Nous sommes le 23 novembre 2011, une grande date pour Le Serpent Retrogamer. Ce fut la toute première fois que nous étions invités à un lancement de jeu. C’est n’est peut-être pas grand chose, juste un rite de passage quelconque dans le monde des sites reconnus par la communauté des éditeurs… Mais pour nous, cela veut dire beaucoup. J’ai donc réalisé ce reportage avec beaucoup de professionnalisme certes, mais aussi beaucoup d’émotions. Jugez en par vous même.

Une réception de qualité

Une très belle pièce principale

Avant de commencer  à aborder le contenu, j’aimerais vous parler de la forme de cette réception. La qualité de cette dernière ne peut rester dans l’ombre, même si mon enthousiasme de découverte de ce monde merveilleux peut être supérieur à l’objectivité qui doit être la mienne. La devanture du lieu de réception, proche de la bastille, n’augurait rien de bon. Une simple petite affiche et une personne qui nous attendait, là. Après les présentations, me voilà rentrer dans le coeur du sujet, l’antre de la cérémonie, la salle des hostilités. Une jeune fille, badge au cou, vient à ma rencontre. Une petite conversation, non des moins sympathiques, s’engage alors sur le but du Serpent Retrogamer et de sa volonté de diffuser la culture rétro grâce à des jeux nouvelles générations. Une mission sacré à son gout, à priori. Toujours est-il que nous ne restons pas seul bien longtemps puisque Pierre Ghilsandi, chef produit de chez Konami, éditeur du jeu s’il est nécessaire de le rappeler, ce joint à nous (à noter une courte interview de ce dernier à paraître). Discussion devenu tripartite, nous voilà parti vers le buffet. Chocolats, bonbons, Coca-Cola, et tout ce qu’il faut pour passer une bonne matinée ensoleillée. Mais trêve de plaisanteries ! Après m’avoir appâté, me voilà pris au piège d’une présentation imminente du soft. Docteur Lautrec, tu es à moi !

Une petite salle pour Lautrec et moi

Une petite salle pour une présentation à trois

Bien que le titre de ce paragraphe augure à des ébats amoureux, il n’en est rien. Non. Et bien au contraire puisque tout le sérieux du monde s’était abattu sur moi. Et du moins devait. Pierre Ghilsandi opérait à la présentation du jeu, sur un magnifique mais non adapté Ipad. Moi et 2 autres journalistes. Pas plus. L’intimité est tellement meilleure pour ce genre de situation… Nous voilà lancé dans un raid d’une dizaine de minute de visionnage de vidéo. Six ou sept au total pour nous présenter l’intégralité des mécaniques de jeu. Réjouissant ! Phase d’infiltration, de combat avec des esprits façon Pokémon, ou bien recherche d’indice pour rentrer dans un tombeau. Le docteur voudrait-il copier le professeur ? Le fameux Layton ? Je le crains… Mais avec quel talent ? Je ne sais pas… Enfin presque pas… Car oui, j’ai pu m’essayer au jeu une demi-heure durant, sur des bornes montées pour nous, journalistes. Mais revenons un peu en arrière. Après avoir visionné les vidéos sur le fameux Ipad, me voilà ressorti de la salle pour rentrer immédiatement dans une autre.

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *