Sachez également que toutes les armes sont customisables à plusieurs niveaux de lecture, et détail qui fait toute la différence, ces « changements » sont visibles sur l’attirail en question, ahlala, le soucis du détail, c’est beau quand même ! Pour les plus « Snake » d’entre vous, la possibilité vous ai offerte de vous débarrasser discrètement d’un ennemi en l’attaquant par derrière à la corde d’arc (pour se la jouer 47) ou au piolet (pour se la jouer Conan le barbare avec du joli sang tout partout, miam). Quelque chose qui ne sera cependant pas si simple de faire souvent, car bien que l’IA n’atteigne pas des sommets, les ennemis se veulent coriaces, et quand leur cible est repérée il devient alors pratiquement impossible de s’en échapper. Mais heureusement, la possibilité de se baisser et d’esquiver les coups vous seront d’une grande aide surtout que la difficulté des combats reste raisonnable sans non plus tomber dans le côté casual qui se serait avéré fort déplaisant. Et si tout cela ne suffit pas à vous défaire des hordes de Solarii à vos trousses, vous pouvez toujours essayer de feinter, courir ou escalader des endroits plus propices pour décocher vos flèches, d’autant plus que de l’espace, vous n’en manquerez pas dans ce monde qui se veut totalement ouvert.

Une aventure épique dans un joli écrin

Même sous la pluie, le jeu reste splendide.

Même sous la pluie, le jeu reste splendide.

Pas facile d’être lâchée au beau milieu d’un endroit hostile, Lara va donc rapidement devoir apprendre à s’adapter. Outre la chasse, qui, bien que loin du potentiel de survie que l’on a pu voir sur un MGS3 par exemple, reste un élément indispensable pour augmenter son niveau d’XP (expérience qui nous permettra alors de débloquer de nombreuses capacités allant de l’utile au gadget sympa), l’escalade sera également de la partie. Encore une fois, rien de bien compliqué, ce Tomb Raider se contentant de reprendre les bases de la célèbre franchise de Naughty Dog mais en y ajoutant malgré tout le piolet, élément essentiel pour franchir certaines parois rocheuses. Les puristes regretteront probablement la difficulté des premiers épisodes en termes de plate-forme, mais, mis au service de la mise en scène, ces passages sont tout bonnement un bonheur à jouer. En effet, Square Enix a décidé de mettre le paquet, effondrements, explosions, descentes vertigineuses, effets météorologiques… C’est simple, on en prend plein les yeux et les oreilles, d’autant plus que cet opus est certainement l’un des plus beaux jeux que l’on ait pu voir sur cette génération de console, même sur PC. Il n’est ainsi pas rare de simplement s’arrêter pour observer la majesté des lieux : jungle, montagnes, temples, plages, grottes, etc… On en vient même à se demander comment une si petite île peut abriter une faune et une flore aussi diversifiées sans que personne ne se pose des questions, bon on a bien quelques explications scénaristiques mais passons… (appelons ça l’effet « osef, si les gamers se posaient des questions logiques ça se saurait, regardez plutôt le design tout mignon de Lara »). Une chose est certaine en tout cas, l’immersion devient alors exceptionnelle, on se laisse alors bercer par la nature environnante dans les moments de répit tandis que l’action intense nous fait vivre des sensations d’epicness qui fait qu’on en redemande. Un autre point, moins esthétique mais tout aussi efficace, fait également la différence : les vibrations ! Et oui, je crois n’avoir jamais joué à un jeu qui a si bien implémenté ce petit élément trop souvent oublié par les développeurs. Crystal Dynamics a le soucis du détail, et la moindre des choses que l’on puisse se dire c’est que ça se ressent (même physiquement, ahlala, j’en tremble encore…). Bref, de quoi avoir envie de ne pas lâcher la manette pendant la douzaine d’heure que dure l’aventure principale, d’autant plus que si vous aimez l’exploration, vous avez également de quoi prolonger l’aventure…

Et ça continue, encore et encore…

Le mode multijoueur, un petit ajout sympathique.

Le mode multijoueur, un petit ajout sympathique.

Soyons clair, la durée de vie énoncée précédemment est déjà plus qu’honorable pour un jeu d’action/aventure moderne, mais le monde ouvert de ce Tomb Raider et les nombreuses petites quêtes annexes présentes dans chaque grande zone fait que votre temps de jeu sera facilement doublé. Les camps de bases, présents tout le long de votre aventure, seront alors forts utiles pour retourner dans les lieux déjà visités, à la recherche de reliques que l’on aurait oublié ou qu’on ne pouvait tout simplement pas atteindre. Car oui, à la manière d’un Zelda, certains objets que l’on récupérera nous débloqueront l’accès à des zones nouvelles, une idée pas si originale que cela mais que l’on aurait pas forcément imaginée dans ce genre de jeu. En plus des nombreuses reliques à trouver, la quête des géocaches, des documents et des nombreux défis à réaliser vous demanderont de faire parfois preuve de patience, et plus que dans l’aventure principale, le côté exploration prend alors une grande importance. Observer et réfléchir à la meilleure façon de rejoindre un endroit deviennent ainsi primordiaux pour ne pas tourner en rond pendant de longues minutes (non c’est faux, je ne suis pas déjà passé 10 fois au même endroit sans voir une amulette à détruire ><). Sachez également que de nombreux tombeaux à explorer seront de la partie, tombeaux qui vous mèneront à chaque fois à un trésor qui augmentera fortement votre potentiel d’expérience. Enfin, pour les plus addicts d’entre vous, un mode multijoueur en ligne fait également son apparition pour la première fois dans un des principaux épisodes de la série. Du traditionnel « deathmatch » par équipes à des modes plus originaux comme la réparation d’une antenne relai, ce petit ajout de dernière minute vous promettra quelques petites heures de rab’.

1 réponse
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Ma fiancée, Elemuse, vient de me l’offrir !!!

    Et déjà que je pensais que c’était une tuerie, tu le confirme !

    Faut que j’y retourne !!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *