…qui retrouve ses couronnes avec les DLC

csk-gameplay-2

Chaque mois de l’été dernier (avec cependant un retard pour le dernier épisode paru finalement début octobre) est sorti un épisode d’une série de DLC intitulée “The Lost Crowns”. Déclinée successivement en “Crown of the Sunken King”, “Crown of the Old Iron King” et “Crown of the Ivory King”, cette mini-série -que l’on aurait limite pu nommer “A Song of Ice and Fire”- a déjà dû faire avaler la pilule du Season Pass, alors qu’il avait été promis qu’aucun DLC ne sortirait pour ce jeu. Jeu déjà bien généreux en termes de durée de vie, argument des défenseurs de ce contenu supplémentaire que l’on peut entendre.

Seulement voilà, le procédé peut faire grincer des dents et surtout, à l’instar de Prepare to Die Edition, les DLC de Dark Souls 2 apportent une plus-value indéniable, en ce sens qu’ils renouent, pour notre plus grand plaisir, avec la maîtrise du level design et la difficulté épicée de la série, aussi bien dans les phases classiques que les combats de boss. Par beaucoup d’aspects, ces épisodes additionnels viennent gommer l’impression d’une plus grande accessibilité, pour ne pas dire facilité. Les deux premiers plongent le joueur dans des antres cohérents et connectés par des raccourcis et autres ascenseurs, se découvrent par l’échec répété, voire quasiment insurmontable à certains moments, à moins d’une patience inébranlable et d’un timing chirurgical.

dark-souls-2-dlc-sunken-king-6-1024x576

On pense notamment aux colistiers des boss finaux, tous plus coriaces les uns que les autres et offrant enfin, et plus souvent que leurs confrères génériques, ce fameux sentiment d’accomplissement. La traversée des ruines souterraines et humides de “Crown of the Sunken King” est vertigineuse et se traduit par un chemin empoisonné, tandis que celle des deux autres épisodes est plus construite autour de zones reliées. Mais elles n’échappent pas à la contrainte d’un équipement adapté, au feu pour “Crown of the Old Iron King” et à la magie pour “Crown of the Ivory King”. Certains builds seront donc mis à rude épreuve et il ne faudra pas vous étonner de devoir réattribuer vos statistiques grâce à un Calice d’Ames auprès des Gardiennes du Feu. C’est quelque peu dommage quand l’on sait que l’un des plus grands atouts du titre est son gameplay riche en possibilités et libre dans les choix d’évolution.

Une adaptabilité nécessaire pour survivre aux défis de cette série des “Couronnes Perdues” des vassaux du Roi Vendric qui en apprendront donc un peu plus sur le lore de Dark Souls 2. Le plus gros regret est en fait ce recyclage de patterns ou de designs de certains boss. Parce que pour le reste, c’est du tout bon pour les fans de la série. Et du tout beau également, puisque certains décors sont particulièrement bien travaillés et l’arrivée dans la froide Eleum Loyce par exemple arrache plusieurs minutes de contemplation au milieu de cet horizon immaculé de glace. Tout comme le procurent les amas de cendres de “Crown of the Old Iron King”. A noter pour finir, certains passages totalement optionnels plutôt orientés multi et qui nécessiteront d’autres paquets de mouchoirs. Pour pleurer, hein.

Dark_Souls_2_64476

A retenir

En somme, Dark Souls 2 est un très bon jeu, indéniablement. On peut lui reprocher une construction moins continue, une ambiance moins viscérale, mais il réussit en termes de richesse de gameplay et de réalisation technique là où son devancier pouvait pêcher. Il manque probablement de sa grandeur et se savourera certainement beaucoup mieux en édition “Game of the Year”, les DLC apportant environ une quinzaine d’heures supplémentaires de très bonne qualité et renouant avec les plus beaux moments du premier épisode.

 PS : Les versions PS4 et One arrivent courant de l’année prochaine

Informations sur le jeu

Plateformes : PC, PS3, 360, PS4, Xbox One

Genre : Hack’n Run

Développeurs : From Software

Éditeur : Bandai Namco

Date de sortie : Eté 2014

5 réponses
    • Totof
      Totof dit :

      Demon’s Souls, parce que c’est moins long, plus facile. Il contient en substance toutes les bonnes idées qui seront ensuite développées et concrétisées pour donner le monstre Dark Souls (qui est le meilleur de tous pour moi pour l’ambiance et le lore).

      Le Souls idéal serait Dark Souls avec la technique et l’optimisation du 2, notamment sur PC. Là, je crois que je me fais dessus.

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] facture, commencée avec l’inoubliable Artorias of the Abyss et le très recommandé Crown of the Old Iron King (Raime, si tu passes par là, la bise…). The Ringed City apporte une conclusion à la hauteur, […]

  2. […] essentiels à la compréhension du troisième épisode (qui se veut plus une suite directe que le II) sont faits de manière claire et concise. Tout comme le sont les chapitres dédiés aux musiques […]

  3. […] (expliquant aussi par son absence le manque de “courage” et le level design moins inspiré de Dark Souls 2), et faisant le lien avec les inspirations et les mythologies dans lesquelles puisent ces softs […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *