« Encore un nouveau spin-off sur Kingdom Hearts ! Stop ! Il nous faut le troisième épisode plutôt que de continuer à nous abreuver de spin-off ! » Ça, c’est ce que le commun des mortels pensaient à chaque annonce d’un spin-off de cette saga. Et, à chaque fois, on découvrait des épisodes connectés aux autres, pour le plus grand bonheur des fans. Mais à l’annonce de cet épisode 3DS, j’étais sceptique, pour la première fois. Je me suis dit « tiens, ils veulent faire un épisode qui va gérer la 3D, juste pour le fun, y’aura pas d’histoire je suppose ». Ahaha, j’ai douté de Nomura et de ses ambitions. Plus jamais.

Cet épisode est clairement l’un des plus importants en ce qui concerne le scénario, puisqu’il se déroule après Kingdom Hearts II et Re: Coded et montre Sora et Riku qui vont passer leur examen de Symbole de Maîtrise, afin de devenir de véritables Maîtres de la Keyblade. Cet examen se passera dans le monde des rêves, ou ils devront ouvrir sept serrures, afin de libérer le monde du sommeil, au prise avec les Ténèbres, ici en les adversaires nommés Avales-rêves. Pour cette nouvelle aventure, ils seront aidés d’Esprits des Avales-Rêves, qui les accompagneront durant le jeu.

C’est parti pour une nouvelle aventure !

Nouveau système, gameplay revu.

Plusieurs nouveautés sont à voir dans cet épisode, qui reste archi complet dans son gameplay, à l’image de ses prédécesseurs. Tout d’abord ces fameux Esprits qui nous suivent tout au long du jeu. Ils sont très nombreux, puisque quasiment chaque Avales-Rêves combattu (à l’exception des boss) pourra être créé pour devenir un allié, avec chacun ses propres compétences. Bien que le système puisse être intéressant et semble complet, j’admets n’avoir quasiment rien créé, parce que les dix que j’avais me suffisait amplement. D’autant que je ne m’en servais que pour me soigner, ou me rendre plus fort. Désolé du coup, je ne vais pas être de très bonne explication là-dessus. Je sais également qu’on peut les faire combattre dans l’arène, ou c’est une sorte de 3vs3, on peut changer à tour de rôle son combattant face à l’adversaire, mais là encore, ça ne m’a pas intéressé. On peut aussi caresser à l’aide du stylet nos bestioles, pour gagner en amitié avec eux, et développer un peu plus leur expérience, leur jauge fusion (car on va pouvoir fusionner avec nos alliés, dans le cas de Sora il les chevauche pour faire des dégâts, dans le cas de Riku il prend possession de leur capacité), etc. Vous imaginez bien que là encore, je n’ai pas du tout cherché à en savoir plus, l’intérêt était moindre en ce qui me concerne.

Bref, assez avec cette feature, qui, si elle est loin d’être inutile, bien au contraire, ne m’a pas paru suffisamment intéressante. Et même sans m’en occuper, le jeu est resté largement faisable. Le gameplay principal voit le Jeu de Commande revenir, pour notre plus grand plaisir. Je vous renvoie donc au test de Kingdom hearts II.5 HD Remix pour savoir de quoi il en retourne, c’est exactement la même chose ici, avec des compétences en plus et différentes selon le personnage avec lequel on joue. Non, la vraie nouveauté de gameplay vient du système de Fluidité, qui permet de donner des coups à l’ennemi en se servant du décor. Et ça, c’est putain de bon. C’est extrêmement bien foutu, ça va très vite, c’est très dynamique mais c’est ultra fluide et simple à prendre en main. En gros, on a juste à faire une roulade sur un poteau, une rambarde ou un mur (et même certains ennemis) pour déclencher ce système. Ensuite on peut frapper l’ennemi, ou tout simplement aller plus vite et traverser les niveaux en se servant de ce système, quasiment sans limite. Une excellente chose, dont j’ai espéré à l’époque que Kingdom Hearts III reprenne ce système. Vœu exaucé.

Le système de Fluidité est une tuerie

Cet épisode mettant en avant les examens des deux porteurs de la Keyblade, on jouera tour à tour Riku et Sora, dans une seule et même partie, contrairement à ce que proposait Birth By Sleep, ou même Re: Chain of Memories. Grâce à un système de timer non emmerdant (sauf pendant les boss), on évoluera avec nos deux héros en parallèle, chacun se trouvant dans un monde « parallèle » également. A chaque fois que ce fameux timer tombe à zéro, le personnage que l’on joue tombe en plein sommeil et laisse sa place à l’autre. En lui donnant des bonus si possible, via des gouttes d’eaux récoltés en défonçant des ennemis. On pourra notamment avec un bonus d’attaque, de magie, de défense, des objets, et ralentir le timer. Ce système est bien foutu, et en sachant qu’on revient exactement à l’endroit où l’on s’est endormi, ça ne frustre pas, sauf pendant les boss ou là, on devra se retaper le boss entier. Un peu con de ne pas avoir coupé le timer dans ces moment-là.

L’écran tactile est aussi mis en valeur grâce à l’altération du réel, ou l’on devra se servir du stylet contre des ennemis ou objets, pour leurs infliger des dégâts. Là où le système est cool, c’est que chaque monde propose son altération du réel. Dans la Ville de Traverse, ce sera envoyer l’ennemi comme une bombe, dans celui de l’Apprenti Sorcier, il faudra jouer de la musique pour infliger des dégâts. Quant à Tron, il faudra « pirater » le système en appuyant sur les bons mots. Mention spécial à celui des Trois Mousquetaires puisqu’il nous donne carrément l’opportunité d’être dans une Bande Dessiné et d’y participer en appuyant sur les bonnes combinaisons de touches. Un régal pour les yeux.

Au-delà de ces nouveautés, on visitera les différents mondes de Disney (Quasimodo, enfin ! L’Apprenti Sorcier, excellent !), comme on l’a toujours fais. Le mode de transition est plutôt bien fichu, puisqu’au lieu d’avoir des vaisseaux Gummi ou autres pour se déplacer, on doit remplir certains objectifs lors de notre passage pour aller dans le nouveau niveau. Jamais compliqué, on ne sera pas bloqué lors de ces phases plongeantes, et tant mieux.

Un vrai prologue à Kingdom Hearts III !

Ce qui m’a le plus marqué dans ce jeu finalement, au-delà de son gameplay bien foutu, c’est bel et bien son scénario, qui apporte un grand nombre de réponses sur la saga de Kingdom Hearts, mais aussi des questions insoutenables puisqu’il aura fallu attendre Kingdom Hearts III pour savoir la suite. Le jeu est un véritable prologue à ce prochain épisode. La saga du Chercheur des Ténèbres est passionnante, bourré de rebondissements, j’accroche véritablement à tout ce background.

Jouer avec Riku est toujours un plaisir

Niveau musique, c’est du Kingdom Hearts. C’est très bon, mais il faudrait penser à se renouveler un peu et à écrire de vrais nouveaux thèmes, différents. De plus, j’en ai personnellement plus qu’assez d’entendre Hikari ou Sanctuary à chaque crédits ou à chaque ouverture. Trop, c’est trop. L’overdose est là. Graphiquement, le titre est propre et joli. Ça rame quelques fois, y’a de l’aliasing, et la maniabilité est difficile quelques fois, notamment lorsque l’on cherche à se diriger, à esquiver pour ne pas se faire défoncer par les boss coriaces, et à changer de commande, c’est quasiment la mort assuré. Puisque pour le faire, il faut appuyer sur les touches haut et bas du pad directionnelle, situé en dessous du pad analogique. Assez compliqué, je vous le garantis.

A retenir

Néanmoins, Kingdom Hearts 3D : Dream Drop Distance est un très bon jeu, qui sait utiliser la console sur laquelle il se trouve. Et c’est ce que j’aime chez Nomura. Peu importe la console, il trouve toujours des façons de rendre l’expérience agréable (malgré quelques soucis de jouabilité dans cet épisode), et toujours en cohérence avec la console proposée. Kingdom Hearts 3D propose en plus de cela propose une histoire riche en émotions, un gameplay bien adapté à la 3DS. C’est en plus un incontournable pour ceux qui veulent tout connaître de la série.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] déjà fait une critique complète sur  l’épisode 3DS, je vous invite à aller la lire ici […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *