IEGO1

La série Inazuma Eleven commence à faire son petit bout de chemin. Avec 10 épisodes dont une collection au Japon, cette saga de RPG footballistique de Level-5 s’installe comme une référence sur les console Wii/DS/3DS, accompagnée d’un manga et d’un anime. La traversée vers l’Occident s’est par contre fait attendre, et les épisodes sont arrivés en France généralement 3 ans plus tard, pour un résultat un peu dépassé techniquement (les épisodes DS sont sortis sur 3DS). Avec le premier épisode de la série Go, l’écart se réduit et des défauts ont été corrigés. Pour un sans faute?

 

ENSEMBLE SAUVONS LE FOOT

Des anciennes connaissances font leur retour.

Des anciennes connaissances font leur retour.

L’aventure débute 10 ans après Inazuma Eleven 3. L’équipe d’Inazuma Japon (Collège Raimon)  a remporté le mondial et le football devient un sport incontournable. Les retombées sont si grandes que tout adolescent ou presque s’inscrit dans les collèges sportifs. Malheureusement avec la popularité viennent les envies de pouvoir. Une organisation appelée l’Olympique de Mars…pardon le Cinquième Secteur, instaure la corruption à grande échelle sous réserve de « réguler le sport ». L’argent est devenu prioritaire, un Empereur Sacré est désigné et chaque score des matchs entre les collèges est déterminé à l’avance. Le collège Raimon n’échappe pas à la règle et tout le monde semble s’être adapté aux nouvelles directives venant de la sombre organisation. C’est dans ce contexte pas vraiment réjouissant qu’évolue le personnage contrôlé par le joueur : Arion Sherwind. Ce jeune 6 ème est un passionnée de « vrai » football depuis des années qui rêve de s’entraîner dans le collège des champions du monde. Son vœu sera exaucé quand on lui annonce qu’il est inscrit au collège de Raimon. Il y part donc avec la tête rempli d’idéaux mais apprend à sa grande déception que le football qu’il imaginait a complètement changé. Il ne perdra certainement pas espoir et tentera progressive de rallumer le feu de la passion chez chacun de ses coéquipiers. Va t-il réussir à changer la face du sport qu’il aime? trouver des alliés dans cette tâche? C’est ainsi que débute une aventure remplie de foot, de techniques endiablées mais également de retournements de situations. Et c’est justement un des gros efforts portés par Level-5 sur la série : L’immersion du joueur.

LE DESSIN ANIME DANS LE JEU (ET VICE VERSA)

Un changement de ton certain.

Un changement de ton certain.

Le jeu est adapté de l’animé du même nom et ça se sent. On ne va pas s’attendre à une révolution profonde mais plusieurs changements interviennent. Dès l’allumage de la 3DS, on est accueillis par un générique rappelant fortement les dessins animés de notre enfance (Olive et Tom pour ne pas le citer), avec des références au courage, à l’amitié et à la victoire. Et ce ton plus caricatural mais fun se traduit dans le reste du jeu.  Les personnages sont déjà plus intéressants : Arion est clairement naïf mais va motiver l’équipe, Riccardo doute de sa capacité de captitaine d’équipe, Victor ne parait pas aussi mauvais qu’il le laisse penser, etc… Ça change de Mark Evans et sa phrase en boucle sur les bienfaits du football. Celui-ci fera d’ailleurs son retour dans l’aventure, pour peut être lui aussi amener du changement. Il sera accompagné de temps à autres de personnages de la première trilogie dans des rôles plus adaptés à leur nouvel âge, bons comme mauvais. En général, le ton est moins léger que dans les autres épisodes et on peut être amené à perdre volontairement des matchs afin de faire avancer l’histoire. Level-5 met également certains de ses personnages à mal, même s’ils sont centraux. Pas de méprise cependant, le jeu est en partie ciblé pour les enfants, mais c’est avec plaisir qu’on voit un titre ne pas prendre les personnes pour des individus incapables de réfléchir plus de 30 secondes. Une évolution de la série réellement appréciée qu’on espère voir confirmée dans les autres épisodes de la saga « Go » (seulement sortis au Japon).  Comme les jeux précédents, la version choisie (Lumière ou Ombre) nous amène des spécificités scénaristiques. Reste à voir comment s’en sort le jeu lui même

5 réponses
    • Flbond
      Flbond dit :

      Alors comme je disais dans le test; autant les 3 premiers Inazuma sont à la limite du concon, autant l’épisode Go a une histoire beaucoup moins manichéenne. On se comprend ça reste adapté à un jeune âge, mais c’est pas l’abrutissement d’un tele tubbies non plus

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *