Hyrule WarriorsAnnoncé en décembre 2013 par le biais d’un Nintendo Direct, Hyrule Warriors en a fait peur à plus d’un. Un Dynasty Warriors dans l’univers de Zelda, fait par Temco Koei et Team Ninja, il y a de quoi se poser des questions. D’autant plus que les premières rumeurs parlaient du titre comme étant le Zelda U tant attendu. Mais les doutes ont été dissipés par Eiji Aonuma, le producteur des Zelda, annonçant par la même occasion suivre le développement de près. Un an plus tard le jeu sort sur nos Wii U, avant la vague Bayonetta 2. Sachant que la série Dynasty Warriors n’a jamais vraiment passionné les foules, qu’en est il du spin-off Big N?

LA BATAILLE POUR LA TERRE DU MILI…HYRULE

Les héros de la légende à nouveaux réunis

Les héros de la légende à nouveaux réunis

Au vu des ventes assez faibles de la série Dynasty Warriors (DW), certains ont sans doute jamais su le principe de ces jeux (sauf le premier épisode). Vous prenez le contrôle d’un des généraux en conflit pour la réunification de la Chine, dans le but de réunir différentes provinces sous votre bannière. Le jeu se décompose en plusieurs zones réunies en arènes. et chaque armée peut posséder chacune d’elles pour prendre l’ascendant sur son adversaire (de nouveaux renforts partiront de ces zones). La bataille est gagnée si le général adverse est vaincu ou si des objectifs spéciaux sont remplis. Les terrains reprennent des contrées de l’extrême orient, et après 8 épisodes canoniques et des spins off (Gundam), la bataille a assez peu changé en formule. Dans Hyrule Warriors, les généraux sont remplacés par les personnages de la saga de Nintendo, et les contrées sont celles de nombreux opus de Zelda, à commencer par l’éternelle terre d’Hyrule. Et là, le petit coeur de fan peut battre. Dès le premier niveau de l’histoire, après un courte cinématique montrant Zelda et Impa faisant face à une attaque du château d’Hyrule, nous somes lâchés avec Link au commandes de l’armée Royale. Thème à la guitare électrique, ennemis par dizaines et batailles acharnées, c’est avec le frisson que l’on se lance en rang serré pour défaire la légion de monstres. Il faut de l’organisation pour capturer des positions ennemies, arènes ou postes gardés par des chefs, mais également de la résistance pour garder ses positions. Le personnage peut également utiliser la magie, et accumuler de la triforce pour des coups spéciaux. Un des moments clé de la bataille reste l’obtention d’une arme ultime pour atteindre le grand boss d’en face, armes prenant la forme des objets classiques d’un Zelda. Dans le premier niveau, c’est la bombe qui nous sert à nous frayer un chemin jusqu’au boss, un certain Dodongo. Malheureusement, la défaite de celui ci n’a été qu’une diversion pour capturer la princesse Zelda, ce qui emmène nos héros dans différents univers. Les missions reprennent ensuite toutes le même principe. Entre temps nous pouvons changer de personnage selon sa force, acheter des armes, créer des badges de force ou défense, etc… Il est intéressant de pouvoir appréhender chaque situation avec un personnage différent de la série (sauf cas imposés). Link est polyvalent, Impa plus puissante, … et nous aurons même droit à des personnages plus improbables (Ganondorf). Les musiques sont également assez variés, ainsi que les coups spéciaux et les ennemis. Une plongée prenante dans l’univers de Zelda? oui mais avec quelques problèmes.

LES VIEUX DÉMONS REVIENNENT

Une tête malheureusement trop connue.

Une tête malheureusement trop connue.

Malheureusement le plaisir de la bataille enflammée connaît quelques couacs, à commencer par une sensation de manque de challenge. C’est simple, à part les boss tout semble programmé pour se faire tuer. La palme d’or est attribuée aux Gorons qui de, temps à autre, ne font que se regarder. Pour tout dire, même en présence des boss, tous les ennemis classiques sont juste des  réserves à cœurs ou autres parties de triforces. Cette impression est renforcée par le déroulement de certaines campagnes. Si l’objectif vous amène au nord de la carte, rester dans le sud de celle ci fera que tout le monde reste immobile, le jeu ayant décidé que vous n’avez plus à être ici.  Pour un jeu qui se dit « en vastes arènes », c’est assez problématique. Le tout donne une impression de répétitivité vu que c’est tout le long du mode campagne. Il y a un mode libre associé pour retraverser les décors avec tous les personnages, mais à part pour tester les capacités de chacun dans un univers moins hostile avant de continuer l’aventure, le côté redondant est présent. Autre défaut déjà présent dans les DW, mais compréhensible au point de vue purement technique : la réalisation. La décision d’effectuer un jeu se basant sur des combats à grande  échelle impose des restrictions sur le plan technique. Hyrule Warriors est de ce fait plutôt fluide, mais sans être particulièrement moche il n’est pas si fin techniquement. Enfin la caméra peut parfois réserver des surprises. Si globalement elle fait bien son travail, et ne pose pas de problèmes dans les lieux plus ouverts, c’est une autre histoire dans des grottes ou contre les boss. Parfois on assiste à un rapprochement serré sur notre personnage, et dans le cas du Dodongo cité plus haut habitué a nous rouler dessus, on peut avoir notre personnage qui vole un certain temps en nous laissant regarder le sol impuissant. Des défauts aux final non pénalisant pour l’esnemble du jeu, mais qui repousseront les moins passionnés. Et en parlant de passionnés…

UN JEU 100 % ZELDA

Tiens, ça me dit quelque chose!

Tiens, ça me dit quelque chose!

Malgré ces faiblesses, le jeu de Tecmo Koei est développé pour que toute personne aimant la série Zelda se dise : ce jeu est fait pour moi. Les jeux visités (Ocarina of Time, Skyward Sword, Majora’s Mask, …), les héros  (Zelda, Link, Sheik, …), les ennemis (Dodongos, Lune de Majora’s Mask, Ganondorf, Midona), tout y est représenté en masse pour plaire. On peut collectionner des armes, choisir les musiques de bataille, débloquer de nombreux bonus et s’essayer à un mode parfaitement conditionné pour faire vibrer la fibre nostalgique. Ce mode est appelé Aventure, et nous transpose sur une carte divisé en cases, deux n’étant pas plongées dans le noir : la map de Zelda 1. Outre le fait de retrouver avec plaisir mon jeu Zelda préféré, chaque case découverte propose une sorte de défi. Ça peut aller d’une simple défaite de boss à une obligation de tuer 300 ennemis sans se faire toucher, et chaque victoire donne un rang et un objet spécifique. Pour le rang, il permet de se situer dans sa performance mais surtout de pouvoir accéder à d’autres zones de la carte, demandant au fur et à mesure une perfection dans la réalisation du défi. Les objets sont quant à eux assez originaux. représentés par des icônes 8 bits (bougie, bombe, grappin, bracelet de force, …). En effet, certaines zones de la carte renferment des objets pour l’aventure principale, ou des passages secrets non visibles d’habitude. Le joueur peut donc passer en mode exploration, et à l’instar de l’épisode NES, utiliser les objets à l’écran. Par exemple, la bougie permet au tout début du mode de bruler un buisson pour découvrir un passage secret, la boussole dévoilera des choses, le grappin permettra d’être un montagnard, etc… Le mode est déjà de base très long avec les défis, avec le mode d’exploration on dépasse facilement la vingtaine d’heures. Une bonne initiative de la part des développeurs. Un mode coopération local est disponible, permettant d’ajouter du fun à des passages un peu répétitifs. L’un des joueurs est sur le gamepad et l’autre sur l’écran, les deux jouant un personnage de la campagne principale, tous deux s’entraidant. Au final, des ajouts sont présent pour réellement fournir un contenu plus que correct pour une durée de vie importante. La réserve étant d’adhérer à l’univers Zelda.

A retenir

Hyrule Warriors a les défauts et les avantages des Dynasty Warriors, avec un supplément Zelda. Le jeu est une déclaration d’amour aux fans de la série, avec un passage en revue de tous les épisodes au travers de nombreux éléments (ennemis, alliés, objets) et un contenu important. Le fait également de pouvoir se lancer dans une immense bataille dans l’univers de Zelda est un plaisir jouissif. Par contre on peut reprocher une certaine répétitivité, ainsi qu’un challenge pas vraiment présent (sans parler des DLC). En résumé, un jeu a prendre si vous êtes bien fans de la série de Nintendo.

Informations sur le jeu

Plateforme :  Wii U

Genre : Bastonnage

Développeur : Tecmo Koei/ Nintendo

Éditeur : Nintendo

Date de sortie : 19 septembre 2014

4 réponses
    • Flbond
      Flbond dit :

      Honnêtement je te conseille de le faire; quand t’auras une Wii U, avec un pote. Tu passeras plus vite les moment chiants, et tu verras la trouzaine de références

      Répondre
    • Flbond
      Flbond dit :

      Mes hommages Sergent,

      Oui ça fait un peu skin Zelda et pas vraiment un jeu a part entière, après ils ne se sont vraiment pas foutu de la gueule des gens sur le contenu.

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *