Évolution d’un héros atypique

Des nouvelles têtes sont venu ce joindre à la fiesta du démembrement, regardez sa belle geule d'ange on a envie de l'epargner.... Non je déconne quelques tirs pour le faire ramper à vos pieds suffiront !

Des nouvelles têtes sont venu ce joindre à la fiesta du démembrement, regardez sa belle gueule d’ange on a envie de l’épargner…. Non je déconne quelques tirs pour le faire ramper à vos pieds suffiront !

Isaac Clarke un « jeune » héros dans l’univers du jeu vidéo à réussir à franchir le pas des héros marquants, déjà de par son armure qui lui permet de survivre dans l’espace ; en outre, l’armure est la marque de la série et et participe à l’identité d’Isaac également. Personnage effacé dans le premier opus, sauveur brisé dans cet épisode, l’évolution du personnage laisse dubitatif et ça reste un plaisir (certes malsain) de le voir névrosé mais réussir à affronter ses peurs et à lutter avec acharnement pour endiguer une menace de taille. Loin de Solid Snake, Dante, Kratos ou Chris Redfield, Isaac n’a pas de pouvoir particulier ou d’aptitude au combat, il se contente simplement d’utiliser ses talents d’ingénieur et une volonté de fer qui s’accroît pour lui permettre d’aller jusqu’au bout de sa quête visant l’éradication des nécromorphes. Dans cet épisode les développeurs ont enrichi le personnage d’Isaac, lui attribuant entre autre le rôle de « dernier espoir » mais toujours brisé par sa confrontation entre lui est les nécromorphes, nous laissant transparaître une émotion palpable ainsi que sa fragilité malgré le fait que le personnage soit un farouche lutteur à la peau dure. Un gros travail à été fait sur ce personnage et qui nous marque d’autant plus dans les phases finales du jeu, le rendant épique. On soulignera aussi un scénario des plus intéressants car il retrace l’origine des nécromorphes et du monolithe haletant, passionnant et bien complexe, ce scénario nous mène aux confins d’un monde plein de mystère qu’Isaac devra percer pour que le fléau se termine pour de bon. Serez-vous prêts à vous plonger dans une horreur sans limite et une peur pesante ? Si c’est le cas, Isaac vous donne rendez-vous pour sonder les entrailles de Tau Volantis.

A retenir

Un grand jeu, une suite digne de ce nom et surtout le grand comeback de la peur qui est ce qui caractérise la série et qui hélas avait été mis de côté dans le second opus. Des graphismes au scénario, de la bande-son au personnage d’Isaac, Visceral Games s’est donné à fond pour fournir un soft de très grande qualité, un titre qui nous prouve qu’il n’est toujours pas un simple jeu de tir mais une aventure profonde qui nous mène aux portes de l’horreur et des origines d’un monde encore bien mystérieux.

Informations sur le jeu

Plateformes : Playstation3 – Xbox 360 – PC

Genre : Survival-horror

Développeurs : Visceral Games

Éditeur : Electronic Arts

Date de sortie : 08 février 2013

Yannou

 

6 réponses
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Mon petit Yannou, ton dernier paragraphe m’a vraiment intéressé.
    Cette mise en perspective du personnage central vraiment intéressante.

    Bravo !

    Répondre
  2. Yannou
    Yannou dit :

    Merci mon ami, il fallait vraiment souligner ce point sur le héros car il ne laisse pas indifférent et vu que je suis la série c’était vraiment flagrant de voir le contraste

    Répondre
  3. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Eh ben j’ai bien pris mon pied en lisant ton article, mon p’tit Yannou, et honnêtement, ça fait plaisir d’apprendre que la licence la plus flippante des next gen s’est décidée à nous refoutre les chocottes comme il faut^^! (parce que le un, qu’est ce qu’il était efficace, vacherie!)
    Bref, un bon test qui m’a carrément donné envie! Merci Yannouuuu!

    Répondre
  4. Le serpent
    Le serpent dit :

    Mais yannou,
    quand je lis d’autres critiques, beaucoup disent qu’il y a trop d’action.

    Tu as vraiment un point de vu atypique. Comme quoi, un jeu vidéo et sa critique est toujours subjective

    Répondre
  5. Yannou
    Yannou dit :

    Toujours l’être au moins, mais même si j’en parle pas trop il y’a de l’action mais condensé et j’ai vraiment eu cette peur que je n’avais pas eu depuis le 2 ou y’avait beaucoup d’actions est de gunfight

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *