1991 : NINTENDO ET PHILIPS MAIN DANS LA MAIN

CES4

La nouvelle la plus incroyable de ce CES d’été 1991 est faite par Howard C Lincoln, le PDG de Nintendo Of America. Un accord a été trouvé entre Nintendo et Philips pour réaliser le nouveau lecteur CD pour la SNES, Lincoln certifie que « d’un point de vue technique, il était plus intéressant de travailler avec l’expertise de Sony (La Philips-cdi le montre très bien). En parallèle Philips pourra exploiter des licences Nintendo pour développer des titres dédiés, une première pour Big N. Le problème c’est que Sony avait annoncé la veille qu’ils travaillaient avec Nintendo sur le même produit, ce qui rendit furieux Olaf Olafsson côté Sony, qui déclarera :

« C’est une affaire grave qui se passe entre Nintendo et nous »

La presse de l’époque ne sait pas ce qui se passe en privé entre les deux entreprises, mais Sony déclare qu’ils n’en resteront pas là. Ils montreront plus tard une version modifié de leur Play Station avec un port Super Nintendo, avant d’abandonner complètement le port SNES et de sortir la console qu’on connait aujourd’hui.  Toujours est il que la Super Nintendo est la reine du salon avec un stand gigantesque où l’on peut jouer entre autres à PilotWings, RType ou encore Fzero.

Mais cette année sera également marquante par la venue d’une mascotte qui deviendra historique (en bon comme en mauvais) : Sonic.  En effet, c’est l’une des premières fois où le jeu Sonic The Hedgehog est montré à la presse. Pour l’occasion SEGA propose une version jouable de ce qui deviendra LE niveau de la série. La firme mise énormément dessus, car même si la console Megadrive se vend plutôt bien, Alex Kidd n’est pas une mascotte que les gens retiennent. L’avenir donnera raison à SEGA.

4 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    C’est vraiment fou de se replonger dans les replis de la Playhistoire préinternet, lorsque les seuls relais d’infos étaient les éditeurs (« MAAARKETEEEEEUUUUUUUUUUUuuuuuuuuuxxx…!!!!! », hurle-t-on au loin), où les mensonges publicitaires ne pouvaient se vérifier qu’a posteriori, où Nintendo et Sega régnaient encore en maîtres et où la console, c’était vraiment un concours de bits, quoi!

    Encore une tranche d’émotion made in FLBond! Merci!

    Répondre
  2. Igor
    Igor dit :

    Excellent article, comme d’habitude (j’ai adoré le Mario déjanté qui interpelle les spectateurs).
    Un vrai plaisir de nous faire revivre une époque où la machine était plus importante que les jeux qui étaient dessus: c’est vrai qu’à ce moment là, les salles d’arcade proposaient des jeux nettement plus élaborés, et qu’il était difficile d’imaginer qu’elles disparaîtraient au profit de ces drôles de petites boites à poser à côté de la télé.

    Encore un grand merci à flbond!

    Répondre
  3. Le serpent
    Le serpent dit :

    Et bien écoute c’était bien cool cet article, à voir comme un compte à rebours avant la création de l’E3 qui est aujourd’hui encore le salon numéro 1 des JV.

    Merci !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *