dishonored-jaquette_09025802B400113588

Il existe deux genres de jeu : ceux qui ne vous laissent aucune liberté de façon à suivre leur histoire tel que les développeurs l’ont voulu et ceux qui vous laissent faire ce que vous voulez pour arriver à vos fins. Dishonored fait clairement partie de la seconde catégorie. Le maître-mot du jeu est « choix ». Faire le choix de jouer brutal ou furtif, le choix de passer par les toits ou par les égouts, le choix de tuer ou d’épargner… Mais avant tout ça la question est : est-ce que vous allez faire le choix d’adhérer à Dishonored ?  Plongeons dans Dunwall pour vérifier cela…

 

C’is pa moua misieur l’agent, primi !

Prendre de la hauteur est souvent la meilleure solution pour évaluer la situation

Prendre de la hauteur est souvent la meilleure solution pour évaluer la situation.

L’histoire commence alors que Corvo, protecteur de l’impératrice, revient d’un voyage dans les pays voisins dans le but d’obtenir un soutien contre la peste qui s’est abattue sur Dunwall, une ville en pleine révolution industrielle suite à la découverte du potentiel énergétique de… l’huile de baleine, Nicolas Hulot en fait des cauchemars. Alors que vous allez faire votre compte-rendu plutôt négatif, des assassins apparaissent. Vous défendez ardemment l’impératrice et sa fille mais l’un des attaquant vous paralyse, permettant à ce qui semble être leur chef de poignarder la mère et de capturer la fille. Vous remettant tout juste de vos émotions, vous vous traînez jusqu’à votre reine mortellement blessée qui dans un dernier soupir vous dit que vous êtes le dernier espoir de Dunwall, et de retrouver et veiller sur Emily, désormais l’héritière du trône. A peine a-t-elle poussé son dernier soupir que le Grand Superviseur Campbell (chef du culte) et le Lord-Régent Burrows sont sur les lieux du crime, deux gardes vous tenant en respect avec lame et pistolet. Ils vous accusent du meurtre de l’impératrice et de l’enlèvement d’Emily et vous font enfermer. Votre réputation est salie, vous êtes DISHONORED ! Vous vous retrouvez alors dans votre cellule (comme souvent dans les jeux Bethesda) où on vous sert votre dernier repas avant votre exécution. Pourtant ce n’est pas là la fin de votre histoire, bien au contraire, sous le pain servant de maigre pitance le mot d’un « ami » vous indique que des armes ont été laissées à votre disposition dans les égouts juste à la sortie du pénitencier. De plus quelqu’un vous attendra pour vous exfiltrer… si vous arrivez à sortir de prison, le premier pas étant s’échapper de la cellule où vous vous trouvez grâce à la clef fournie avec le mot.

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *