3634509954

Depuis THE Need for Speed en 94, la série de Electronic Arts a eu l’objectif de nous mettre au volant des plus belles voitures du monde en mode « rebel » du bitume. Excès de vitesse et crise de nerf des forces de l’ordre est au programme et sera le maître mot du jeu jusqu’en 2003 et l’épisode Underground. Ce dernier changera la série en simulation de tuning et de run urbains et donnera, bizarrement, sa popularité à la série. Après un second épisode, EA reviendra aux origines avec Most Wanted avec le retour de la police et l’ajout d’un système de rivaux qu’il faudra vaincre pour devenir le meilleur pilote de la ville. Vous l’avez compris cette version 2012, nominalement identique à l’épisode de 2005, se présente comme un remake du dit épisode mais avec, il faut l’avouer, plus grand chose d’identique.

Welcome to Paradise City

need-for-speed-most-wanted-playstation-3-ps3-45204-1351603056-037

Aïe bi liv aïe ken flaille !

On dira ce qu’on veut, le jeu qui vient à l’esprit quand on commence NFS : MW c’est Burnout Paradise, du même développeur, Criterion Games. En début de partie, la caméra survole Fairhaven au son de Muse (Butterflies ans Hurricanes) et on découvre une grande métropole américaine avec une mixité d’environnements : montagnes, urbains, industriels, balnéaires… tout comme Paradise City à l’époque, au son du titre éponyme de Guns N’Roses. Mais au-delà de l’univers c’est aussi le style de l’ancienne licence concurrente que récupère NFS. Environnement ouvert, courses à débuter à des points précis, barrières à enfoncer, panneaux à casser et sauts gigantesques font parti intégrante de cet épisode. On retrouve aussi le système de boost qui se recharge en conduisant le plus rapidement possible, en frôlant le trafic ou en réalisant les fameux takedown (harponnage des concurrents), mécanique initialement implantée dans les Burnouts. Alors en quoi le jeu peut il réclamer la légitimité du recyclage du nom « Most Wanted » ? C’est essentiellement le mode « solo » du jeu qui reprend la trame du passé : monter sa réputation et affronter les leaders des courses de rue pour s’imposer comme le meilleur pilote, le Most Wanted. Pour attirer l’attention des coureurs ou tout du moins avoir le privilège de pouvoir les défier, il suffit de faire des courses dans la ville, chaque voiture possédant 5 courses allouées, à difficulté progressive et permettant de débloquer des éléments d’amélioration pour la voiture tels que de nouveaux types de pneus, une carlingue allégée ou un kit de réduction aux chocs. Au total c’est une quarantaine de bolide qui sont laissés à votre disposition dans la ville, clefs sur le contact. Il suffit de se rapprocher pour échanger sa voiture actuelle par la nouvelle et avoir la possibilité de participer à 5 nouvelles courses, toujours synonyme de gain de popularité.

2 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] marquent comme des tonnes d’autres jeux de courses de Dirt à Gran Turismo 6 en passant par Need For Speed ou Burnout, j’ai toujours senti une marque, une touche qui nous donne quelque chose que les […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *