Les choses empirent

"Ahah tu m'as égorgé mais je saigne des fesses, et mon pote méchant explose tout seul".

« Ahah tu m’as égorgé mais je saigne des fesses, et mon pote méchant explose tout seul ».

La partie la plus « intéressante » arrive. Tout est purement charcuté dans les grandes lignes, avec les promesses de monde ouvert tombant à l’eau. Ce jeu est un immense couloir et ceux qui détestent les murs invisibles seront contents d’en voir partout, le seul message vous avertissant est « pas le bon sens ». Le jeu se retrouve éclaté en 3 (encore?) avec des phases de tir, de baston et de moto. De manière générale, les idées de gameplay sont les plus hideuses sur Playstation 3 depuis longtemps et c’est vrai pour les différentes phases du titre. Les phases en moto sont les plus réussies de Ride To Hell…enfin les moins ratées. On se trouve sur une autoroute totalement droite, avec de temps à autres des crochets par les terres. De temps en temps, on trouve un tremplin posé comme un étron ou encore un camion avec un clipping dégueulasse. Le but est aussi fin qu’un épisode de Rambo : tu fonces, tu tires, tu survis. La maniabilité est bien sûr complètement foireuse, avec une moto qui est montée sur savon à l’huile et seul le bouton triangle permet de « faire une cascade » en passant sous les camions, rapportant des points. L’expérience de nuit vaut également le détour pour une tare supplémentaire. Des ennemis débarquent de temps à autre pour du corps à corps mais n’espérez pas du Road Rash, ici on a le même QTE pour se débarrasser des gens. C’est chiant et laisse penser à de la paresse extrême. Le plus sympa restent les bugs, avec des policiers qui atterrissent du ciel, des ennemis indestructibles, un viseur invisible ou encore notre héros qui rate son script empêchant la fin du niveau. On peut également récupérer des cartes à jouer pour plus tard, mais le plus souvent par hasard .Mais là c’est encore du petit jeu.

Les phases de tirs à pied sont d’un niveau de bêtise intermédiaire. Dans celles-ci, le plus souvent dans le repaire d’un des mecs de la bande à tuer, on est revenus au tout début des beat them all. Chaque niveau est divisé en salles, fermés à clés derrière nous, et le but est de tuer un nombre X d’ennemis avant d’aller en salle suivante. Non seulement c’est juste inadmissible en 2013 mais le pire est que c’est encore une fois mal fait. Il n’y a tout d’abord aucune localisation des dégâts si ce n’est la tête, ce qui fait que tirer en dessous du cou donne l’impression d’affronter le Terminator. Les armes ont l’avantage d’être variées mais font le même bruit et on la même efficacité, que ce soit le pistolet ou la sulfateuse. Concernant le plus navrant, l’intelligence artificielle, pas de problème pour jauger son niveau : il n’y en a pas. Et les exemples sont nombreux : le bad guy se retrouve coincé dans une caisse, chaque tir se fait au tour à tour avec temps mort pour vous aider, les ennemis se cachent derrière une caisse en laissant passer leur tête. Ce qui m’a le plus marqué reste le gros baraqué qui court pour s’accroupir à 10 cm de moi dos tourné. A croire qu’il n’existe aucun testeur dans cette boîte. Au final on sépare les soucis, une balle dans la tête, et c’est réglé.

Cette allure des pieds en pleine action, du grand art.

Cette allure des pieds en pleine action, du grand art.

Mais le plus catastrophique (oui désolé j’ai révisé mes synonymes) est le corps à corps : seulement deux coups sont disponibles. Oui je ne me trompe pas, seulement deux coups pour venir à bout des photocopies d’adversaires présents dans le jeu. On tape donc avec ferveur sur : casser la garde, poing, casser la garde, etc… avec de temps en temps une touche de garde contre trop d’ennemis. Le mode « pas content » peut être enclenché, lançant encore un QTE qui achève plus vite la personne. C’est toujours la même chose, mais on souhaite de tout cœur l’avoir pour en finir le plus vite. En théorie c’est ce que je viens de vous expliquer… quand les commandes répondent. Certaines fois les touches ne seront pas reconnues et le personnage ne bougera pas en se laissant frapper. Je pensais être mauvais mais d’autres tests le mentionnent. Et bien sûr tous les bugs possibles et imaginables sont présent : les ennemis flottes, les objets rebondissent, les vitres sont parfois indestructibles…. je n’ai rien à ajouter. On a également un entre mission, mais à part acheter des armes ou des motos inutiles avec les cartes récoltées et vendre de la drogue dans un village de murs invisibles, ça n’a aucun intérêt.

5 réponses
  1. Deadmarye
    Deadmarye dit :

    Ca me fait mal aux tripes.

    Je suis tombé sur un trailer du jeu à l’époque et j’étais hype. Pense-tu…Des bikers, du rock (voir métal) un monde ouvert qui sent la crasse et les cheveux longs pleins de bières.
    Ca s’annonçait génial, sur fond de hippies à faire vomir en leur foutant du Slayer dans les oreilles. Le death métal c’est mal mais c’était une bonne idée.

    Et là, après Sons of Anarchy et the Lost and the Damned on se retrouve encore avec des stéréotypes bien naze d’un monde qui n’existe que dans l’imaginaire des bobos apeurés.

    En complément du bon travail fourni dans le test, on peut regarder la vidéo d’Angry Joe sur le même sujet, on comprendra à quel point ce jeu est une blague. Pour les quelques uns qui on cru tout de même que le jeu réservait des surprises (comme moi) ce sera la dernière excuse avant de l’oublier.

    1% ouais, ouais….Je les croise dans les bars, ils sont pas aussi bad ass que le prétend Ride to Hell 😀

    Répondre
    • Flbond
      Flbond dit :

      Merci pour ce commentaire ^^.
      Oui la vidéo d’Angry Joe est franchement excellente, mais le mieux si je peux dire est de tester soit même pour constater l’étendue des dégâts.

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] je vous dis que c’est ce studio qui a développé l’honteux (mais drôle malgré lui) Ride to Hell : Retribution, considéré comme le pire jeu de la 7e génération de consoles, voyez-vous l’association […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *