Salut à toi mon serpent, ça va la forme ?

Vois-tu, les temps changent et pour une fois, je vais être optimiste à ce sujet. Oui ça va te surprendre, mais aujourd’hui en 2016 il y a un aspect sur lequel je ne peux me répandre en récriminations. Et je serai même forcé d’avouer que ce que nous avions à l’époque n’était en réalité qu’une piteuse arnaque qui marchait une fois sur trois.

Cette chose, c’est la toile. Car oui, la toile est un progrès considérable qui a entre autres mérites de nous avoir mis en contact, toi l’honorable reptile et moi l’heureux imbécile. Mais cette fameuse toile, à laquelle on peut faire bien des reproches, a pour elle d’avoir permis une généralisation du partage et une vaste circulation des informations utiles en lien avec le jeu vidéo. Ce que l’on appelait à l’époque les « soluces » en fait ! Aujourd’hui, à peine est-on coincé dans les méandres d’un jeu que l’on n’a qu’à entrer le titre du jeu en question dans un moteur de recherche pour aussitôt être aiguillé vers diverses vidéos ou FAQ qui contiennent la résolution de bien des problèmes ! Bon c’est vrai que ça gâche un peu le plaisir mais  au final, libre à chacun de juger quand sa situation est désespérée au point d’aller trouver ainsi le sésame tant désiré. Certes, cela fait peut-être un peu « antisèche », mais bon, il faut bien que ces vidéos servent à quelque chose et à quelqu’un. Et c’est pas plus mal.

Pas plus mal ai-je dit. Car oui, à l’époque de mes boutons d’acné et de ma pilosité naissante, point n’existaient ces moyens évolués de se rendre compte qu’il fallait prendre à gauche au pied de la Tour de la Désolation pour suivre la route vers la Forêt du Minotaure qui seule conduit à la Lisière Ensorcelée où se trouve le Parchemin des Anciens à rapporter au sorcier qui ainsi t’ouvrira la route par l’incantation qu’il est le seul à pouvoir énoncer ! Non, il fallait soit se démerder tout seul comme un grand, soit prier pour que ton mensuel fétiche ait la bonne idée de publier la soluce du jeu.

Même Mario appelle la hotline. Combien a-t-il perdu ? Deux heures et un gros paquet de thune.

Même Mario appelle la hotline. Combien a-t-il perdu ? Deux heures et un gros paquet de thune.

Ou alors, et j’en viens à mon propos principal, appeler le service d’aide, plus communément appelée Hotline !

Oui mon serpent, les hotline, dont les plus connues étaient bien évidemment celles de Nintendo et Sega, respectivement le « SOS Nintendo » et « Le numéro de Maître Sega ». Notons tout de même que l’excellent mag Player One avait lancé l’idée d’une rubrique « SOS » dans laquelle les lecteurs bloqués pouvaient jeter leur bouteille à la mer et espérer qu’une âme charitable en possession du Secret des Dieux y réponde. C’est vrai qu’à l’époque des FAQ online et des forums Internet on peut en rire, mais à l’époque l’idée était excellente. Et puis, contrairement à ce que l’on voit aujourd’hui, aucun risque de tomber sur les fuites de sujets du bac dans un magazine de jeux vidéo, ni de converser avec un quelconque abruti imbu de lui-même qui te fera la leçon car lui joue à Candy Crush et pas toi !

Les Hotline étaient donc, tu t’en souviens mon serpent, ces numéros ultra-taxés qui faisaient carton plein et que Nintendo nous présentait ainsi : « Bloqués dans un jeu ? Appelez SOS Nintendo ! Des experts à votre écoute, ce sont des super-joueurs [sic] qui résoudront tous vos problèmes !« . Ne soyons pas incomplets et précisons que bien des magazines de l’époque qui avaient flairé la manne proposaient aussi leur numéro surtaxé et leur « 36 15 ». Oui, à l’époque c’était 36 15 et pas encore les trois « w ».

Je tiens aujourd’hui à dire que ces hotline n’étaient finalement qu’une vulgaire escroquerie. OK, on savait tous que le prix d’un appel était au-delà du raisonnable, et on ne pouvait le reprocher aux boites en questions qui étaient tenues de préciser « 8,76F l’appel+2,19F la minute » un peu comme un paquet de clopes aujourd’hui doit énoncer hautement que fumer tue, rend impuissant, fait puer de la gueule et coûte la peau du cul, ou que le jeu vidéo peut être déconseillé à certaines personnes pour cause d’épilepsie ou de contenu inapproprié. Mais au delà de leur coût éhonté, ces hotlines qui nous étaient présentées comme tenues par des joueurs de génie n’étaient que de pauvres services téléphoniques à deux sous qui employaient de types qui n’avaient que besoin de savoir lire.

Comment croire qu’au bout du fil allait forcément vous répondre un individu ayant réponse à tout, et ce sur la multitude de jeux déjà disponibles sur les supports de Nintendo ? Même question pour le numéro de Maître Sega d’ailleurs. Ce brave gars au bout du fil était-il détenteur de la science infuse, un joueur investi d’une connaissance exhaustive de tous les jeux, capable de te réciter la solution complète de Chrono Trigger d’une seule traite ?

S’imaginer ceci reviendrait à penser que c’est bel et bien une Suédoise aux formes plantureuses qui répond effectivement lorsque l’on sonne un de ces numéros ultra-taxés qui vous promet l’extase du corps avec une créature de rêve, avec au final une minable boîte vocale au bout. Alors qu’il est si facile quand on est seul de se procurer diverses revues ou photos et d’aboutir à un résultat similaire avec sa seule main droite (ou gauche, ne faisons pas de discrimination). Bref : les braves types qui répondaient à ces numéros n’étaient pas plus « super joueurs » que n’importe qui. Mais ils savaient lire…

Première victime de Maître Sega : le Punk. Et vous ensuite.

Première victime de Maître Sega : le Punk. Et vous ensuite.

Car le secret de ces hotline a été éventé depuis. Oui ! Voilà comment ça marchait : des joueurs sans lien aucun avec les boites ou les services téléphoniques en question faisaient des plans, et la Hotline en question les archivait ! Ces auteurs étaient-ils payés, ça l’histoire n’en pipe mot. Mais voilà comment tout fonctionnait ! Et plus l’opérateur prenait de temps ou prenait son temps pour aller trouver l’archive en question, mieux cela valait pour la boite, car n’oubliez pas : 2,19F par minute !

Aussi, la présentation par Nintendo de sa performante hotline n’était finalement que mensonge, et la relire aujourd’hui me fait penser à ces petits papiers importuns qui parasitent ma boite à mauvaise nouvelles (euh pardon, boite aux lettres et aux factures) qui finalement sont à peine plus ridicules : « Professeur N’Goulélé, grand voyant medium international, don héréditaire, résout tous vos problèmes même ceux futurs, amour, argent, travail, ta femme t’a quitté, tu viens me voir et elle viendra derrière toi comme un chien derrière son maître ».

En ce qui me concerne mon serpent, je n’ai jamais eu recours à ces lecteurs professionnels et lucratifs, mais le souvenir que j’en ai est cependant bien amer. Car mes parents, étonnés et échaudés de voir le montant des factures de téléphone aussi élevé (car oui, il était un temps où le téléphone se payait à part) avaient fini par me soupçonner d’y avoir recours. Comment expliquer sinon que je finissais deux ou trois jeux par mois ? Mes protestations d’innocence ne faisaient aucun effet, jusqu’au jour où mes parents eurent la bonne idée de demander un relevé détaillé des numéros contactés…Pour s’apercevoir que ces fameux appels pointaient vers des numéros que mes frangines appelaient en loucedé et véhiculés par cette presse poubelle pour gamines en pleine puberté qui veulent savoir comment assurer avec les mecs ou avoir un petit mot de la part des héros de Beverly Hills 90210. Justice est faite.

Merde aux hotlines. Merde à ces imposteurs qui à mon avis seraient bien stupides devant les tableaux les plus avancés de la série des Lolo, Solomon’s Key ou Kickle Cubicle ! Des jeux qu’aujourd’hui j’ai enfin réussi à accomplir, et sans hotline, ni même vidéo ou FAQ. Juste par ma propre activité cérébrale. Et oui, et même si j’en doute assez souvent, j’ai au moins deux ou trois neurones fonctionnels, nom d’un pipe !

Allez mon serpent, tu es partant pour une partie de dames ?

Yace,

vieux grincheux pas si vieux.

PS : un petit article intéressant à ce sujet.

Quelques feuillets de ces soluces. Aujourd'hui j'en ai écrit un bon paquet, de soluces de jeux. J'aurai pu faire fortune à l'époque.

Quelques feuillets de ces soluces. Aujourd’hui j’en ai écrit un bon paquet, de soluces de jeux. J’aurai pu faire fortune à l’époque.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *