PAR TOUS LES DIEUX, C’EST FUN

gggDe ce côté là ce troisième épisode se différencie assez peu des deux derniers. Pour ceux qui n’ont jamais joué à un épisode de la série, le gameplay se base sur les différentes armes que Kratos possède et sur sa magie. Pour les armes, chacune possède des capacités propres, et un niveau supplémentaire débloquera des combos spécifiques. Comment faire évoluer ces instruments de la mort ? très simple, en collectant les orbes rouges trouvées sur les ennemis/coffres/vases qui pullulent dans les niveaux. La montrée en puissance des armes sera accompagnées de magies, qui utilisent la jauge des orbes bleues qui avec la « rage » ferme la marche des moyens de destructions proposés. Mais l’avantage de God Of War est de ne pas prendre la tête au joueur,  on avance, on tue, mais avec panache. Et pour confirmer ce sentiment, les QTE sont présents à de nombreuses reprises. Ces moments ou il faut appuyer sur une touche dans un temps court permettent à l’action de ne pas perdre en dynamisme. Cette idée de game design a souvent mauvaise presse auprès des joueurs, étant considérée comme « du non jeu » mais dans le cadre de God Of War 3, c’est parfait. On se sent puissant à écarteler, trucider, découper tout ce qui se passe, d’autant plus que l’aventure est assez longue pour peu que l’on joue dans un mode de difficulté moyen. En résumé, God Of War est comme un gros film américain : on profite, on pose son cerveau, et on ressort ravi de l’expérience.

REMASTERISATION ET FOUTAGE DE GUEULE

Oui, le jeu est magnifique, jouissif et prenant, mais on parle ici d’une réédition sur PS4. Et à ce sujet je voulais dire : à un moment,  faut-il pas dire stop?

God Of War III PS4 ne se cache même plus d’être un lissage fait à la va vite. Ce qui est d’autant plus gênant c’est que le jeu de base était déjà une performance graphique pour l’époque, la résolution étant la principale modification (passage en 1080 p) mais le 60 fps n’étant pas constant (sérieusement?). Le « gros ajout » de cette version est le partenariat signé entre Sony et Instragram, permettant à ce dernier de mettre son application dans le j….ah non c’est juste une idée de Sony? Il faut croire, car la grosse priorité a été de mettre un mode photo dans le jeu pour appliquer des filtres à vos meilleurs moments de jeu, pour ensuite les partager via le « bouton share ». Un mode photo dans une console pouvant partager des captures d’écran, de la à dire que l’argument principal que Sony veut faire passer est « tu es joueur sony donc tu es narcissique », il n’y a qu’un pas. On peut se dire que ça intéressera les gens qui ne l’ont pas testé, mais quand on a déjà le jeu PS3 en main et qu’il faut repayer entre 35 et 40 euros pour un ravalement de façade minimum, ça sent légèrement l’extorsion.

Et au vu des déclarations récentes de Sony, on va devoir se farcir une longue série de rééditions, sans compter le PSNow qui est un service de rétrocompatibilité payante qui ne s’assume pas.

A retenir

S’il ne fallait retenir qu’un jeu démontrant les capacités de la Playstation 3, ce serait God Of War 3. Le jeu garde ce qui a fait le succès des deux précédents épisodes et rajoute la HD et encore plus de spectacle. Pour tout fan de beat them all et d’histoire prenantes, le jeu est clairement un indispensable dans toute ludothèque. Concernant la version Remastered, à moins que vous n’ayez pas fait le jeu de base, tout semble penser que le prix est trop cher pour le peu de choses que cette version apporte. Il serait temps que la mode des remakes cesse, avant que le public sente l’arnaque.

Flbond

Informations sur le jeu

Plateformes : PS3/PS4

Genre : Beat Them All

Développeurs : Santa Monica

Éditeur : Sony

Date de sortie : 2010/2015

2 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *