1993 : ELLE EST BELLE MA CONSOLE

CES3Il y a bien longtemps, en 1983, une crise avait frappé durement le jeu vidéo, causant la semi mort d’Atari. Une des principales raison avait été la multiplication de consoles jusqu’à l’écœurement.Eh bien 10 ans plus tard, les constructeurs n’ont décidément rien compris car on voit que les succès de SEGA et Nintendo ont donné des idées à la concurrence. A commencer par l’Amiga CD 32, la machine dédiée au jeu salon du constructeur d’ordinateurs Amiga (si joliment présentée par nos amis ci contre) . Elle se présente comme l’opportunité rêvée de jouer aux classiques Amiga sur console. Malheureusement, l’avenir donnera tort à l’entreprise, tout d’abord avec une ludothèque très pauvre en jeux CD32 (même si les jeux Amiga de base fonctionnent) et une manette des plus immondes. Toujours dans les tentatives de consoles CD, des exfiltrés de chez Electronics Arts décident de créer la 3Do Company. Cette société pense alors à vendre une licence de console 32 bits appelée tout simplement 3Do. Les constructeurs ont tout simplement à l’intégrer à leur hardware, et le premier à dégainer est Panasonic FZ-1. La ludothèque annoncée est plutôt intéressante et très typée ordinateur. On aura entre autre Wing Commander III d’Origins, Alone In The Dark 1 & 2 d’Infogrames ou Street Fighter II, dans une volonté de mixer les joueurs ordinateur et console ensemble. Des jeux dédiés (sur le moment) comme les Army Men sont d’ailleurs de très bonne qualité. Mais la console se fera emporter par la mauvaise gestion de la 3Do company et une petite nouvelle de Sony. Mais pas autant que la console ci dessous

atari-jaguarLa plus grande curiosité du salon est la magnifique (ironiquement) Jaguar de chez Atari. Après un succès plus que moyen de la Lynx, Atari se dit qu’il faut changer sa stratégie. Et quoi de mieux que de se battre sur le terrain des chiffres pour l’emporter? La Jaguar sera donc une 64 bits (les pubs le feront bien savoir). Contrairement aux deux premiers exemples, le module de base possédera des cartouches de haute capacité. Les jeux disponibles sont Cybermorph et Total Carnage, peux intéressants, mais les gens ont gardé en tête que c’était puissant. Une fois celle ci sortie, ces derniers vont vite déchanter car la machine n’est pas du tout équipée pour la 3D et fait même ramer les jeux 2D. Dans les 2 premières années, seulement 15 jeux sont disponibles et pour un prix avoisinant les 300 $ et les ventes sont moyennes. La console va se détruire en plein vol peu de temps après lorsque les vraies 32 bits arriveront : la Saturn de SEGA et la PlayStation de Sony. C’est d’ailleurs avec cette dernière que le jeu vidéo opérera une transition vers un marché plus grand public, mais ça c’est une autre histoire. Toujours est il qu’à partir de 1995, un changement majeur se fera dans les salons Américains du numérique. Le CES continuera d’exister et parlera de tous les types d’appareils électroniques, dont parfois des consoles de jeux. Mais le jeu vidéo prenant de l’ampleur, il est décidé de faire un salon dédié au jeu vidéo. Le convention center de Las Vegas est trouvé : l’E3 est créé.

A retenir

L’évolution des salons promouvant les jeux vidéos et à lier au gain de popularité en général du média. D’une présence plus confidentielle dans un public d’initiés, la moitié des années 90 et la venue de la PlayStation bousculera le secteur pour l’ouvrir à un très large public. Par la suite la montée d’internet transformera les habitudes de jeu et de présentation également.

4 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    C’est vraiment fou de se replonger dans les replis de la Playhistoire préinternet, lorsque les seuls relais d’infos étaient les éditeurs (« MAAARKETEEEEEUUUUUUUUUUUuuuuuuuuuxxx…!!!!! », hurle-t-on au loin), où les mensonges publicitaires ne pouvaient se vérifier qu’a posteriori, où Nintendo et Sega régnaient encore en maîtres et où la console, c’était vraiment un concours de bits, quoi!

    Encore une tranche d’émotion made in FLBond! Merci!

    Répondre
  2. Igor
    Igor dit :

    Excellent article, comme d’habitude (j’ai adoré le Mario déjanté qui interpelle les spectateurs).
    Un vrai plaisir de nous faire revivre une époque où la machine était plus importante que les jeux qui étaient dessus: c’est vrai qu’à ce moment là, les salles d’arcade proposaient des jeux nettement plus élaborés, et qu’il était difficile d’imaginer qu’elles disparaîtraient au profit de ces drôles de petites boites à poser à côté de la télé.

    Encore un grand merci à flbond!

    Répondre
  3. Le serpent
    Le serpent dit :

    Et bien écoute c’était bien cool cet article, à voir comme un compte à rebours avant la création de l’E3 qui est aujourd’hui encore le salon numéro 1 des JV.

    Merci !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *