Zelda Densetsu

Vient alors un autre aspect du jeu qu’est celui de l’exploration. Le monde de Vistrahda nous offre un certain nombre de régions et de grottes diverses. Ces dernières renferment de nombreuses énigmes, peu difficiles certes, mais qui s’implémentent agréablement bien à la progression. Ces nombreuses phases d’exploration sont sans rappeler les premiers Zelda en 3D. On y ressent l’influence des remakes sur 3DS auxquels a participé le studio Grezzo.

Les donjons recèlent bien des dangers

On y rencontrera alors pas mal d’ennemis contre lesquels il faudra en découdre afin de progresser. Le système de combat est d’ailleurs tout ce qu’il y a de plus classique dans ses mécaniques, entre une touche d’action pour les coups simples mais rapides et une autre pour les coups puissants. Cependant, certaines armes marchent mieux que d’autres sur un ennemi donné et il faudra donc adapter sa stratégie. En effet, plusieurs choses sont à prendre en compte, Kōichi Ishii souhaitant que son jeu soit placé sous le signe de la coopération. Je ne parle malheureusement pas d’un multijoueur, mais des coéquipiers que vous allez sélectionner avant de partir à l’aventure. Vous devrez donc composer une équipe de trois. Il faudra à chaque fois choisir minutieusement qui vous accompagnera dans vos aventures périlleuses car chaque allié – parmi ceux que vous aurez réussi à convaincre de rester dans votre oasis – a une capacité spéciale, utile pour pouvoir déjouer les pièges et compléter les énigmes. De plus, certaines armes que vous ne pouvez manier sont la spécialité de certaines races distinctes et vous seront utiles pour battre certains ennemis plus coriaces. La variété des caractéristiques propres à chaque allié est donc à prendre en compte. Vous pouvez également à tout moment contrôler un autre personnage du groupe, mais de cette qualité découle cependant le principal défaut du jeu. La variété des énigmes donne lieu à des passages à la case départ obligatoire. En effet, vous serez à certains moments bloqués dans le jeu et devrez modifier votre équipe afin de continuer, étant donné qu’aucun de vos membres n’a la capacité spéciale requise pour compléter l’énigme en cours. Heureusement, l’Aquaportail vous permet de vous téléporter directement à l’oasis, mais faire cela 3 à 4 fois par donjon a quelque chose de frustrant. On s’y habitue néanmoins et on doit reconnaître à Ever Oasis un certain confort de jeu malgré sa facilité déconcertante, n’imposant que trop rarement, voire jamais, un challenge mémorable pour les joueurs aguerris.

Le côté A-RPG d’Ever Oasis se traduit par des montées de niveau pour chaque personnage selon l’expérience gagnée. En revanche, vous ne pouvez monter de niveau qu’à partir de votre retour à l’oasis, ce qui rajoute davantage d’aller-retours à quiconque se retrouvera bloqué dans le jeu, à cause du faible niveau d’un personnage que l’on n’utilise jamais mais nécessaire pour une énigme donnée. Il est possible enfin de synthétiser divers matériaux afin d’obtenir de nouvelles armes ou autres objets utiles. Ce système reste cependant assez léger et il peinera à combler les amateurs du genre.

Vistrahda

Vistrahda, le monde d’Ever Oasis

Comme mentionné précédemment, le monde de Vistrahda est un désert inspiré de l’Egypte antique. L’immensité, le manque d’eau, la folie, la chaleur, l’absence de vie et le danger sont tous autant de traits qui sont supposés caractériser le monde dans lequel on évolue. Cependant, le terrain de jeu est loin d’être immense. On n’a cependant pas à se plaindre car chaque région visitée s’imbrique très bien dans le puzzle de l’architecture du jeu. Le jeu étant réellement basé sur un système d’évolution, l’oasis se développe petit à petit et le rendu est tout de même très satisfaisant. Même si je n’ai jamais été fan des personnages chibi, ces derniers restent tout de même sympathiques et on prendra tout de même goût à la vie quotidienne de l’oasis, à prendre soin de ses habitants et de leurs requêtes barbantes et à discuter avec les nouveaux voyageurs dans l’espoir qu’ils s’installent définitivement chez nous. (Il y en a 62 à recruter !) Le tout baigne dans une atmosphère paisible et l’aventure est rythmée par d’excellentes musiques.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *