K1

Bonjour à toi cher lecteur, on m’appelle Flbond Alanovich. Les choses que tu vas lire ici vont probablement te surprendre, voire même t’effrayer, mais je dois te dire la vérité camarade. Le gouvernement du Serpent Soviétique nous cache des choses sur l’affaire du col Dyatlov mais moi j’ai tout vu : des corps déchiquetés, de couleur bleue, une langue arrachée…. Mais ils n’ont rien dit, pour eux tout allait bien. Je ne veux pas le croire, je me rends sur place pour en savoir plus. Si tu trouves ce manuscrit, transmets l’info au peuple camarade, que tous sachent la vérité : la vérité de Kholat.

LE DRAME

K2

L’un des rares documents que les autorités ont diffusé.

La première fois que j’ai entendu parler du drame de Dyatlov, j’ai cru que c’était une simple histoire pour faire peur aux enfants. Ma mère me racontait que « dans l’année 1959, un groupe de 10 étudiants de l’Institut Polytechnique de l’Oural (Yekaterinburg ex-Sverdlovsk) mené par Igor Dyatlov décide de se rendre dans les montagnes de l’Otorten. Beaucoup pensent que c’est une folie , car le chemin est considéré comme périlleux, mais le groupe de randonneurs est expérimenté. Ils se rendent donc en train à Ivdel et sont obligés d’aller en camion jusqu’au dernier village avant le chemin des montagnes : Vizhai. Ils commencent réellement leur expédition montagneuse le 27 janvier tandis qu’un membre de l’équipe, Yuri Yudin, tombe malade et revient à Vizahai. Il n’a pas idée qu’à ce moment là il vient de sauver sa vie. Le reste de l’équipe continue sur sa route, et le 1er février ces derniers commencent à traverser le col. Ils pensent pouvoir arriver à destination lorsqu’ils sont déviés par le temps exécrable sur le « Kholat Syakhl », et montent leur camp pour la nuit….ce sera leurs derniers instants. Tous sont retrouvés morts le lendemain, dont certains avec des blessures « non causées par un humain » et la langue arrachée. Les autorités concluront à une mort mystérieuse et classeront l’affaire sans aucune autre enquête ». Plus grand, j’ai pu effectuer des recherches, et beaucoup d’indices (peau foncée, tente déchirée de l’intérieur, etc…) semblaient contredire la thèse officielle. Ma mère me disait qu’il ne fallait surtout pas s’embarquer dans ce genre d’aventure périlleuse, mais cette force dite paranormale m’intriguait, et j’étais persuadé que les écrits de Yuri Yarovoi de 1967 se résumaient en une vaste propagande. Je me devais de découvrir par moi même ce qui s’était. Et bien des années plus tard, je suis en train de préparer mes affaires pour une aventure dont je peux ne pas revenir. La seule dont je suis sur, c’est que le train m’attend.

 

MON ARRIVÉE

K3Me voilà arrivé à la gare de Ivdel sous une gigantesque tempête. Depuis l’intervention des autorités Soviétiques, la ville est désertée sur des kilomètres et je n’ai qu’une boussole pour me diriger. Je cherche tant bien que mal à trouver des vivres et des vestiges du passage de l’équipe des randonneurs, mais tout semble comme balayé par une force inconnue. Mes pieds se font lourds tandis que je m’enfonce dans la ville à la recherche du passage vers les montages. Les vents sont forts et ma vision se brouille fréquemment à cause de la tempête de neige qui ne semble plus s’arrêter. Une fois sorti de ville je commence déjà à entrapercevoir le début du sentier et la forêt s’étendant à perte de vue. Mais plus j’avance dans celle-ci, plus le ciel commence à s’assombrir, un voix se fraye alors dans mon crâne (elle ressemble d’ailleurs à celle de mon ami de l’école Russe Boromirus). Comme si quelqu’un se mettait à raconter ce que je suis en train d’entreprendre, cette voix me fait me demander si je suis fou ou si je suis arrivé dans un autre monde. Mon questionnement est de courte durée car le sol se dérobe et je fais une chute vertigineuse le long d’un sentier enneigé. Mes jambes sont anesthésiées par le froid, je ne vois plus qu’à quelques mètres, je sens que je vais y passer, la mort va m’emporter…..et c’est alors que je vois une tente seule dans la nuit. Ça doit être sûrement un campement laissé par le groupe de Dyatlov, et la carte retrouvée sur place va confirmer mes intuitions. Elle indique tous les environs du Kholat Syakhl, et comprend quelques instructions. Elle sera donc ma seule base dans mes recherches, après une nuit de sommeil. Mais cette voix….cette voix m’obsède et me réveille en catastrophe alors que des pas enflammés s’en vont vers l’horizon, me terrifiant par avance de ce que j’allais découvrir.

4 réponses
  1. Igor
    Igor dit :

    Je ne connaissais pas ce jeu, mais ta rubrique m’a donné envie de l’essayer (à lire cette intro, on dirait un mélange de Myst 2, d’X-files et de Lovecraft). Le style FPR (First Person Rubrique) m’a également beaucoup plu: encore un grand merci à flbond.

    Répondre
  2. Le serpent
    Le serpent dit :

    FLBond toujours là pour nous servir des articles à la première personne.
    Tu en as le secret et j’aime bien ! Vraiment !

    Chapeau, encore une fois

    Répondre
  3. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Un article qui donne envie de se plonger dans l’ambiance mystico cotonneuse de Kholat!

    Et dans la foulée, rappeler 7th Guest à la mémoire des rôlistes (ou plutôt des Aventuristes, en fait^^), c’est beau!

    Bon, pour Kholat, on attendra d’avoir un pc de combat, parce que si je l’installe sur celui-ci, il risque de basculer direct au rang des dommages Kholatéraux… (oui, tout ça pour ça…).
    Par contre, en attendant, un petit retour sur 7th Guest… mmmmm….

    En tout cas, merci pour cette lecture mon cher Flbond!

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *