Efficacement sobre

On ne va pas passer par quatre chemins.  God Wars : Future Past est un T-RPG en somme toute classique. Vous vous battez sur des maps variées : des plaines, des collines, des environnements rocheux, des châteaux, des plages, etc et ce, en vue isométrique. Le relief est une donnée importante dans la mesure où il vous octroie divers avantages ou malus selon votre position sur la carte.

En termes de déroulement, les combats suivent le pattern classique du tour par tour, tel un Final Fantasy Tactics. A chaque tour, les divers protagonistes agissent dans un certain ordre, ce dernier dépendant de la stat ‘vitesse’ de chacun. Plusieurs s’options s’offrent alors à vous : vous pouvez bouger de plusieurs cases ou rester sur place puis attaquer un ennemi, vous défendre, utiliser un objet, ouvrir un coffre ou ne rien faire du tout et rester en standby.

Un échiquier classique au tour par tour

A la fin du tour de votre personnage, vous avez la possibilité de l’orienter dans la direction qui vous plaît, sachant que les attaques frontales vous infligent moins de dégâts que lorsque l’on vous attaque par derrière ou de côté. Vous disposez en plus de votre barre de vie, d’une barre de points magie. A chaque tour, votre jauge se remplit selon les caractéristiques propres à votre personnage. Ces points magie vous permettent ensuite d’utiliser des attaques spéciales inhérentes au rôle de votre personnage. Elles diffèrent donc des attaques normales physiques que vous permettent d’enclencher plusieurs catégories d’armes que sont les épées, lances, haches, sceptres, arcs, etc. Chaque type d’arme a ses propres caractéristiques, par exemple vous êtes plus précis avec une épée, moins avec une hache mais vous infligez plus de dégâts avec ces dernières. Vous avez également plus de portée avec une lance – 2 cases – ou un arc.

Chaque bataille se doit donc d’être préparée minutieusement. Effectivement, un système de rôles, réminiscent du système assez similaire dans Tactics Ogre, vous permet de choisir jusqu’à deux rôles par personnage en plus du rôle unique qui lui est automatiquement attribué en début de partie. Un rôle principal qui augmente vos stats se voit ainsi complémenté par un rôle secondaire vous permettant d’élargir votre panel d’attaques. A chaque attaque que vous assénez ou objet que vous utilisez, vous gagnez des Job Points que vous pouvez dépenser ensuite pour monter de niveau les attaques de chaque rôle que vous avez choisi. Vous débloquez ensuite d’autres attaques et compétences. Concernant ces compétences, vous pouvez en activer jusqu’à trois par personnage. Par exemple, on peut choisir d’augmenter son attaque, sa précision ou autre tandis qu’on permettra à son personnage de gagner plus d’expérience ou de contre-attaquer en combat. Bref, il y a largement de quoi faire à ce niveau et varier les rôles ou compétences de ses personnages permet d’être préparé à n’importe quelle situation. D’autant plus qu’on peut les modifier à n’importe quel moment entre chaque bataille.

Les maps et environnements sont globalement très variés

Les combats sont en général longs – ayant testé le jeu en mode difficile – et la difficulté est extrêmement bien dosée. Les ennemis sont coriaces sans être invincibles et chaque mouvement doit être rudement bien pensé afin de ne pas se faire punir par les 5 ennemis qui vous entourent. D’autant plus que vous n’avez en général droit qu’à 6 personnages par map parmi les 14 personnages jouables du jeu, que vous rencontrerez et recruterez au fil de l’aventure. La mort guette chacun d’entre eux mais contrairement à un Fire Emblem par exemple, la mort n’est nullement définitive, même pendant le combat. Effectivement, vous avez un décompte de 5 tours – à la manière d’un FFT – à partir du tour de la mort d’un personnage au terme duquel ce dernier battra en retraite. Cependant, 5 tours suffisent parfois à peine pour qu’un personnage aille jusqu’au bout de la carte pour réanimer un allié. Les déplacements sont assez restreints malheureusement, ce qui rallonge énormément la durée des combats et peu de différences sont notables entre les personnages en ce qui concerne les déplacements sur la map.

Une donnée importante en combat est ce que l’on appelle l’impureté du personnage. En effet, plus le niveau d’impureté d’un personnage est élevé, plus les ennemis auront tendance à le prendre pour cible. Le niveau d’impureté augmente lorsque votre personnage est très actif en combat, utilise des sorts de soin ou la capacité « Taunt ». C’est donc un élément intéressant à prendre en compte à chaque début de tour.

Même s’il reste donc plutôt classique dans l’ensemble, le gameplay de God Wars est extrêmement bien ficelé, donnant à chaque bataille une dimension tactique réelle où chaque erreur est punitive. Heureusement, le système de sauvegarde est très pratique, nous permettant de sauvegarder à n’importe quel moment de la partie quasiment ! Notons qu’il est toujours possible de quitter une bataille pour la recommencer sans devoir recharger sa partie. En conclusion, nous avons là un T-RPG solide à tous les niveaux.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *