SELECTION DE YANNOU

TOPFLOPyannouxe

TOPS

Metal Gear Solid 4 : Guns of Patriots (PS3, Xbox 360)

Une atmosphère unique, un MGS signant (sûrement) le chant su cygne de Solid Snake. Emouvant, épique, magistralement mis en scène par Kojima, il reste même aujourd’hui graphiquement au dessus de certains jeux. Son gameplay simple et intuitif mais rigide rebutera ou ravira, laissant la part belle à la narration et bouclant ainsi 25 ans de saga et de mystère. Tout ici est fait pour que le joueur soit surpris du début à la fin ; renouant avec les fantômes du passé, il offre une excellente suite de qualité aux opus d’avant. A noter l’anecdotique mode Online (aujourd’hui fermé) qui reste tout de même sans intérêt.

Dead Space (PS3, Xbox 360)

Enfin la vraie peur, celle qui a abandonné Resident Evil revient dans ce jeu épique ou on incarne un ingénieur, Isaac Clark, prisonnier d’un vaisseau qu’il était venu secourir avec son équipe. Attaqué, il devra survivre face à une horde de monstres appelés necromorphes, aussi redoutables que futés. Atmosphère pesante, musiques opressantes, moments épiques et situations retorses font un savant mélange explosif… Une excellente alternative à Resident Evil et un retour à la peur, celle qui nous manquaient tant. Cette dernière a un enfin un nom : Dead Space.

God of War 3 (PS3)

Certains diront qu’il est banal et que c’est un simple beat’em all, c’est mal avoir analysé ce soft. Certes ce n’est pas Kojima qui a écrit le scénario mais il a un seul mérite relayer les beat’em all des dernières années au placard et largement. Offrant une réalisation monstrueuse, des graphismes magnifiques et fournis en détails, des moments au delà de l’épique un gameplay inchangé mais terriblement puissant. Ce jeu vous offre un défouloir des plus dignes et exaltera votre rage intérieur vous offrant ansi une action non stop et des moments d’un gore sans limite. ce jeu ravira les vrais amateur de beat…

LES BOUZES

Resident Evil 6 (PS3, Xbox 360)

Si on m’avait dit qu’un jour Resident Evil deviendrait une licence miteuse j’aurais proposé de me faire un clouté sur une croix au côté de Jésus. Oui Resident Evil 6 est un jeu de merde plongeant la licence au delà des abysses vers le fin fond du néant… Scénario nullisime et incompréhensible, bestiaire accablant et putride, personnages au charisme de crevettes moisies, ce jeu sent le cadavre. Réalisation merdique, inventaire Cash Express, gameplay rigide et qui donne la gerbe. Rien n’est à prendre, tout est à jeter, un seul mot d’ordre : si le 7 est comme celui-ci, boycott général!!!

Resident Evil 5 (PS3, Xbox 360)

Parti-pris de choisir le TPS comme gameplay pour le futur de RE, cela aurait pu être génial comme dans Gears of Wars, mais c’est nul ici : votre personnage pour tirer doit rester comme un piano planté comme un âne et ainsi être une proie facile, l’IA de votre coéquipière (LOL) est calamiteuse ne sachant ni gérer les munitions ni les sprays, vous êtes constamment en train de la sauver du pétrin. Scénario navrant, atmosphère ennuyeuse bourrée d’action et gameplay miteux seront de la partie. Le seul mérite de RE 5 est d’être mieux que son cadet.

Assassin’s Creed (Xbox 360, PS3)

Curieux paradoxe de mettre une saga que j’apprécie particulièrement pour sa recherche historique sur des périodes précises et son scénario mystérieux (dixit le 3). Il reste le prototype initial et malheureusement souffre d’une linéarité et d’une répétitivité qui le tue tout au long du jeu. La seule motivation pour le terminer et de s’accrocher est l’intrigue, rien n’est fait pour que le joueur ai envie de s’éterniser, pas d’amélioration, pas de quête annexes ce monde est vide….. l’IA des ennemis et des PNJ est complètement raté on a affaire à un jeu sans âme vide de sens. Dommage car l’intention y était.

7 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Allez, j’en profite histoire de lacher quelque chose que j’ai sur le coeur concernant Assassin’s Creed, le jeu qui divise (vite fait) les rangs de LSR :
    même si la série se vautre à une vitesse impressionnante dans la redite sans qualité,
    même si chaque jeu n’étant rien de plus qu’un remake/add-on annuel du précédent (on se croirait dans un MMO…),
    même si je ne supporte pas la fausse classe d’Ezio,
    même si les modélisations du second épisode sont d’une laideur affligeante (je suis allé me laver les yeux au savon après avoir relancé par erreur AC2)
    même si la technique du « je m’assois sur un banc » fait vraiment pitié et manque de l’humour qui caractérisait le carton de Snake,
    et même si le scénario séduisant sur fond de conspiration (en soi plutôt excitant a priori) a été dilué jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un café ralongé à la pisse d’âne,
    il ne faut quand même pas oublier quelques points :
    – AC premier du nom a été d’une part le premier à proposer une foule en mouvement avec collision et « réactions ». Même si c’était finalement pas assez bien fichu pour faire illusion, au moment de sa sortie, je crois (sans y mettre ma main à couper) que c’était une première à cette échelle-là.
    – AC a réussi à proposer des sensations que seul Prince of Persia (Sables Oubliés) avait effleuré jusqu’alors, et à donner même par moment un semblant de vertige. Sauter de toits en toits en se laissant porter par un moteur physique permissif qui donnait vraiment le sentiment de n’avoir aucune limite. Une sorte de God of War de l’agilité, pour caricaturer.

    Bref, AC n’était pas à la hauteur de ses ambitions démesurée, mais a été, un temps seulement peut-être mais ça compte quand même, le porte étendard des capacités de sa génération de consoles, une ouverture vers ce qu’auraient pu proposer les jeux d’avenir en terme de qualité plastique, rêve que même Ubi ne réalisera finalement jamais, en tout cas pas sur cette génération de consoles.
    un jeu dont on revient, mais que je lançais parfois juste pour me balader en ville en sautant comme un diable (en cage, au final, mais qu’importe).
    C’est simplement, ni plus, mais certainement pas moins non plus, une sorte de Prince of Persia (celui de l’époque Amiga) pour cette génération de console.
    Voilà, il fallait que ce soit dit.
    Cela ne m’empêche pas de pisser à gros jets sur AC 2 et toutes ses suites et de un shampoing au vomi à Ezio.

    • Bloodevil
      Bloodevil dit :

      Personnellement j’ai jamais aimé les sagas Ubisoft.
      Jolies, bien huilées, gameplay sympa, bonnes notes tout ça, mais il y a un truc que je ne retrouve jamais en elles : l’âme. Ou la personnalité, le modjo quoi.
      Ou du moins le peu de jeux qui en ont, ils lui pompent sa personnalité à travers des suites qui vont peu à peu diluer son caractère.
      Sa passe par la narration, la direction artistique, l’envie ou je ne sais quoi… Mais à chaque fois j’ai l’impression de me retrouver avec des blockbusters bien foutus mais sans passion. Comme un manque de vision d’auteur, on sent bien trop le gros cahier des charges derrière tout ça.
      J’attends Wacth Dogs pour me faire mentir, mais de ce que j’en ai vu j’ai du mal à le considérer autrement qu’un GTA sans ce que j’aime dans GTA.
      ‘Fin bref coup de gueule gentillet, ça m’empêche pas d’acheter leurs jeux ^^.

      Sinon les gars super article je vous kiffe, toma tu dois être mon jumeau (maléfique bien-sûr), Jean j’adore j’ai envie de découvrir plein de jeux grâce à toi, Cristophe et Yannou tel le yin et le yang avec MGS4 (moi-même je sais pas quoi en penser xD), Franz ton top/flop surprenant mais super intéressant (et +1 pour Limbo ^^), Victor pour ta justesse de toujours, Luc pour son écriture bien classe et tout le reste.
      Merci pour cette année en tout cas !

        • Toma Überwenig
          Toma Überwenig dit :

          Alors soit j’ai perdu le mail du chef (et vu le nombre d’heures (oui, heures au pluriel!) passé à écumer ma boite, ce serait étrange) soit, en bon lascar, le chef ne me l’a pas envoyé, ce qui explique le machiavélique « non, mais t’inquiète, toma, si tu trouves pas mon top, t’embête pas, publie-le comme ça, c’est pas grave *sanglot*, non, vraiment, t’inquiète… » que j’ai reçu suite à mon aveu d’impuissance.

          (et oui, Bloodevil, communion d’esprit +99^^!!!)

  2. Totof
    Totof dit :

    Ah enfin, merci Toma ! Je rejoins bien évidemment Franz en général et en particulier sur Limbo qui est une souffrance, et je me réjouis de voir que je ne suis pas le seul à penser du mal de la saga AC.

    • Toma Überwenig
      Toma Überwenig dit :

      De rien Totof, tu connais l’adage, « mieux vaut tard qu’encore plus tard » (et tu recevras probablement la semaine prochaine une nouvelle illustration de cet adage, que je risque d’ériger en épitaphe, à la longue…).
      Je me retrouve avec AC dans une position trouble : d’un coté, je rejoins de bon coeur le camp des AC-haters, pour les raisons mentionnées plus haut, et le principe mécaniste sans âme de la série dénoncé maintes fois dans ce top/flop, mais sans oublier qu’à l’époque où l’open world n’était pas encore la norme stricte imposée ad nauseum (apprend le latin avec tomus uberwenigum), où l’on n’avait pas encore Red Dead Redemption pour nous éblouir avec les étendues sauvages au soleil couchant, où courir sur les toits était vraiment une sensation libératrice et nouvelle, quand bien même ces toits ressemblassent à des constructions lego nivelées uniformément, et bien AC premier du nom offrait quelque chose d’audacieux, de nouveau, d’enivrant, malgré toutes les promesses tenues qu’à moitié.
      Mais dès le second épisode, le ton est donné : augmentation du nombre d’heures de jeu de façon artificielle via des quêtes annexes qui n’influent en rien sur le déroulement de l’histoire, recyclage des mêmes erreurs, aucune capacité de remise en question, application à la lettre de la technique « Lost » pour ne pas faire évoluer le scénario et ralonger la sauce de cette « trilogie » jusqu’à ce qu’on n’en ait plus rien à foutre du tout.

      Enfin, dommage, quoi!

  3. Flbond
    Flbond dit :

    J’arrive un peu après la bataille, mais je vois de très beaux tops/flops là. Je pensais ne pas être d’accord à 100 % avec certains mais même les argumentaires me vont, avec une préférence pour celui de Totof avec qui je partage beaucoup.

    Merci Toma.

Les commentaires sont désactivés.