Avant de commencer ce test il va être nécessaire de revoir la notion de OMGWTFBBQ. Ce terme geek barbare, littéralement Oh my God What the fuck Barbecue (Oh mon dieu, qu’est ce que c’est que ce bordel, barbecue en frenchie) est le cri d’incompréhension du gamer, celui qui vient du fond des tripes et qui montre son agacement face à une situation ou une image totalement loufoque. Ça peut intervenir lors d’un bug du jeu, d’un freeze de la console aussi bien que lors d’un saut raté, d’un ennemi qui ne meurs pas ou d’une mission que l’on recommence 30 fois parce qu’on a rien compris aux objectifs. Ce cri, lancé à l’unité, peut s’apparenter à une réaction à la fois de surprise et d’amusement du gamer, du style : « WTF ! Je suis passé à travers le mur et maintenant je me balade dans le néant aux abords du circuit, funlol mdr ptdr » (bug sur Gran Turismo 2). MAIS, quand ce cri se fait répétitif et de plus en plus virulent, c’est qu’il faut dégager les abords de la pièce parce qu’il est possible que la manette entre les mains du joueur se transforme d’une seconde à l’autre en projectile mortel. Généralement dans ce genre de situation le OMGWTFBBQ s’accompagne de nombre d’insultes à l’intention du jeu, de la console, de la communauté homosexuelle et des filles de joie ; le gamer ayant alors perdu tout sens commun. J’en profiterai également pour préciser qu’il serait malvenu à ce moment précis de lui recommander de ranger sa chambre ou de venir mettre la table, les conséquences nerveuses sur l’individu et son entourage pouvant être plus que désastreuses. Si vous souhaitez vous documenter plus sur cette notion je vous invite à lire ce très bon article sur le OMGWTFBBQ qui vous en apprendra un peu plus sur l’epicness de ce terme, sur ce passons a notre test.

Style Battalion

 

Si seulement on pouvait lui caler dans la tête direct son fist-bump…

Vous vous rappelez la peur du bug de l’an 2000 ? Cette peur que l’ensemble des systèmes informatiques du monde buguent pour laisser l’humanité dans le chaos du « pas tout automatisé ». Et bien le scénario de Steel Battalion reprend cette idée. En effet nous somme dans un futur proche où un virus informatique très puissant a détruit l’intégralité des ordinateurs de la planète, laissant le monde dans le noir, sans télé et même plus un petit chasseur furtif dernière génération. C’est dans ce climat de noirceur mondiale que les vilains méchants asiatiques nord-coréano-evilo-pekino-communistes décident de passer à l’offensive contre les gentils américains dont les missiles à têtes chercheuses servent maintenant de décoration. Les gentils perdent, les méchants s’installent chez les gentils, puis attendent patiemment que ceux-ci réorganisent leurs troupes pour récupérer leur chez eux (ouais c’est teigneux un américain). Qui dit : « plus de systèmes informatiques », dit : « plus de matos high tech qui fonctionne à la voix », le renouveau de l’armée ce sont des VTs pour Vertical Tank, de gros méchas avec 4 mecs à l’intérieur pour pédaler. Vous êtes un héros chez les pilotes de ces engins et on vous affrète un nouvel équipage pour aller botter le cul des viet…euh non coréens, planté de guerre… Bref vous vous retrouvez avec 3 bleusailles dans un Tank sur 2 pattes qui est sensé vous permettre de récupérer votre patrie. Deux de vos hommes vous ravitaillent en munitions, le dernier est la potich…le navigateur et vous êtes le capitaine du navire, celui qui tire tous les leviers, actionne les boutons, appuie sur la détente et attrape une crise de nerf. Je vais délibérément passer sur le tutoriel, sur lequel je m’étendrais plus tard,  pour introduire simplement la première mission. Ambiance : il pleut à verse, les barges de transport se dirigent vers la plage, dans l’air il règne une odeur de mort mêlée aux embruns marins, le son des mitrailleuses tirant sur les premiers débarqués nous parvient aux oreilles bientôt ça sera notre tour… Non nous ne sommes pas le 6 juin 1944 et ce ne sont pas les plages françaises mais celles de l’ile de Manhattan (y’a des plages à Manhattan, première nouvelle Oo ?!). La cinématique d’introduction de cette mission est particulièrement violente, voire gore : membres déchiquetés, têtes qui explosent, des larmes, du sang et du sang et encore du sang… Deux bonnes minutes de violence gratos pour nous introduire un débarquement… Puis vous voila lâché sur le sable avec votre VT et… démerdez-vous ! Les objectifs vous sont dictés dans le chaos, donc à vous de vous en faire votre interprétation puis de subir. Pas de flèches, pas de marquage au sol, pas de différence nette entre vos troupes et les troupes ennemies, résultat : vous tirez dans le tas en espérant que la cible soit bonne… Puis au bout d’un certains nombre d’essais, vous ne savez pas comment ni pourquoi, mais vous remportez la mission, après une minute seulement de combat… et ça sera comme ça presque tout le jeu. Incompréhension des objectifs, mort, puis remort puis reremort et victoire avec toujours la même incompréhension, c’est loin d’être gratifiant. Bien sûr au-delà des objectifs de mission flous qui font mourir, vous périrez surtout pour une autre raison, l’impossibilité de réaliser les actions que vous souhaitez.

1 réponse
  1. Delnics
    Delnics dit :

    Allez, avoue, en fait tu l’as adoré ce jeu car quand on a compris que c’est simplement de la simulation militaire des restes des tanks de l’armée rouge en déroute (d’où l’effet sepia :P), tout s’explique beaucoup plus aisément.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *