Vive le système !

dark-souls-playstation-3-ps3-1299244319-033Le système de Dark Souls possède assez de profondeur pour permettre au joueur de personnaliser son aventure, à commencer par le héros qu’il va contrôler. Dix classes sont disponibles : guerrier, chevalier, aventurier, voleur, bandit, chasseur, sorcier, pyromancien, prêtre et mendiant. Il y en a pour tous les goûts, aussi bien les amateurs de la lutte au corps-à-corps qu’à distance, les magiciens que les allergiques aux sorts. En plus de l’apparence physique et de la classe, il est possible de choisir un don, qui constitue un attribut supplémentaire. Quoiqu’il en soit, il y a certaines prédispositions selon ce que le joueur veut être, même si rien n’est figé. Il y a clairement le choix des armes, parce qu’entre marteaux, lances, épées, katanas, arcs, arbalètes, hallebardes, bâtons, le système de Dark Souls propose un large éventail de panoplies de coups, de portées et de rapidité différents. Comme dans Skyrim, les deux mains du personnage sont assignées aux gâchettes gauches et droites qui sont à exploiter comme on l’entend: bouclier/arme, arme/arme, magie/arme, bouclier/magie, etc. La première servira à la protection ou à un coup rapide, celle de tranche aux charges puissantes et à la parade. Mais au-delà de tout ceci, le coup dans le dos de l’adversaire est à recommander car il fait énormément de dégâts et se révèle d’une utilité très précieuse. Chaque mouvement consomme de l’endurance, clef du système de combat de Dark Souls. En effet, c’est elle qui détermine les possibilités d’action et elle ne se recharge à une vitesse convenable qu’en ne sollicitant pas les gâchettes ou les mouvements spécifiques (roulade, course, pas chassé). Il faut donc éviter de rester trop sur la défensive car cela ne fera pas forcément revenir la jauge à son plein. Comme il est décidément bien pensé, Dark Souls ne fait pas consommer d’endurance au joueur qui décide de se soigner via cette fameuse potion nommée Fiole d’Estus, qui se recharge à chaque passage à un feu de repos et dont la capacité de guérison peut s’améliorer via des âmes spéciales. Les âmes, justement, constituent la monnaie unique du titre puisque tout s’achète avec elles : niveaux, objets, forgeages, armes, armures. C’est donc surtout le succès au combat qui gratifiera et servira l’évolution du personnage, même s’il est possible de trouver çà et là des âmes dans un coffre ou un recoin.

article_post_width_news-dark-souls

Chaque niveau franchi permet d’augmenter une caractéristique au choix, parmi lesquelles la foi, la force, la dextérité, l’endurance, la résistance. Il faudra par exemple avoir atteint un certain stade dans une compétence pour être capable de manier des armes ou des boucliers plus lourds, voire des sorts plus puissants. Pour finir, Dark Souls joue également avec une dimension qui voit le personnage redevenir humain. Dans cet état, il possède de meilleurs attributs, peut embraser un feu pour augmenter le nombre de guérisons possibles avec la Fiole d’Estus, mais il peut également se faire envahir par un esprit vengeur ou un autre joueur avide de lui voler son stock d’âmes. Le plus intéressant reste la possibilité d’invoquer des esprits via des marques au sol. Ces combattants contrôlés par l’IA ou un joueur en ligne sont d’une aide précieuse face à certains boss et changent carrément la donne et la tactique adoptée.

A retenir

Assurément, Dark Souls est maléfique et malicieux. Mais il n’est pas malin, dans le sens fourbe du terme. Le titre de From Software offre une expérience singulière, unique, juste et qui transcende le plaisir de la victoire et de l’avancée vers l’inconnu. Mourir fait partie du jeu et fait tout son sel, et c’est comme franchir un stade de maturité dans sa vie de gamer que de le finir. Et même s’il arrive qu’on prenne les pieds à son cou devant certains formidables ennemis, on regrettera seulement que Dark Souls n’ait pas pu bénéficier d’une réalisation plus homogène et plus maîtrisée  Mais jouer à ce titre revêt une particularité si grande qu’il ne faut pas passer à côté.

Informations sur le jeu

Plateformes : PC – PS3 – Xbox 360

Genre : Action-RPG

Développeurs : From Software

Éditeur : Namco Bandai Games

Date de sortie : Octobre 2011

8 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Honnêtement, ils me fichent la trouille, ces jeux, j’ai peur soit de sombrer dans l’horreur et la glauquitude, soit de me retrouver face à du challenge trop hardcore pour moi. Et pourtant, ton test fait carrément envie, et les images et les vidéos que j’ai pu voir baignent dans une ambiance forte, qui dit « viens souffrir, viens… »
    Argh!! Que faire ?!!!

    Répondre
  2. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    T’as raison Totof, je chausse mes burnes en kevlar et … merde, ça y est, j’ai de nouveau la trouille!

    (@le serpent : j’y crois pas, je tourne le dos 5 minute et hop, ça lash, ça traite, attends que je vienne donner un pti concert dans ta ville, je sais où t’habite, mec, et ça va chier^^!!)

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] apparence particulièrement punitifs comme ceux de Miyazaki – papa de Demon Souls, sa suite Dark Souls  et son héritier lovecraftien Bloodborne – trouvent massivement leur public, il est […]

  2. […] de From Software avec la série Dark Souls et Demon’s souls ont réussi à recréer une envie de défi, de challenge masochiste dans le […]

  3. […] peu à la manière d’un Dark Souls en fait, parce que ce n’est pas le seul atout que le titre de Galhmac Game emprunte à celui […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *