MGSGZ Box

J’arrive un peu après la bataille et je dois vous avouer que ça me plait. Il faut dire que de l’encre a coulé depuis la sortie, en Mars dernier, de Metal Gear Solid V : Ground Zeroes déjà annoncé par ses détracteurs comme l’arnaque sans nom, dernier coup bas de Kojima et de son éditeur vénal, Konami. Mais ne croyez pas que je vais simplement venir mettre de l’huile sur le feu en favorisant aveuglément l’un ou l’autre camp. Metal Gear est pour moi un jeu très particulier et j’espère qu’avec l’achèvement de cette semaine spéciale à laquelle j’ai massivement contribué, vous aurez compris qu’il ne s’agit pas d’un simple bon jeu mais d’une œuvre immense qui a marqué l’ensemble de ma vie depuis ce jour où j’ai placé la galette fraîchement achetée d’occasion dans ma PSone flambant neuve. Transformant mon plaisir d’adolescent en chemin initiatique avec MGS2, Kojima me faisait mettre les choses en perspectives pour la première fois et de fil en aiguille par les hasards de la vie, m’amenait à rencontrer Le Serpent et à rejoindre ce site. Mais trêve de bavardage sur ma sensibilité, au moins vous saurez que c’est un fan qui écrit cet article, pour autant je ne vais pas écrire avec ma sensibilité, ni parler de jouissance ou d’orgasme pour décrire mon expérience de jeu comme l’ont déjà fait certains sur d’autres sites. Non, j’essayerai de vous montrer pourquoi le jeu n’est pas tel qu’on l’a décrit, une démo payante, ni le chef d’œuvre complet d’un créateur qui n’a pas dit son dernier mot. Ground Zeroes est à part dans la saga, et probablement à part au sein du monde vidéoludique, un futur cas d’école sans doute, mais comme toujours, il n’a pas fini de nous faire parler.

Et alors, est-ce qu’on en a pour son argent ?

Il n'y a pas que la mission Ground Zeroes qui vous attend dans le jeu et vous aurez fort à faire pour venir à bout de tout le contenu une première fois (environ 10h).

Il n’y a pas que la mission Ground Zeroes qui vous attend dans le jeu et vous aurez fort à faire pour venir à bout de tout le contenu une première fois (environ 10h).

Je ne vais pas rejeter cette question comme bon nombre de journalistes qui soutiennent le jeu. Pourquoi ne pas en parler ici alors que partout on aborde la question de la durée de vie confrontée au prix ? Il n’y a aucune raison d’éviter ça. Tout dépend réellement de ce que vous êtes venus chercher avec ce prologue, car de prologue il sert à de multiples endroits. D’abord prologue scénaristique, Ground Zeroes fait en effet le lien entre la fin de Peace Walker (PW), qui se déroule en 74 et le début du futur The Phantom Pain (TPP) qui se passe lui en 1984, mais aussi prologue de gameplay en se plaçant comme le chaînon manquant entre un gameplay divisé en missions contenant de petits lieux clos dans PW et un open world dans TPP. Dès lors il convient de signaler un élément fondamental, si vous êtes venus trouver avec cet opus un Metal Gear traditionnel, contenant de longues cinématiques et des heures d’épopée hollywoodiennes, eh bien vous serez déçus car la seule mission scénarisée du jeu se boucle en environ deux heures lors de votre première partie (il m’a fallu précisément 1h19 pour en venir à bout). Mais là où la plupart des journaleux s’arrêtent en disant que c’est là la durée de vie de base du jeu, j’aimerais ajouter un petit élément.

L'open world est grand mais pas forcément immense et ce n'est pas vraiment un problème compte tenu des différents objectifs de mission.

L’open world est grand mais pas forcément immense et ce n’est pas vraiment un problème compte tenu des différents objectifs de mission.

En effet, Ground Zeroes se compose de 6 missions au total qu’on appelle souvent « missions annexes » mais qui en vérité composent bien l’expérience principale du jeu. Chacune contient un petit scénario comme c’était le cas dans Peace Walker avec leurs moments mémorables, leurs qualités et leurs défauts ainsi que des éléments à récupérer pour en apprendre plus sur les événements qui se déroulent dans la mission « principale ». En ne suivant donc que le chemin critique, vous en aurez pour environ une dizaine d’heures pour voir le terme de l’expérience sans avoir à refaire quoique ce soit (en excluant la nécessité de débloquer la dernière mission en récupérant les patchs de la mission Ground Zeroes, ce qui pousserait à une douzaine d’heures environ). Une dizaine d’heures de contenu pour un jeu triple A vendu 30 euros maximum, c’est donc tout sauf une arnaque en soi à condition bien sûr d’être venu chercher une introduction au gameplay de The Phantom Pain, car Ground Zeroes est finalement bien plus un prologue gameplay que scénaristique. Beaucoup des commentaires négatifs que le jeu a reçu viennent en fait de fan frustré de ne pas avoir accès à une expérience scénaristique plus large sans voir qu’une expérience gameplay intéressante d’une dizaine d’heures vendues 30 euros n’est finalement pas si mauvaise en rapport quantité prix quand on voit qu’un shooter avec 7 ou 8 heures de durée de vie est aujourd’hui vendu 70 euros.

6 réponses
  1. Yannou
    Yannou dit :

    Tu sais que je suis un big fan comme toi fan que toi (les goddies en moins ^^) mais comme on disaient avec Thibault il aurait mieux valu le faire sortir en même temps que Phantom Pain. Cela servait à rien et comme on vit une époque particulière ou les gros sous sont en jeu on oublie les fans qui deviennent des consommateurs lambda. Le jeu en lui même en jette et il m’a frustré il s’est amélioré grandement sur ce point je te rejoint, mais c’est pas 6 pauvres missions ou certes tu trouves des éléments liés à la narration c’est super au final c’est juste pour accompagnés GZ sinon les gens auraient brulés l’immeuble de Konami. Je suis juste déçu de voir la tournure que prend MGS. Mais je serais pas honnête de dire que je n’attend pas TPP. Au passage très bien ton Temps Modernes.

    Répondre
    • greyfox0957
      greyfox0957 dit :

      Ah je comprends ta frustration mais pourtant tu illustres bien le problème principal de ce jeu, c’est à dire arriver avec un contenu limité là où tout le monde attend LE Phantom Pain.

      Et du coup on oublie de voir que GZ est clairement dans les standards d’aujourd’hui en termes de contenu, c’est juste que MGS est généralement « au dessus » des standards 🙂

      Bref on ne clôturera pas le débat mais moi je ne trouve pas que MGS aille encore dans l’enculade du DLC super cher pour que dalle de contenu.

      Répondre
  2. the_hunterofro
    the_hunterofro dit :

    Quelle plaisir de lire enfin une note positive au sujet de GZ ! Ton analyse sur l’opposition vie/informatique et ce que renvoi le jeu est poussée, mais remarquablement intéressante !
    Je partage à peu près tout tes points de vue, hormis celui du positionnement contre un mur. Je trouve là dedans une part de nostalgie de l’époque où il fallait maintenir le stick pour se coller contre un mur (MGS 1,2 et3) et personnellement je trouve cette commande plutôt intuitive et fiable.
    Quoi qu’il en soit, cet article est un régal à lire. Bravo Monsieur 🙂

    Répondre
    • greyfox0957
      greyfox0957 dit :

      Merci à toi 🙂

      Pour le positionnement contre le mur, disons que ça m’a fait rager plusieurs fois au début mais une fois maîtrisé ce n’est plus vraiment un problème. C’est plus sur l’accessibilité que je critique finalement, on ne devrait pas « rater » une action parce qu’elle est difficile dans un jeu idéal, on devrait pouvoir échouer parce qu’elle est facile à réaliser mais que le challenge est difficile 🙂

      Pour l’analyse du rapport Vie / Informatique ça me semblait fondamental, beaucoup de critique n’ont pas vu ce qu’apportait le jeu à ce niveau parce que ça va de soi, c’est quelque chose qu’on a intégré en nous depuis la naissance et donc c’est seulement par son absence qu’on remarque la continuité. Or ici le jeu est très proche d’être parfaitement continu et donc personne ne s’en rend compte mais préfère critiquer ce qui saute aux yeux : la modélisation et les textures.

      Il y aurait un débat à faire (qu’on a déjà abordé ici ou là sur le site je crois) sur ce qui rend le jeu vidéo réaliste et je suis convaincu qu’on obtient un meilleur sentiment de réel avec l’animation des personnages (faciale mais aussi du corps), cette fameuse continuité des actions, le soin apporté aux particules (fumées, étincelles, ce genre de trucs) et pour le coup GZ apporte vraiment au monde du jeu vidéo dans ce domaine.

      Répondre
  3. Le serpent
    Le serpent dit :

    Mon greyfox4859493994858 et bien il m’a donné envie de jouer à ground zeroes. !
    Qui qui veut me le prêter ?

    Franchement après y avoir un peu joué avec toi, je comprend ton temps moderne. Merki !

    Répondre
    • greyfox0957
      greyfox0957 dit :

      J’espère avoir été suffisamment posé pour ne pas tomber dans l’un ou l’autre des extrême et pouvoir trouver ce que réellement GZ apporte au schmilblik 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *