Image03Je ne savais pas réellement à quoi m’attendre lorsque j’ai lancé ce jeu. Ayant vaguement commencer FF7, je me disais que cette pseudo-suite à mon sens aller donné dans le même ton. Il semblait faire partie de ces jeux que l’on aime parce qu’ils résument un sentiment. La mélancolie, l’amour, l’amitié. Bref, un jeu de cœur. Et 50 heures plus tard, je repose ma manette un grand sourire aux lèvres et j’ai un grand sourire sur le visage. Pourquoi ? Parce que je viens de vivre un grand moment. Certes, le jeu est bourré de défauts inhérents aux FF PSone : d’une traduction foireuse, à un rythme très critiquable  en passant par un système de combat assez plat. Bref, sur le papier, c’était pas si bien que les deux épisodes précédents. Et pourtant… Même si le VII reste à jamais mon préféré, parce que le FF préféré des joueurs et celui auquel on a joué en premier… Final Fantasy IX arrive second de mon classement. C’est en quelque sorte un jeu terriblement old-school, dans son système et il en ressort deux qualités monstrueuse, trop souvent oubliées par les joueurs eux-mêmes : Il s’agit d’une jolie pièce de théâtre dont les protagonistes se dévoilent au fur et à mesure. Tout dans le jeu avance, se modifie, évolue, l’histoire est un bonheur, un long voyage plein de surprises et de bons moments.

Vous l’avez compris, j’ai été ébloui par ce jeu à l’ambiance charmante qu’il me fallait réhabiliter par ces quelques lignes, et surtout par la présentation de sa scène cinématique de fin… J’espère que vous serez, ou que vous avez été, aussi enchanté que moi.

4 réponses
  1. Meporg
    Meporg dit :

    Un billet comme celui-ci du matin ça fait du bien ! Pour moi FF9 est le meilleur de la série, mais comme tu l’écris bien, il s’agit de mon premier FF, alors peut-être que mon avis est biaisé.

    Répondre
    • Le serpent
      Le serpent dit :

      Content que ça te plaise ^^
      Je t’invite à suivre cette chronique si tu es nostalgique.

      En tout cas, c’est difficilement explicable : c’est quasiment tjr le premier FF auquel on joue qu’on préfère. Le choc de la qualité qu’on ne retrouve plus après ? Je ne sais pas… Mais selon les tranches d’âges ont voit bien des « majorités préférentielles » qui se dégagent.

      De fait, les trentenaires préfèrent le 6, ceux de 25 ans comme moi le 7. A 20 ans c’est le X. Bref, très bizarre !

      Répondre
  2. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    C’est quand même hallucinant de voir une série de jeux réussir à traverser les génération comme ça! On a (presque) tous un FF dans notre top 10, quel que soit notre âge.
    Dommage que sa suprématie soit carrément entachée par les expériences Next Gen.

    Personnellement, je l’ai trouvé trop « petit », ce FF. Un poil trop court, avec des décors magnifiques mais souvent réduits, et une histoire qui finalement n’arrive pas au seuil d’epicness atteint par le VII, le VI ou le IV, ça n’en reste pas moins un épisode majeur de la série, et une prouesse tout bonnement hallucinante pour la mémère Playstation!
    Allez, maintenant, je replonge dans la fin de cet épisode!! Merci, Le Serpent!!

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] y a sinon également beaucoup d’évocations d’Yggdrasil ; l’arbre Ifa de Final Fantasy IX en est fortement inspiré, ou on y fait directement référence dans d’autres jeux : patronyme […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *