Jeudi 6 décembre 2018 23h02 :

Je suis encore en train de préparer tranquillement mon article sur Fallout 2 quand notre rédac chef nous envoie la thématique du mois de janvier : « Alien et Mutants ». D’un bond mon esprit se met en éveille, et 5h30 plus tard, j’envoie donc ma proposition de test : ce sera « Prey », un des jeux que j’ai le plus apprécié depuis 4 ans. Je me revois en train de rigoler intérieurement et de me dire « Easy Nostra, t’as aimé le jeu et en comparaison de Fallout 2, refaire Prey va être une sinécure ! Tu pourras même te payer le luxe de commencer après les fêtes, histoire de ne pas polluer ton éthylisme quotidien avec quelques obligations culturelles que ce soit. »

Oui mais ça c’était avant le drame…

Tout a commencé, le vendredi 21 décembre 2018, par une longue soirée d’hiver, de retour dans ma Bretagne natale. J’ai eu vent par un camarade, je ne sais pas si je dois encore l’appeler comme ça, que les soldes steam d’hiver avait démarré. Ni une, ni deux je me plonge dans les entrailles de cette bête énorme qu’est Steam. Je me promène le long des menus, naviguant entre les propositions farfelues de l’algorithme de Valve qui me vante les mérites de jeux de cuisine et autres simulateurs de poney. Et là, tout bascule. Après 30 min de recherche intense, il surgit sans crier gare, devant moi, le malin en chair et en code : le nouveau Football Manager. J’hésite et me dis que j’ai déjà pris Absolver, Oxenfree et Kingdom come. J’essaie de me raisonner en me disant qu’il y a encore une bonne centaine de jeux dans ma bibliothèque, attendant impatiemment que je les installe. En plus je dois refaire Prey pour mon test de janvier, et même si il n’est pas très long, entre les fêtes, ma femme, les amis, le boulot et mon chat, mon emploi du temps n’est pas extensible ! Et puis bon qu’est-ce que ça va t’apporter de plus que la version 2018 hein ?

Mais comme chaque année, rien n’y fait, je craque et glisse mon code de carte bleue sur la plateforme en me disant que cette année tout sera différent. L’expérience sera différente et je suis plus vieux d’une année donc bon, je devrais pouvoir me raisonner. Faut pas déconner, Ce n’est pas un jeu qui va diriger ma vie, merde !

La suite est une longue descente aux enfers, que je reconduis d’année en année…

L’entrée dans le purgatoire…

Mardi 1 janvier 2019 midi

Je me réveille la tête lourde et la vaisselle pleine, d’une soirée mouvementée, quelle idée à la con de vouloir organiser chez soi le réveillon, c’est quand même plus sympa quand tu te pointes en retard chez tes potes, histoire de rien préparer et que tu peux t’en mettre une bonne en versant la moitié de tes verres sur leur parquet. Donc non, aujourd’hui, c’est mon sol qui colle. Après un brin de ménage, un Macdo enfilé à la va vite et la visite impromptue d’un pote qui vient vérifier si il n’a pas laissé toutes ses affaires chez moi après sa nuit peu agréable en cellule de dégrisement à la Courneuve (Pour ceux que ça intéresse, j’avais rien chez moi et qu’est ce qu’il pouvait bien foutre à la Courneuve, il habite dans le 18ème, un mystère de plus…), je me décide d’installer Football manager 2019. Il me faut un jeu pas trop rapide pour cette journée, ou mon cerveau ralentit pourra avoir le temps qu’il lui faut pour prendre une décision.

Bref, après une installation express, je lance ma première carrière avec Arsenal, comme d’habitude. Peu de changement dans l’interface de prime abord, je suis en terrain connu. Je fais un rapide point sur l’effectif, je décide de vendre Aubameyang, Elneny, Monreal et Cech, de préter Mavropanos et Guendouzi et de profiter de l’enveloppe confortable mise à ma disposition pour acheter De Ligt en défense central, De Jong en milieu axial, Depay en ailier gauche, Cutrone pour faire la doublure de Lacazette et enfin Tierney pour ménager Kolasinac et préparer l’avenir. Il me reste même 25 millions d’euros après mes emplettes avec une masse salariale bien en deca du maximal autorisé. Parfait. Je prépare mes tactiques avec un bon 4-2-3-1 offensif et un classique 4-3-3 quand l’opposition se fera plus féroce.

Le jeu est relativement classique par rapport à la version 18, le gros changement sur cette version 2019 porte sur le système d’entrainement individuel et collectif qui a, par contre, été totalement refondu. Dans un premier temps, pas évident à prendre en main pour les habitués, mais rapidement il s’avère plus clair dans l’évolution des caractéristiques de nos joueurs. Après les premiers matchs amicaux et officiels, l’équilibrage de ces derniers (notamment la variation de « difficulté » entre matchs à domicile et extérieur) me parait également plus cohérent et je me retrouve avec moins de matchs irréalistes comprenant 10 poteaux et 4 blessures. Bref, un bon cru qui ne change pas une équipe qui gagne.

Les tableaux s’enchainent et… Secousse. Ma femme me tape sur l’épaule et me dit qu’il est 21h, « ça serait pas trop mal qu’on mange non ? ». Merde déjà, et dire que demain je reprends le boulot alors que je ne suis même pas à mi saison, quel gâchis. Allez, on fait le plein de féculent en mangeant une bonne assiette de pate carbo et je retourne à la premier league, je suis 2eme après près de trois bons mois, derrière un leader Liverpool qui me parait déjà presque intouchable…

2h du mat, je suis quasi au Boxing day mais la faut couper, je me lève dans 4h30 et ça risque de légèrement piquer au réveil…

Mercredi 2 janvier 2019, 8h20 :

J’arrive au boulot.

Mercredi 2 janvier 2019, 8h50 :

Je me pose une question en fixant mon ordinateur avec presque la bave lèvre, comment le responsable DSI de ma boite peut-il décemment se regarder dans le miroir en bloquant l’accès au site sortitoutsi ou FM-Base ? La morale humaine ne connait donc aucune limite. Bloquer Youporn, je peux comprendre, il y a des choses qui ne se font pas en entreprise. Bloquer les sites de paris sportifs pareil, surtout si on joue avec la carte bleue de l’entreprise. Mais quel est le mal à faire des repérages de recrutement en amont sur internet. Je pense même que cela permet aux salariés de travailler la mémoire et surement un tas d’autres qualités… intellectuelles. Bon, je n’ai pas d’exemple la tout de suite maintenant mais je suis sûr qu’il y en a pleins.

Dimanche 6 janvier 2019, 22h (Bon je passe direct au samedi parce que la semaine se résume à métro/Boulot/FM) :

Cette semaine est passée vite, j’ai finis ma première saison à la 3ème place, à un point de City et 6 de Liverpool, définitivement au-dessus du game. Ma femme commence à me regarder de manière étrange, surtout depuis que j’ai sauté en l’air dans le salon en caleçon en hurlant « On les a bien niqué » après une deuxième victoire consécutive contre Tottenham en championnat. La vie est faite de plaisir simple. Mon chat se cache quand j’approche maintenant, j’ai oublié de manger ce midi et je crois que je n’ai pas pris de douche depuis vendredi. Pas grave, j’ai vendu Depay qui m’a fait une saison dégueulasse et j’ai acheté Insigne que je connais bien avec la sélection. Ah oui je vous ai pas dit je suis sélectionneur de l’Italie.

Mardi 8 janvier 16h26 :

Une pensée se glisse dans mon esprit pendant que je dessine la Jaquette de FM sur une feuille A4 blanche prise dans l’imprimante à coté de mon bureau, Ai-je vraiment besoin de travailler ?

Mercredi 9 janvier 20h27 :

Une pensée se glisse dans mon esprit pendant que je finis ma deuxième saison, combien de temps puis je tenir sans aller uriner après la première envie ?

Jeudi 10 janvier 02h27 :

Apparemment 5h.

Jeudi 10 janvier 04h27 :

Je me tâte, dois-je dormir 2h ou continuer à jouer. Franchement 2h de sommeil ou pas de sommeil, je ne vois pas très bien ce que ça change au fond…

Jeudi 10 janvier 14h32 :

J’aurais surement du dormir 2h.

Vendredi 11 janvier 18h25 :

Des potes m’appellent pour aller boire des coups. Il fait froid dehors, j’ai le PC sur les genoux qui bloque tous mes mouvements et en complément, je peux très bien boire à la maison. En plus, si je sors je vais encore dépenser 80 balles pour boire de la bière chaude et du whisky bas de gamme dans un bar miteux de Belleville à s’engueuler sur la politique Macronienne ou sur le fait qu’Oblivion est bien un jeu de merde. Bon c’est décidé je fais le mort. Malgré le flot ininterrompu de textos d’insultes qui apparaissent sur mon portable, je viens de finir champion dès ma deuxième saison, un point devant Manchester City avec un beau quart de final perdu de ligue des champions contre la Juventus. Il s’agirait de ne pas se relâcher. Mes parents m’ont toujours dit de persister dans ce que je commence, et pour la première fois, je vais tenir parole. Une larme de fierté coule sur ma joue, j’ai grandis maman.

Dimanche 13 janvier 2019 18h36 :

QU’EST-CE QUE JE LIS ? ESPECE DE PETIT INGRAT ! Je t’ai tout donné, je t’ai formé, j’ai fait de toi le meilleur défenseur de premier league, voir du monde à seulement 22 ans. On finit champion pour la deuxième fois de rang avec une demi magnifique qui se joue à une couille de grillon face au Barca en champion’s league et tu veux rejoindre un club plus HUPPE ??? UN CLUB PLUS HUPPE ! On les nourrit, on les forme, on leur apprend la vie, on les complimente, les réprimande quant il faut. Mais on est toujours juste. Je t’ai même augmenté ton argent de poc… heu ton salaire annuel, mais non ça ne te suffit plus. Tu veux voler de tes propres ailes, loin de toute l’affection que le club et surtout moi t’avons portée. Matthijs, tu n’es vraiment qu’un ingrat. Et en plus tu veux rejoindre Manchester City, notre principal concurrent de ces deux dernières saisons. Qu’on t’ils de plus que nous ? C’est décidé j’installe PREY, il me reste encore une semaine pour le finir et rédiger le test, ça se fait.

Le visage de la traitrise

Dimanche 13 janvier 2019 20h07 :

J’ai finis l’installation de PREY mais je m’y remets une dernière fois, promis une dernière. Il serait triste que Football Manager et moi restions sur ce sentiment d’échec. Nous avons vécu trop de bons moments depuis près de 15 jours pour se séparer de cette façon (je dirais même 20 ans d’amour/haine). Nous allons connaitre une désinstallation grandiose, en partant sur une victoire en Champions league, et enfin donner à Arsenal, ce titre que le club attend depuis sa création. Et puis je ne vais pas commencer un nouveau jeu à cette heure, je n’ai même pas encore mangé mon sandwich triangle poulet mayonnaise quotidien. Définitivement ça ne vaut pas le coup.

Jeff Bridges après 3 semaines de FM

Lundi 14 janvier 2019 4h05 :

Je me réveille en sursaut et en sueur, le test de PREY, merde ! Serait-ce cela que les êtres humains normaux appellent remord ?

mercredi 17 janvier 2019 21h05 :

9 ans de relation pour en arriver là, 9 ans !!!! J’aurais accepté beaucoup de chose comme « je n’aime pas ta mère », « je t’ai trompé avec mon collègue, tu sais le vrai geek qui performe sur Angry Birds » ou même « Viens, on regarde l’intégrale d’Almodovar mais à l’envers ». Mais ça ! CA !!!

Tout allait bien, je rentrais du boulot, toi t’en avais plein. J’étais confortablement enfoncé dans le canapé avec un tee shirt presque propre. Dybala était prêt à nous rejoindre. Bref une bonne journée.

Mais il a fallu que tu sortes cette phrase, j’en tremble encore et j’hésite même à la coucher sur papier : « Mais comment tu peux passer autant de temps sur ton tableur Excel moche ». Pardon, Tableur Excel MOCHE !!!! Je veux bien que l’interface soit perfectible, et encore si je t’avais montré mes vieux « L’entraineur », ah ça, le discours aurait changé devant tant de travaux d’optimisation. Et as-tu au moins regardé le moteur du jeu en match ? Non je ne crois pas. On ne dirait presque plus des plugs anal qui se rentrent dedans pour attraper le palet breton qui se balade sur une planche verte. Là on voit les actions, presque les gestes acrobatiques, et je peux même hurler des consignes de mon banc de touche bien plus claires que dans les autre opus. Et si je les cris à haute voix dans le salon c’est pour des soucis d’immersion bordel. Je n’ai pas de casque VR mais j’ai des idées.

Mercredi 17 janvier 2019 21h21 :

Je crois que je commence à vriller….

vendredi 19 janvier 2019 16h32 :

Ca fait bien 4 ans que je ne suis pas rentré aussi tôt du travail. Je conserve l’espoir tous les matins qu’il neige abondamment afin de pouvoir rester chez moi à profiter des largesses défensives de Leicester ou West Ham.

Lundi 21 janvier 2019 20h48 :

Bon, il va se falloir se faire à l’idée, le test de Prey parait compromis. Je n’ai même pas recommencé le jeu et la deadline est dans 2 jours… Ca y est, j’ai désinstallé Football Manager 2019 sans même avoir remporté cette maudite Champion’s league et sans quasiment verser une larme. Les menaces de divorce de ma femme et le regard empli de pitié de mon propre chat ont eu raison de ma volonté. Je rappelle mes potes en leur disant que c’est fini et que «tu vois je t’avais dit, j’arrête quand je veux, je maitrise ma consommation ». Je tremble un peu et j’erre dans le salon, ne sachant pas quoi faire, ni dire. J’ai les yeux rougis par le trop plein d’écran et la semi-barbe moche qui me gratte. Je prends une douche, change de haut, parce que je portais le maillot à pois du meilleur grimpeur alors qu’à la base c’était juste un tee shirt blanc uni…

Il est temps maintenant. Je prends le PC entre les jambes et j’allume Word. Je me dis, plutôt que de faire un test tout naze de cet excellent jeu qu’est PREY ou je ne lui aurais pas rendu les honneurs qui lui reviennent, je vais plutôt vous raconter mon histoire avec FM. Enfin pas que mon histoire, car c’est aussi celle de mon grand frère qui m’a converti il y a quelques années, de mon pote Louis que je n’ai pas vu depuis un moment d’ailleurs et celle de millions d’autres qui chaque année, au mépris de leur santé mentale et de leur vie sociale, se lance dans cette aventure sans lendemain. Football Manager fait partie de ces jeux que vous ne pouvez pas couper, et quand enfin vous y arrivez, il vous suit jusque dans votre lit, ou vous regardez le plafond et pensez à la prochaine tactique ou aux prochains achats du Mercato qui vient. Il phagocyte tout, votre sommeil, vos plaisirs personnels, et même votre temps aux chiottes ou vous regardez sur votre smartphone les pépites à ne pas louper.

Comme tous les autres, Je me persuade chaque année que je me ferais plus avoir, que c’est fini de payer plein pot pour une bête mise à jour de joueurs et pour des évolutions d’interface sommes toutes mineures. Je suis le premier chaque année à ne pas comprendre les gens qui achètent la nouvelle version de Call of ou FIFA et pourtant je fais strictement la même chose en me persuadant que « ouai mais FM c’est pas pareil ». Ca fait maintenant trois jours que je suis sevré, et une chose est sûre, j’y retournerai pas de ci-tôt. Enfin pas avant la MAJ de février, ça c’est sur…

Edit : Je tiens à présenter mes excuses à la rédaction pour cet article, qui est une preuve évidente, que je suis aussi fiable que Thevenoud devant sa feuille d’imposition ou Bennala dans une manif étudiante.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *