« Au fait Jamie ! C’est quoi une Persona en vrai ?

Pour allez plus loin et interpréter la série Persona, voici le livre idéal !

Pour allez plus loin et interpréter la série Persona, voici le livre idéal !

Voilà une très bonne question Fred ! »… Excusez-moi, je m’emporte ! Mais vous avez pu vous poser cette question… non ? Je me la suis donc posé pour vous et après une lecture de l’excellent ouvrage de Carl Gustav Jung intitulé Dialectique du Moi et de l’Inconscient j’ai plus ou moins compris que ce jeu ne plaisantait pas avec ses références. Vous avez pu entrevoir le terme de « persona » dans un cours de marketing mais ici il n’en est rien, la « Persona » est un concept posé par Jung qui fait partie de sa théorie de l’existence d’un Inconscient collectif ou plutôt devrais-je dire, de certains éléments collectifs dans l’inconscient de chacun. La Persona est donc un masque que nous portons tous dans nos relations sociales, ce masque est en partie constitué d’éléments collectifs qui sont sélectionnés inconsciemment par l’individu parmi les différentes visions qu’il a de lui, son envie d’apparaître tel ou tel devant tel groupe de personnes. N’avez vous jamais senti que vous n’étiez pas les mêmes en fonction de vos groupes d’amis, avec votre famille ou avec de parfaits inconnus ? C’est sans doute là une certaine manifestation des différentes Personas dont vous usez, « persona » était d’ailleurs le nom donné aux masques des comédiens de la Commedia dell’arte et qui devaient représenter un certain caractère facilement identifiable. Si on en revient au jeu, la Persona est associée à une certaine relation sociale et sa force dépend de la profondeur de celle-ci or les personnages font usages de Personas extériorisées, exposées à leur conscience et qui ne sont donc plus pour eux des masques inconscients. Il est donc logique qu’à mesure que la relation s’approfondit et que les masques tombent, la Persona, utilisée ici comme « fantôme » combattant, accroisse sa puissance. Je suis toujours émerveillé par ces jeux qui s’approprient des références philosophiques ou psychologiques profondes pour en tirer les fondations d’une histoire et d’un gameplay fascinants. Croyez cependant que cette connaissance de la psychologie n’est en rien nécessaire pour apprécier l’immense Persona 4 et ce paragraphe était plus l’occasion pour moi de vous faire partager mes découvertes en la matière.

A retenir

A l’heure où l’on doit se battre pour avoir les miettes d’un bon jeu sur Vita voilà que le grand pot-au-feu de Persona 4 The Golden s’invite dans les écuelles. Il est énorme et il a bon goût, comment mieux résumer ce jeu au gameplay gigantesque et peaufiné dans les moindres détails (et qui équivaut, sinon surpasse la profondeur de celui de Monster Hunter) avec des références cuisinées aux petits oignons et un scénario qui déploie toute sa force pendant que défilent les heures de jeu ? Tout ceci pour dire en peu de mot : si vous n’avez pas déjà tâté la bête sur PS2, si vous avez déjà fini Metal Gear Solid HD Collection et si vous êtes aujourd’hui un pauvre possesseur de Vita sevré de jeu suffisamment long et profond… Eh bien Persona 4 : The Golden n’attend plus que vous.

Informations sur le jeu

Plateforme : PS Vita

Genre : RPG

Développeurs : ATLUS

Éditeur : ATLUS

Date de sortie : Février 2013

8 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    Excellent test, mon bon Greyfox, qui partage avec efficacité ce sentiment de vertige dont on est pris lorsqu’on commence à entrevoir l’épaisseur d’un des jeux de cette excellente série!

    Et effectivement, l’emprunt à Jung et ses archétypes est loin d’être innocent, ne serait-ce que dans l’utilisation du Tarot, qui est considéré par beaucoup (dont Jung et le cinéaste/shaman/auteur de bd Jodorowski) comme une sorte de carte dynamique de l’âme, au sein de laquelle des archétypes religieux, psychologiques, mystiques, shamaniques se croisent, se répondent et entrent en résonnance.

    Concernant Jung, il faut voir comme il lutte dans Psychanalyse et Alchimie contre sa propre découverte, qui risque de le décrédibiliser face à la communauté scientifique et son mentor Freud, donc il avance à reculons, mais le verdict est sans appel : l’inconscient collectif existe, est bien là, habité par les Dieux Anciens, les symboles, les archétypes platoniciens…etc.

    Et quand il annonce à Freud qu’il va orienter ses recherches dans cette direction, ce dernier tombe tout bonnement en syncope^^.

    Enfin, je digresse, mais tout ça pour dire que j’ai pris plaisir à lire ton test, et à voir que tu ne t’es pas arrêté au jeu mais que tu as été fouiner plus loin, contrairement à une bonne majorité de testeurs des jeux de cette série.

    Répondre
    • greyfox0957
      greyfox0957 dit :

      Un Grand merci Toma, de faire ce que je ne pouvais pas vraiment faire dans le test, à savoir développer la psychologie de Jung en profondeur 🙂

      Clairement Jung était tombé sur un truc vraiment intéressant, et le plus intéressant c’est que les neurosciences tendent à démontrer de façon scientifique (je veux dire avec des sciences dures, la physique notamment, par mesure des influx nerveux) une grande partie de la théorie jungienne. Il y a effectivement des structures collectives qui viennent de notre génome d’homo sapiens sapiens et qui s’expriment par les fameux archétypes, et même ces représentations primitives de la divinité.

      Enfin je ne peux que me réjouir que Atlus ait décidé de choisir Jung et pas Freud, car plus ça va et plus on remarque que malgré ses opinions apparemment loufoques (l’alchimie, l’inconscient collectif, etc) Jung vieillit beaucoup mieux que Freud.

      D’ailleurs puisqu’on en est là, ce n’est pas forcément la bonne tribune pour le faire mais l’alchimie tient un rôle particulièrement important dans mes recherches.

      Répondre
      • Toma Überwenig
        Toma Überwenig dit :

        Là, il va juste falloir que tu m’en dises plus au sujet de tes recherches!!!

        Même si je trouve un peu dommage de « démystifier » Jung, bien que profane total en science (et peut-être grâce à cet état de fait^^) je ne suis pas trop étonné par ce que tu m’apprends ici quant à l’ancrage éventuel des archétype à même l’ADN humain, cette zone étant d’une richesse à faire peur (sa cartographie m’a toujours fasciné, et l’hypothèse du « junk DNA » toujours laissé un peu dubitatif).

        Et je te rejoins sur Jung vs Freud, c’est une de mes déceptions par rapport à certains films de Lynch, ses références Freudiennes au seins d’univers pourtant clairement Jungiens, habités par des panthéons d’Archétypes/Dieux.
        Freud est brillant, aucun doute là dessus, mais sa volonté de réduire le langage de l’inconscient à du « négatif », de l’expression psychotique et névrotique le fait passer à coté de toute la puissance des rêves notamment, de ce qui s’y passe vraiment.
        D’où l’Anti Oedipe de Deleuze et Guattari, je crois…
        …euh, on parlait de jeux vidéo, à la base, non^^?

        Répondre
        • greyfox0957
          greyfox0957 dit :

          Le problème de Freud est notamment d’avoir largement forcé ses résultats à entrer dans ses intuitions là où Jung, peut être moins névrose (précisément !) a au contraire fait murir son idée de départ (freudienne) avec les résultats intriguant qu’il obtenait.

          Pour ce qui est de la science, je dois dire que je me suis d’abord intéressé à Jung avant de m’y connaître mieux sur le cerveau donc je partage un peu ta déception de voir se démystifier certaines choses qui paraissent clairement magiques. Cela dit la science n’empêche pas certaines manifestations magiques comme celles qu’on peut avoir en lisant Jung ou Bachelard (qui est clairement Jungien dès qu’on aborde l’art et l’imagination). La science enrichit énormément les analyses de Jung aujourd’hui, et on découvre que nous avons des principes moraux primaires ancrés dans le cerveau et qui nous permettent d’aborder le monde (comme la réciprocité ou le respect vs l’autorité), reste à voir comment ces principes peuvent s’incarner, sous la forme de divinité primaire ? Le lien reste complètement mystérieux.

          Hum ce petit Persona est bien inspirant 🙂

          Répondre
  2. Le serpent
    Le serpent dit :

    Nooonnnnn…. Encore une référence à MGS mais c’est pas possible !
    Blague à part, à la fin de chacun de tes articles, tu élargis l’analyse et c’est génial !

    J’ai adoré cette mise en profondeur philo-psychologique.

    Et le jeu à l’air de déchirer !

    Répondre
    • greyfox0957
      greyfox0957 dit :

      Content que ça te plaise :), c’est toujours difficile d’introduire en peu de mot des interprétations qui parfois peuvent se développer en plusieurs pages mais je trouve que, pour les jeux qui nous le proposent, c’est une vraie valeur ajoutée qu’il ne faut vraiment pas ignorer !

      Le jeu déchire en effet, mais ça je pense que c’était assez clair 🙂

      Où ça une référence à MGS ? 😀 Je n’aurais pas encore osé…

      Répondre
  3. Disposable Hero
    Disposable Hero dit :

    Bon test et bonne recherche de fond (punaise vous m’avez donné envie d’aller lire du Jung, moi qui m’étais déjà mis à Dante récemment…)
    Une précision tout de même : Persona 4 est un copié collé inférieur de son prédecesseur Persona 3, qui lui est beaucoup plus profond en terme d’histoire et de gameplay.
    Voila, juste pour rendre à César, etc :p

    Bonne continuation !

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Par exemple, pour glisser doucement mais sûrement vers le jeu vidéo et illustrer le propos, Persona 4 s’inscrit dans ce moule shōnen, puisqu’il en reprend tous les codes, tout en incorporant cet […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *