cover

Ambiguité, androgynie, transgenre … Des mots qui sont souvent venu dans l’actualité ces derniers temps. Prouvant qu’il est un média mature et inquiet des phénomènes de société, le jeu vidéo prend position. Et il le fait à travers le petit XCOM Ennemy Within. Faire vivre un jeu profondément pc dans le corps d’une console est le pari fou que fait 2K Games pour ne pas laisser filer le train des joueurs consoles, injustement discriminés par l’absence de jeu de stratégie à insérer dans leur boiboite. Mais là où la chose se complique, c’est qu’il ne s’agit pas d’un jeux de stratégie au tour par tour pensé uniquement pour console, prêt à choquer les plus conservateurs, ces Femens de 2K nous font le coup de la sortie simultané. Le même jeu que l’on soit à souris, ou à manette. Et en éternel optimiste, je me dis qu’on va avoir droit au meilleur des deux mondes… NB : Pour ne pas precher qu’aux convertis,ce test considere XCOM Ennemy WIthin comme un tout. Sans le traiter comme un ADDon.

Within you or without you ?

Quand dès la première mission, la pluie traverse le toit. On se dit que ça va être génial.

Quand dès la première mission, la pluie traverse le toit. On se dit que ça va être génial.

Passé cette très racoleuse introduction, on a quoi? XCOM reprend l’idée et une bonne partie du système de UFO . C’est-à-dire un tactical avec un partie gestion qui prend pour trame une invasion extraterrestre que vous allez devoir combattre. Vous allez me dire, à raison, que j’expédie un peu vite le scenario et le concept mais c’est juste un hommage aux développeurs qui font exactement la même chose dans leur jeu. Une fois  saisi le pitch de l’invasion extraterrestre a combattre, pas besoin d’aller plus loin. Le jeu ne le fera pas lui non plus de toute façon. Il aura beau essayer avec des scènes utilisant le moteur du jeu (et seulement 3 personnage dotés de la parole)  d’enchainer le plus de poncifs possibles pendant votre partie, c’est d’une platitude navrante. Pas une once de second degré à déceler,pourtant ça aurait pu rendre l’ensemble savoureux. Ceci dit, si vous voulez du scenario allez jouer a Final Fantasy Tactics ou Tactic Ogre.

With a little help from my friends

Allez, oublions le scénario et penchons-nous sur le jeu. Le déroulement est simple, vous gérez votre base avec un menu déguisé (une représentation en coupe de votre complexe) qui permettra d’effectuer les recherches nécessaires au développement d’armes toujours plus puissantes. Et pour financer tout ça vous allez devoir vous assurer que les différents pays de notre bonne vieille terre ne cèdent pas à la panique causé par ces invités gênants. Pour faire simple, chaque action des extraterrestre fait monter une barre de panique la où a lieu cette action. Toute les semaines vous aurez le choix entre trois théâtres ou intervenir (chacun avec une difficulté différente). Attention à vous, si vous réduirez la panique dans le pays ou vos pioupiou irons, les deux autres paniquerons face à cette chienlit venu d’ailleurs. Et leur financement du projet XCOM sera interrompu… Au jeu de base, Ennemy Within ajoute une nouvelle donnée, EXALT. Ces joyeux drilles dont on ne sait rien des motivations apporteront une petite tension supplémentaire durant les moments où le temps passe entre deux projets de recherche ou bataille. Capable de faire monter en flèche la panique tout en tapant dans votre caisse ils vont être votre pire cauchemar.D’ailleurs le petit jeu consistant à deviner ou se cache leur base en accumulant les renseignements est plutôt bien vu.

Plus que deux mensualités pour l'armure à régler a Space Cetelem. Sortir de son couvert sera donc une décision pas facile.

Plus que deux mensualités pour l’armure à régler a Space Cetelem. Sortir de son couvert sera donc une décision pas facile.

Ce financement est d’autant plus important lorsqu’on se rend compte des couts de chaque recherche. Les phases d’attentes entre chaque arrivé d’argent frais mettrons vos nerfs a rude épreuve, les aliens ne se privant pas pour amener toujours plus d’abominations avec des armes toujours plus dévastatrices. Pendant ce temps vous attendrez que vos projets finissent et craquerez (Oui, vous craquerez) en alimentant le marché gris (Comme le marché noir mais avec les petit gris, surnom des extraterrestres. Non je ne ferait même pas de remarque) avec diverses choses glanées a la fin de chaque bataille en échange de précieux crédits. Et puis ensuite vous vous rendrez compte de l’utilité de ces élément pour mener les recherches avancés. La, ça sera dur. Sachant que pour moi, tout ce qui récompense la patience est bon a prendre je vous laisse le choix de saluer ou conspuer l’absence de raccourcis par l’argent réel (Bon Ennemy Within étant quand même un gros DLC qui ne modifie en rien le scénario original, l’enrichissant juste légèrement avec EXALT on va pas sortir trompettes et grelots dans l’immédiat.). Cette partie gestion fonctionne bien et on prend plaisir à gérer l’invasion comme on peut, en faisant des choix souvent difficiles (comme celui de ne pas employer le terme Cornélien dans cette phrase).

Sergent pepper lonely house club band

Maintenant passons à l’autre nerf de cette guerre, vos soldats. Faire passer vos bleus incapables de dégoupiller une grenade sans se blesser en machine à tuer ne se fera pas sans peine. Le jeu devenant plutôt difficile et exigeant à partir du 3eme niveau de difficulté (que je vous conseille pour ne pas vous ennuyer au bout de 3 heures) et la perte d’un de vos soldat étant terriblement handicapante mais souvent inévitable. On se prend d’affection pour notre équipe (pouvant compter des dizaines de membres) que l’on peut entièrement personnaliser, détail très appréciable. Le seul élément inconnu, c’est la spécialisation de nos soldat (Sniper, grenadier, commando ou sapeur, chaque classe pouvant être affiné par la suite). Du coup, faire progresser ses bleus est un défi, devant le coté aléatoire de la chose. Vos vétérans pourrons se faire blesser dans des missions anecdotique et se retrouver ensuite indisponible pour une importante mission dont dépendra le financement de votre organisation.

Une belle brochette de sauveurs de l'humanité

Petite photo avant de partir se faire carboniser par du plasma.

Les classes en elle-même ne sont pas forcément très équilibrées, avec une grosse domination du sniper dont la monté en grade l’autorisera a annuler de la restriction qui lui interdit le tir après un mouvement. Devenant du coup une machine à tuer surpuissante. Mais si vous avez monté le niveau de difficulté, les aptitudes des autres classes seront elles aussi bien utile si vous ne voulez pas tuer l’intérêt du jeu. Car oui, il est facile de totalement passer à côté de l’intérêt tactique en exploitant son plus gros défaut. Les ennemis n’ont pas d’existence propre tant que vous ne les avez pas vus. Ha fichtre, ça c’est embêtant. Ben oui, il suffit d’avancer patiemment et dégommer tout ce que vous voyez avec vos sniper pour finir le jeu en mode pilote automatique. Et passer complètement a côté de l’intérêt du jeu : les batailles. Mais nous y reviendrons. Il est temps  de parler de la mêlée, grosse amélioration apporté par l’addon. Les développeurs n’étant pas des buses, ils ont corrigés ce petit problème de game design, trois fois rien, ça tuait juste l’intérêt du jeu. Ils ont donc logiquement ajouté un élément à la bataille disparaissant après un certain nombre de tours. Qui dit timer, dit prise de risque. Si vous voulez modifier génétiquement vs soldats ou les transformer en mécha (En niant au passage tous les principes de la bioéthique, révélant d’un coup le vrai visage des développeurs, des chantres de l’ultralibéralisme) il va falloir mettre la patience de côté. Échanger des yeux bioniques ou un railgun contre la vie de vos hommes,  une démonstration que cette fois Marx n’aurait pas reniée. On se trouve la face à une impasse idéologique qui résume un peu le coté tactique du jeu.

Ces Modifications génétiques et technologiques sont au cœur de l’extension, on échange cette mêlée contre ces transmutations irréversibles. Si vous commencez a tripatouiller les allèles de vos soldats vous ne pourrez en faire des hybrides machines. Les soldats génétiquement modifiés pourront améliorer quatre de leurs organes pour obtenir divers bonus (sauter plus haut, devenir invisible, …). Les méchas, eux, échangeront la capacité de se mettre a couvert contre une meilleure résistance et des armes surpuissantes. Une amélioration salutaire dans le sens ou elle donne plus de possibilités et donc de nuances dans vos stratégies. Les Aliens ayant aussi recours a des machines a tuer cybernétique. Mais bon, prendre six mois de plus et le mettre dans le jeu de base ? Non ? Bon tant pis …

2 réponses
  1. Le serpent
    Le serpent dit :

    Et voici. Le premier test de notre ami Charlie !
    Et bien que dire à part qu’il est bien écris, bien argumenté?
    Bravo !

    Je n’irai par contre pas jouer au jeu ahahah

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *