il y en a pour toutes les envies et tous les goûts. Un parcours sans faute pour Doom qui domine le…ah non il faut parler du multijoueur c’est vrai.

BIENVENUE DANS LE MULTIJOUEUR BOF BOF

Toi aussi emmène ton bras favori partout

Oui, tout n’est pas rose dans le petit monde de Doom, et le multijoueur est la seule ombre au tableau du jeu. Non pas qu’il soit catastrophique en soi, mais malheureusement, il est plat comme la surface de l’UAC. Développé en partenariat avec Certain Affinity, un studio spécialisé dans les modes multijoueurs, avec notamment celui de Halo 4 (correct), Call Of Duty Ghost (mon dieu) et surtout Halo Master Chief Collection (courage fuyons). Les modes de jeux sont au nombre de sept, sur un total de neuf cartes si l’on ne compte pas les DLC (et 15 avec). Une impression de variété qui est vite stoppée en regardant de plus près les modes. Par exemple, Team Deathmatch et Freeze Tag sont sensiblement le même mode, sauf que le second freeze chaque joueur fraggé pour un temps, pour qu’il soit sauvé (ou non).  Domination et Warpath sont deux modes de conquête d’un territoire, mais dans Warpath les points de conquête sont en constant déplacement. Le seul mode qui, bien que classique, plaira aux anciens, est le Clan Arena, qui supprime tout bonus, laissant le simple combat comme seul arbitre. Mais même ce dernier est une sorte de Deathmatch, et ce n’est pas la présence de Runes démoniaques permettant de se transformer en monstre qui pourra renouveler éternellement l’intérêt.

Car oui, même les sensations en jeu sont plutôt molles, les cartes SnapMap étant plus variées et dotées d’options pouvant augmenter la vitesse. On se retrouve avec un ajout qui semblait obligatoire sur le cahier des charges mais qui ennuie très rapidement et ne fait pas honneur à la série. Étonnamment, c’est le premier morceau du titre à avoir été dévoilé par Bethesda et Id Software, causant un gros doute parmi les joueurs ayant pu tester la bêta sur la qualité finale du titre, avant de renverser la vapeur avec une démonstration convaincante du solo. Le roi du FPS a des cadavres dans ses geôles, mais malgré ça, a repris son trône.

A retenir

Le roi est effectivement de retour. Après un développement plus que problématique, et une orientation beaucoup trop Call Of Dutyesque, les équipés de Id Software et Bethesda ont eu bien raison de revenir aux fondamentaux. Le jeu est furieusement rapide, fun, gore, en employant tous les mécanismes qu’il a lui même perfectionné plus de 20 ans auparavant, tout en se débarrassant des surplus scénaristiques et de gameplay lourd de certaines productions actuelles. On peut regretter néanmoins un multijoueur passable et certains passages un peu redondants, mais si vous voulez de l’action non stop, n’hésitez pas : allez buter du démon sur fond de guitares violentes.

Flbond

Informations sur le jeu

Plateformes : PC – Xbox ONE – PS4

Genres : FPS 

Développeurs : id Software

Éditeur : Bethesda

Date de sortie : 2016

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *