Let Them Come – Dans l’espace, personne ne vous entend tirer

let them come

Let Them Come

Rude journée ? Besoin de passer vos nerfs sur quelque chose ? Si taper dans un sac ou courir dans la rue n’est pas votre truc, venez donc par ici, installez-vous, j’ai peut-être la solution à vos frustrations…

Les 3000 x 8e passagers

Laissez-moi vous présenter un tower defense couillu. Ou plutôt, un self-defense, ou éventuellement un row defense, voire un death row defense… Un seul décor, un couloir de vaisseau. Un seul but, survivre, ou plus précisément, dégommer un max d’aliens avant de mourir. Les baveux tentaculaires arrivent par vagues, plus ou moins grosses, plus ou moins voraces. Au bout d’un moment un boss, encore plus coriace, se pointe. Et les vagues reprennent, incessantes, jusqu’à votre trépas. Simple et efficace, puissant et difficile, porté par une bande son qui transpire les années 80, pixel art pas piqué des hannetons avec des effets d’explosion magnifiques, le jeu en veut. Et ça marche. Pour peu qu’on apprécie de se faire laminer à longueur de journée, on y trouve forcément son compte.

Let Them Come - Boss

Salut !

Quand on meurt, on revient à la dernière vague lancée et avant de repartir au combat, on peut améliorer son stuff en achetant, grâce au nombre de monstres tués, de nouvelles munitions, des buffs ou de nouveaux projectiles et armes blanches. On peut aussi consulter le bestiaire, lire les entrées de journal des moins chanceux que nous et organiser sa playlist (oui car, si on meurt en musique, c’est plus sympa de pouvoir la choisir). Une fois prêt, on repart à l’assaut en cliquant simplement sur sa meilleure amie, une belle mitrailleuse. On a d’autres amis à notre disposition :  batte de baseball, tronçonneuse, couteaux, cocktails molotov et tout un tas de grenades. À l’instar de ces dernières, on a aussi un large choix de balles, de la pénétrante à l’explosive en passant par l’incendiaire ou à matière noire (oui, c’est le futur). Il y a de quoi faire et s’amuser !

Let Them Come

Le petit marché du hub

Un combo meter permet de nous féliciter de cette boucherie en offrant des bonus une fois la jauge atteinte : récupération de vie, frénésie, les ennemis explosent quand ils meurent, doubler les dégâts, doubler les points gagnés, etc.

Le bestiaire, se dévoilant petit à petit, est assez varié avec chaque monstre possédant ses caractéristiques propres, donc ses approches de combats différentes.

Let Them Come

Un accueil chaleureux

Il n’y a pas grand chose de plus à dire pour le mode campagne. Le concept est porté par le titre, il n’y a qu’à lancer la partie et laisser la violence venir à nous. Ça ne maintient pas en haleine pendant des heures, c’est certain, mais une petite partie de temps en temps lui confère un petit côté défouloir très appréciable.

Outre le mode campagne, on a un mode boss rush (bon courage) et un mode twitch, où les viewers peuvent intervenir en envoyant des mobs eux-mêmes.

Let Them Come

Rock Gunar et son calme olympien

Côté identité, notre avatar est le digne cousin de Duke Nukem et Doomguy : Rock Gunar nous apparaît dès l’introduction du jeu, cigare en bouche, qu’il fume ensuite de manière complètement désinvolte pendant qu’on lui choisit de nouvelles grenades ou un fire rate plus grand. Et pendant la partie, on peut jauger le reste de vie qu’on a en regardant la tronche de notre ami, de plus en plus ensanglantée. On peut même apprécier le fire rate au degré d’ouverture de sa bouche, qui se referme quand on arrête de tirer.

À retenir

Véritable défouloir de l’espace, Let Them Come nous entraîne dans un univers qu’on connaît et apprécie : la SF des années 80. La complexité inexistante du concept est équilibrée par une difficulté aux petits oignons qui pardonne peu mais qui n’est pas frustrante pour autant (du moins au début). Alors sortez vos ghetto blasters et préparez-vous à cracher du sang parce que ça va faire mal !

 

Informations sur le jeu

Plateformes : PC, ANDROID, IOS, PS4, XBOX ONE

Genre : Tower Defense

Développeur : Tuatara Games

Éditeur : Versus Evil

Date de sortie : 03 Octobre 2017

 

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *