Les nerfs lâchent

Tu vas jouer jusqu'au bout à ce jeu!

Tu vas jouer jusqu’au bout à ce jeu !

On a vu qu’à jouer c’est une purge, mais qu’en est il de la mise scène ? Pour la petite histoire, Deep Silver a annoncé tout fier que « Ride To Hell Retribution bénéficie du premier studio de cinéma virtuel, avec des acteurs de pixels réalistes ». Et on le sent clairement en jouant… si on retire le script, la modélisation, les expressions faciales et l’ambiance. Le premier problème est l’affichage des textures. Si vous avez déjà joué à des mauvais jeux, vous savez qu’au loin le décor va se construire à l’arrache. Eh bien ici c’est tout, du premier au dernier plan qui se charge après le début du jeu. Par exemple le personnage principal aura ses tatouages absent, Mack aura une pieuvre en guise de cheveux et le reste des personnages auront un espèce de maladie qui donne des yeux rouges et enfoncés, et au bout de 10 secondes tout rentrera dans l’ordre. Vous pouvez vous dire que le jeu a juste oublié les écrans de chargement mais non…ils sont là et durent une…minute…CHACUN.

Et une fois le tout chargé, tout va bien ? Nooon. Deep Silver sont une bande de moules mortes. Les personnages sont des monstres difformes, la palme allant à la bande de loubards que l’on doit affronter. Quand ce n’est pas la bouche désynchronisée, ni les yeux rouges c’est un gros problème de proportion dans tout le corps. Le premier des boss du jeu (Anvil) d’ailleurs est un mélange entre Zanglief et Hulk qui a la particularité d’avoir des bras visiblement énormes et ne sait pas comment les bouger en parlant. D’ailleurs quand on en vient à le tuer, son agonie ressemble à un scarabée les pattes en l’air, retirant tout satisfaction dans son exécution. Et plus l’aventure avance, et plus les fins de niveaux sont à mourir de rire avec des dialogues profonds du type « Connard – c’est toi le connard », « Je vais le venger, je prépare ma vengeance » ou « Je vais te montrer mon moteur poupée » à la moindre fille.

Oulà qu'est ce que c'est que ces pratiques?

Oulà qu’est ce que c’est que ces pratiques ?

En parlant des filles, je ne suis pas spécialement féministe, mais le jeu a poussé le cliché de la femme objet au maximum. C’est simple dans ce jeu, chaque fille rencontrée finira forcément dans le plumard dans une scène de sexe torride. Amies, prostituées, mécaniciennes, femmes battues, toutes y passent. Bien sur il faut remplir le cliché du beau gosse viril, qui se bat, boit, et couche mais encore faut il aller jusqu’au bout. Ride To Hell Retribution, chers lecteurs, est le premier jeu interdit aux moins de 18 ans avec des scènes de sexes entièrement habillées. Les seuls moments de nus sont dans un strip club, avec encore une fois une modélisation à la truelle. Dans le reste des clichés, on retrouve les 15 insultes par phrase, chose qu’on entend jamais dans une vraie discussion et les références à la drogue avec seulement des hippies comme représentants hyper réalistes des drogués. Globalement c’est un gros mélange de Rambo/Mad Max/Commando/Un gros laxatif. En même temps il faut ça pour compenser une histoire ultra plate de vengeance qui va transformer le héros en gros méchant.

A retenir

Par où commencer ? C’est moche, non jouable, mysogine, trop frileux, bugué, con, bourré de clichés. Je remercie sincèrement mon patron de ce cadeau empoisonné qui peut être au 35ème degré peut être marrant (en se forçant). Je conseille à tout le monde assez endurant de jouer à ce truc, car après ça, tous les jeux (même Amy) sont supérieurs. C’est quand même bizarre que Deep Silver se soit mangé avec ça. Sur ce je vais me faire une tisane et retourner dans ma camisole de force.

Informations sur le jeu

Plateformes :  PC – PS3 – Xbox 360

Genre : Action

Développeurs : Eutechnyx

Éditeur : Deep Silver

Date de sorte : Juin 2013

Flbond

5 réponses
  1. Deadmarye
    Deadmarye dit :

    Ca me fait mal aux tripes.

    Je suis tombé sur un trailer du jeu à l’époque et j’étais hype. Pense-tu…Des bikers, du rock (voir métal) un monde ouvert qui sent la crasse et les cheveux longs pleins de bières.
    Ca s’annonçait génial, sur fond de hippies à faire vomir en leur foutant du Slayer dans les oreilles. Le death métal c’est mal mais c’était une bonne idée.

    Et là, après Sons of Anarchy et the Lost and the Damned on se retrouve encore avec des stéréotypes bien naze d’un monde qui n’existe que dans l’imaginaire des bobos apeurés.

    En complément du bon travail fourni dans le test, on peut regarder la vidéo d’Angry Joe sur le même sujet, on comprendra à quel point ce jeu est une blague. Pour les quelques uns qui on cru tout de même que le jeu réservait des surprises (comme moi) ce sera la dernière excuse avant de l’oublier.

    1% ouais, ouais….Je les croise dans les bars, ils sont pas aussi bad ass que le prétend Ride to Hell 😀

    Répondre
    • Flbond
      Flbond dit :

      Merci pour ce commentaire ^^.
      Oui la vidéo d’Angry Joe est franchement excellente, mais le mieux si je peux dire est de tester soit même pour constater l’étendue des dégâts.

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] je vous dis que c’est ce studio qui a développé l’honteux (mais drôle malgré lui) Ride to Hell : Retribution, considéré comme le pire jeu de la 7e génération de consoles, voyez-vous l’association […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *