1992 : SEGA/NINTENDO : LA FORCE TRANQUILLE

oh gawd

oh gawd

Le salon CES de 1992 ne restera pas dans les annales en termes d’annonces, mais le nombre de jeu présenté est quand même conséquent et les présentations plus grand spectacle. Côté Nintendo on assiste à la mort pure et simple de la NES pour sa petite soeur. Les jeux présentés sont aussi bien des jeux adaptés de films (l’Arme Fatale 3, Robocop 3) des jeux de sport (foot, tennis), ou des licences de manière plus générale (dont l’excellent Turtle In Time). Dans la veine des accessoires pas franchement indispensable, le Super Scope est montré. Cet espèce de bazooka en plastique est le successeur auto-proclamé du Zapper (Duck Hunt). Une ludothèque dédiée est prévue, et l’un des premiers jeux annoncés est Yoshi Safari, une ballade à dos du dinosaure vert à shooter sur tout ce qui se bouge, ce qui justifiera l’horreur de la photo. Le salon est aussi une occasion d’en savoir plus sur deux jeux annoncés : Zelda 3 et Super Mario Kart. Les deux jeux tout juste sortis ou allant sortir selon le territoire, émerveillement par leurs graphismes colorés et leurs animations, et auront un succès fou. Pour finir sur Nintendo, le salon aura sa mini conférence qui est à la fois riche en vidéos et à la fois…bizarre.

Sega-Mega-CDMais SEGA n’est pas en reste et base sa présence au salon sur deux points : les jeux et la Mega CD. Sur les jeux on a tout d’abord la suite des aventures de Sonic, avec une présentation et une démo jouable. La nouveauté est la présentation du personnage de Tails, ainsi qu’un mode coopératif entre Sonic et ce renard qui en fait craquer plus d’un. Autre jeu classique pour les fans de SEGA, Street Of Rage 2 va défoncer des gueules en live et provoque des queues importantes. On sent également que le constructeur veut mettre le paquet sur les jeux de sports avec pas moins de 11 jeux au CES. Les plus connus sont bien sur les California Games, mix de sports du surf au skate. Mais la star du stand SEGA avec Sonic est la Mega CD. Ce nouveau support de jeu se fixe à la Megadrive et permet de lire des jeux en « qualité CD’. L’estimation du prix est à plus de 2000 francs, mais bizarrement le public est conquis voyant là la révolution du jeu vidéo. En général les deux constructeurs dominent le salon, et NEC comme Philips passent au second plan.

Plus insolite, le stand Nintendo accueille une attraction particulière : MarioFaitDesVideos. En coulisses, un acteur porte un casque contenant des capteurs et se retranche derrière des écrans. Dans le salon, un écran de démonstration est complètement perturbé par un Mario qui décide de foutre le bordel. Entre autres il prend à partie un journaliste Américain en faisant des vannes et en se foutant de la gueule du collègue absent, et se transforme à volonté. Un Mario totalement en roue libre.

4 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    C’est vraiment fou de se replonger dans les replis de la Playhistoire préinternet, lorsque les seuls relais d’infos étaient les éditeurs (« MAAARKETEEEEEUUUUUUUUUUUuuuuuuuuuxxx…!!!!! », hurle-t-on au loin), où les mensonges publicitaires ne pouvaient se vérifier qu’a posteriori, où Nintendo et Sega régnaient encore en maîtres et où la console, c’était vraiment un concours de bits, quoi!

    Encore une tranche d’émotion made in FLBond! Merci!

    Répondre
  2. Igor
    Igor dit :

    Excellent article, comme d’habitude (j’ai adoré le Mario déjanté qui interpelle les spectateurs).
    Un vrai plaisir de nous faire revivre une époque où la machine était plus importante que les jeux qui étaient dessus: c’est vrai qu’à ce moment là, les salles d’arcade proposaient des jeux nettement plus élaborés, et qu’il était difficile d’imaginer qu’elles disparaîtraient au profit de ces drôles de petites boites à poser à côté de la télé.

    Encore un grand merci à flbond!

    Répondre
  3. Le serpent
    Le serpent dit :

    Et bien écoute c’était bien cool cet article, à voir comme un compte à rebours avant la création de l’E3 qui est aujourd’hui encore le salon numéro 1 des JV.

    Merci !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *