Jeu vidéo, art et doctrine administrative

Qu’est-ce que l’art ? Non, il ne s’agit pas d’un sujet de philo comme ceux qui tombent au baccalauréat et devant lesquels ces malheureux lycéens réalisent qu’il aurait mieux valu bosser ses cours avant de trouver devant son sujet le jour de l’épreuve. Non, il s’agit là d’une question qui a des conséquences quant à l’appréhension des activités associatives, et notamment celles des assos qui ont fait du jeu vidéo leur centre d’intérêt.

Ce billet tâchera de faire bref : alors que le Stunfest 2018 vient de s’achever, l’association 3 Hit Combo vient de communiquer sur sa situation délicate, et révèle qu’elle ne peut se prévaloir du statut d’association « culturelle » pour des raisons ici reprises in extenso : « Le caractère culturel ne peut être reconnu à l’association 3 Hit combo puisque son activité n’est pas consacrée à la création, à la diffusion, ou à la protection d’œuvres de l’art et de l’esprit tel que défini par la doctrine administrative, qui exclut les activités ludiques et de loisir.» (Réponse de la Direction Régionale des Finances Publiques faite à 3 Hit Combo quant à une demande pour percevoir des dons et faire bénéficier de rescrits fiscaux ; 15 mars 2016). Il est donc établi que pour ces messieurs à l’origine de la « doctrine administrative » (c’est-à dire les débats et discussions entre connaisseurs de la chose administrative comme des juristes de droit public et autres magistrats de l’ordre administratif, des Tribunaux administratifs au Conseil d’Etat), diffuser du jeu vidéo de toute époque ne constitue pas une diffusion d’ordre culturel.

Extrait du communiqué de l’association 3 Hit Combo du 25 mai 2018.

Il est évidemment difficile de qualifier ce qui est culturel ou pas, de même que qualifier l’art dans son ensemble, mais si l’on accepte de considérer de simples cylindres blancs rayés verticalement de noir comme une oeuvre d’art, pourquoi n’en ferait-on pas de même de Super Mario sur NES pour ne citer que lui ? Messieurs qui êtes à l’origine de la « doctrine administrative », je vous invite à délaisser vos arrêts et autres clubs de discussion sur tout ce que couvre le droit administratif dans son ensemble (et dont j’ai une petite connaissance moi-même même si évidemment pas aussi actualisée, étant accessoirement titulaire d’une maîtrise en Droit Public) afin de vous rendre dans l’un de ces festivals ludiques qui se sont multipliés ces dernières années. Et je parie mon repas du soir que vous y constaterez que ceux les organisent ainsi que les visiteurs ont une réelle conscience de la valeur « artistique » et culturelle de ce qu’ils cherchent à partager pour les uns, à revivre pour les autres.A l’heure où l’on n’aurait aucune peine à reconnaître le statut « culturel » de toute association religieuse ou liée à tel ou tel culte, et ce au mépris d’une laicité toujours plus attaquée, pourquoi tergiverser de la sorte et sans plus d’arguments à l’encontre d’associations dont le but est de rendre hommage à un univers ludique, univers qu’il a bien fallu créer et dont ces processus de formation et de constitution se rangeraient sans trop d’hésitation au rang de la création humaine ? A travers le refus péremptoire exprimé plus haut, c’est l’ensemble des associations en France qui peut un jour se trouver visé, là où subventionner des expositions parfois tendancieuses ne semble guère susciter d’interrogations car « c’est de l’art ».

Si le jeu vidéo a une histoire, si le jeu vidéo procède d’une forme de création qui va du concept même d’un Tetris aux univers fabuleux d’Hyrule, il est cependant permis de penser que derrière lui se trouvent des hommes, des créatifs, et que derrière ces associations se trouvent des hommes qui se font fort de partager cette histoire. Ce qui à mon sens devrait constituer un argument fort valable à laisser à ces associations un statut au moins aussi « culturel » que celui de ces grands lobbies chargés de représenter voire de promouvoir le culte…Votre avis, messieurs de la « doctrine administrative » ?

Yace.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *