FPL1

« Aimer c’est ce qu’il y a de plus beau, aimer c’est monter si haut » disait un certain philosophe. Avez vous déjà eu marre de tous ces titres remplis de violence et de sadisme? comme un Mario ou un Amy? ça tombe bien voici un jeu plein d’amour. Tel un tract du mouvement hippie, la société Björn Borg a décidé d’éradiquer toute la tension et la haine dans le monde. Le résultat d’appelle : First Person Lover.

HATERS GONNA HATE

FPL2Dans un monde où la technologie fait rage, les gens ont oublié d’exprimer leurs sentiments. Ils se complaisent dans leur quotidien fait de travail et de stress. C’est la faille qu’à trouvé le grand ennemi de l’histoire pour contrôler le monde. Chevauchant son grizzly, il est arrivé a créer un générateur de haine dans un tour au centre de la ville, relié a des points relais. Ce dernier enferme les gens dans une haine incontrôlée, qui du coup perde leurs couleurs et leur joie de vivre. Tout est perdu? Non car un groupe d’agents entre en résistance. Mais ne pensez pas retrouver des agents crasseux et discrets, ici tout le monde est over fashion, kawaï, trop swag quoi. C’est d’ailleurs très visible dans la préparation de ces agents de l’amour, avec une personnalisation poussée de ces derniers (homme ou femme ). Mettrez vous un soutien gorge avec des baskets ou un short torse nu? Le jeu laisse libre court à vos goûts vestimentaires. D’ailleurs si vraiment vous êtes touchés par le goût ultime de vos accessoires, vous pouvez les acheter pour de vrai contre monnaie sonnante et trébuchante. Mais on s’éloigne du sujet, et il est temps de partir à l’aventure. Un fois les habits choisis vous serez lâchés par avion sur le terrain, mais attention les parachutes c’est pour les tarlouzes, donc vous irez par vos propres moyens, la gravité faisant le reste.

DES SENTIMENTS DANS TA GUEULE

FPL3Vous voilà donc arrivés dans un ville  grisâtre peuplée de zombies qui n’attendent que leur rédemption. First Person Lover prend la forme d’un FPS dit « réaliste », à savoir qu’on navigue de zone en zone, avec des objectifs. Mais ici votre arsenal est plus original et surtout pacifique, comme en témoigne le premier outil : un distributeur de bisou. Vous pourrez l’utiliser pour expulser toute la haine contenu dans un ennemi. Un fois la personne nettoyée de sa haine, vous pourrez le rhabiller avec des habits plus appropriés. Malheureusement le distributeur de bisous est inefficace contre une armée d’ennemis, et tout le long des univers (piscine, plage, centre commercial, toit des immeubles), vous allez en avoir des haters. Vous aurez entre autre l’arbalète à flèches, pour plus de précision sur votre cible énervée ou encore le bazooka des bulles pour répandre de l’amour en zone. Le nec plus ultra est la grenade nounours, en apparence inoffensive. Un simple lancé de celle ci et c’est le carnage hippie qui s’annonce. Ce n’est pas de trop pour avancer dans les environnements et vos objectifs deviendront de plus en plus poussées, jusqu’à la confrontation finale. Et même si First Person Lover se révèle assez court, le fait qu’il soit gratuit laisse peu de doute sur la possibilité de le tester. Le jeu est varié, partant d’une idée originale, et rempli de suffisamment de « positive attitude » pour valoir le coup.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *