Déceptions

Pour cette version Revival, datée donc de 2016, qu’en est-il des attentes et des résultats? D’une part, une créativité “à l’indépendante”, pour suivre un peu le regard porté par Dino Dini sur la production vidéoludique récente. Et d’autre part, le feeling du gameplay à un bouton. Pour ce dernier, ok vous pouvez oublier les carré+croix, les R2 enroulés, les passements de jambes, etc. Rien de tout cela ici et c’est évidemment tant mieux. Tout se fait avec croix ou R1, les différentes actions (contrôle, passe, tir) se distinguant par la pression exercée sur le bouton. Il en va de même pour les phases défensives, où mettre le pied se transforme bien souvent en un bon gros tacle qui laisse des traces béantes sur la pelouse, donnant ainsi un aspect rugueux et arcade au gameplay – et non dénué de plaisir inavouable (bah en fait si, je viens de le faire). Première curiosité donc pour un jeu qui se veut normalement orienté simulation… De même que les noms de joueurs déformés dignes des PES originaux, mais on ne va pas s’en plaindre, loin s’en faut. En fait, Dino Dini’s Kick Off Revival se retrouve rapidement le séant entre plusieurs chaises: arcade, simulation d’antan, faire du neuf avec du vieux (mais jamais l’inverse).

KOR-screen5-580x329

La plus grande déception reste probablement cette énorme difficulté, voire cette impossibilité, à construire des attaques et à marquer sur des centres. On ne se dépare jamais de cette impression de seulement “balancer devant”, selon l’expression consacrée; pratique d’autant plus incitée par l’absence totale de hors-jeu (et de règles arbitrales bien définies au sujet des fautes). Le mode Practice est particulièrement austère et mal pensé, avec différents cercles posés sur la pelouse avec seulement inscrits les défis, mais sans aucune explication supplémentaire. La même angoisse se retrouve au moment de tirer un coup de pied arrêté. Difficile à doser, le ballon se retrouve souvent à quelques centimètres du tireur, inexploitable. Ceci est d’autant plus dommage que le jeu de tête, plutôt connoté arcade, n’est pas si mauvais sur le timing, même si la représentation par-dessus masque par nature la hauteur et si les distances parcourues sur l’horizontale après un saut sont un peu exagérées. Sur la forme, Dino Dini’s Kick Off Revival est particulièrement fainéant. Le public, les tribunes et les abords du stade sont représentés par de grossiers polygones. Et le contenu est on ne peut plus famélique, avec en plus du mode Practice sus-cité, la possibilité de jouer un match et l’Euro 2016. Et c’est tout. Aucune possibilité de changer de tactique par exemple. Pour un héritier de Kick Off, ça la fout un peu mal. On aurait voulu, pourquoi pas, rejouer des matches de légende, des références aux précédents opus ou voir des adaptations fines mais significatives pour rendre a minima le jeu de passes plaisant et accessible.

A retenir

Plus que rétro, l’expérience Dino Dini’s Kick Off Revival arrive très difficilement à sortir de son anachronisme. On aurait pu attendre plus longtemps pour avoir quelque chose de plus consistant, plutôt que ce contenu maigre et ce gameplay mal calibré d’un titre sorti lors de l’Euro 2016 pour très probablement profiter de l’émulation autour de la compétition. Certes, des patches sont promis pour améliorer l’expérience, mais il convient de questionner l’intérêt pour un tel titre d’une version physique, exclusive pour un temps à la PS4 (trahissant par là son héritage PC) et à ce prix. Si Sensible Soccer refait comme prévu son apparition en 2017, il aura pour lui, comme à l’époque, de passer après Kick Off. À lui de ne pas commettre les mêmes erreurs et de mieux réussir la synthèse entre plaisir nostalgique et adaptation à son temps. Affaire à suivre.

Informations sur le jeu

Plateforme : PS4

Genre : Football

Développeurs : Avanquest Software

Éditeur : The Digital Lounge

Date de sortie : 24 juin 2016 

2 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] se trouve alors à l’exact opposé des occidentaux Kick Off et Sensible Soccer, des anglais Dino Dini pour Anco (1989) et John Hare pour Sensible Software […]

  2. […] Dino Dini’s Kick Off Revival, Totof, Le Serpent Retrogamer. […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *