L’HUMEUR YACISTE 32 : le jeu vidéo N’EST PAS une religion

0

Salut mon serpent !

Vois-tu, il y a quelque temps de cela, le très spirituel (et ceci dit sans ironie) Julien Chièze, tu sais un de ces people du jeu vidéo aux côtés des Tellouck, Joueur du Grenier et autres Cyprien et Squeezie avait commis sur Gameblog une vidéo au sujet tout aussi vomitif que finalement racoleur, à savoir « le jeu vidéo est-il une religion ». Je te laisse retrouver ce véritable sketch fait de rapprochements oiseux et de comparaisons tirées par les cheveux avant d’entendre ma petite réaction à ce propos. Voilà, tu as écouté ? Bien. Alors oui en effet, le propos est amené de façon claire, calme et posée, et c’est tant mieux, on n’a pas eu droit à l’intervention d’un ponte de Saint-Nicolas du Chardonnet, de Farid Benyettou qui a sans doute préféré  s’afficher chez un Ardisson plus vomitif qu’à l’accoutumée (et c’est pas peu dire) ou d’un nervis de la LDJ pour nous dire que jouer avec le jeu vidéo c’est jouer avec Hitler.  Mais comment ne pas réagir plus avant devant la simple question même du rapprochement entre jeu vidéo et religion ? Oui, pourquoi finalement avoir pensé à ce rapprochement insidieux entre un brave type qui joue à Tetris et un autre, brave ou pas, qui va sacrifier à sa croyance ? Quel rapport entre l’un et l’autre ? En quoi se dire adepte de Mario devrait se rapprocher d’être adepte de je ne sais trop quelle divinité ou divinités pour les fois polythéistes ? La présentation de M.Chièze souffrait d’un défaut majeur et je dirai même malencontreux : selon son angle de vue, tout joueur de jeu vidéo et notamment ceux qui, à l’image de ton estimé locuteur mon serpent, s’avouent de vrais passionnés, ne peuvent qu’être adeptes d’une religion qui serait donc le jeu vidéo. Car l’amour et l’admiration que je porte à cette activité seraient soit-disant du même principe que celle d’un croyant pour son système de foi et de pratiques y afférentes. Mais, monsieur Chièze, quid de cette drôle d’espèce que sont les joueurs qui ne croient finalement qu’à l’absence de dieu ou de dieux, bref, cette si décriée engeance que sont les athées ?

Dire du jeu vidéo qu’il se rapproche donc de près ou de loin d’une religion n’est qu’une colossale injure, et ceci dit en pesant mes mots. A l’origine de combien de croisades trouve-t-on le jeu vidéo ? Aucune. A l’origine de combien de conflits meurtriers trouve-t-on du jeu vidéo ? Zéro. Combien de jeu vidéo vous promettent-ils la damnation éternelle si vous avez le malheur de ne pas les pratiquer ? Pas le moindre !D’ailleurs, bien souvent encore, le jeu vidéo lui-même est dans le viseur des adorateurs du divin, et ce sous des prétextes si saugrenus que l’homme équilibré ou simplement conscient de ce si beau principe nommé tolérance ne peut qu’en rire. La série Pokémon soit disant apologétique du sionisme chez les dérangés de Riyad, sans oublier les dégénérés de Familles de France, Civitas  et autres sympathiques groupuscules traditionalistes plus aptes à vomir sur l’intelligence qu’à condamner des prêtres amateurs de jeune chair taxer le jeu vidéo et les joueurs de satanisme, bref comment à nouveau pouvoir mener une saine réflexion sur un sujet qui ne sert qu’aux  dérangés de tout poil et de toutes fois ? Oui, ces mêmes déséquilibrés abreuvés de haine et de croyance divine qui cherchent par ce moyen détourné à finalement s’imposer dans les quelques rares domaines qu’ils n’ont pas encore pollués de leur morgue et de leur total rejet de la dignité humaine ? Mon serpent, je le redis : la religion, sujet magnétique qui aujourd’hui divise les hommes là où elle devait à l’origine les rassembler autour de l’amour de son prochain (et en ce sens je ne désespère pas de savoir qu’il existe encore de trop rares esprits pour qui religion doit bel et bien signifier amour, j’ai encore la chance d’en connaître quelques-uns) est hélas un thème bien trop réel en ce pauvre monde où l’on se fait tuer pour une idée, pour un dessin ou simplement pour avoir un peu trop ouvert sa gueule. Et il en arrive même à éclipser le respect des hommes (en témoigne les toujours trop nombreux cas de punitions barbares exercées par les tenants de la foi) et de la nature (mais pourquoi donc a-t-on enterré les corps des frères assassins de Charlie Hebdo, alors qu’il y a tant de vautours de Ruppell ou de vautours fauves qui en auraient volontairement fait leur casse-croûte, le plomb en moins ?). Et tu me connais depuis assez longtemps pour savoir que le jeu vidéo , pour être un jeu vidéo, se doit de répudier avec la plus extrême fermeté, voire la plus rigoureuse violence tout aspect qui tendrait à le rapprocher de cette saloperie de réalité que nous subissons au quotidien !  Oui, si la réalité est une peste, une lèpre, un cancer qui un jour nous tuera tous, en quoi serait-il religieux de vouloir la fuir le temps de quelques parties sur ces mythes de l’histoire que sont les aventures de Mario, de Sonic, les blocs pleuvant incessamment dans Tetris ou les Aliens juste prétextes à se faire descendre car nom d’une pipe en bois, nous tenons tout de même à la sauvegarde de notre trop malmenée planète ? Toi-même mon serpent, ne portes-tu pas sur tes écailles le poids de la chute de l’humanité suivant la mythologie du fruit défendu ? J’ai déjà eu l’occasion de t’en remercier car tu nous as offert la connaissance envers et contre le despotisme de la divinité et ainsi nous a donné le choix et l’esprit. Et c’est pour cela que je le clame et l’assène, toute question visant à lier le jeu vidéo à la religion ou à analyser leur rapport supposé n’est que fumisterie et triste branlette neuronale là où on ferait mieux de s’interroger sur des sujets pourtant bien plus poignants, comme savoir pourquoi un maquereau en col blanc qui truque les comptes publics s’en sort sans trop de couacs, tandis qu’un SDF qui vole de quoi manger est un voleur au lieu d’être un être humain qui n’a pas trouvé d’autre moyen de lutte pour sa survie…Et le jeu vidéo n’est qu’une création humaine, loin de la supériorité et du côté suprême dont se revêtent les textes de religion. En ce sens, nier tout lien entre jeu vidéo et religion serait finalement ou au moins devrait être un sujet d’accord entre les libres penseurs tels moi et bien d’autres, et les adeptes de la foi religieuse.

Bref, se demander si le jeu vidéo et la religion sont compatibles est aussi intelligent et à propos que se questionner sur le rapport qu’entretiennent les poux avec leurs hôtes, ou savoir si le VIH n’est pas un peu con d’entraîner inévitablement la mort du corps qu’il gangrène car lui aussi disparaîtra avec lui. Et si j’aime autant le jeu vidéo, c’est précisément car sa nature chimérique même le met à l’abri des intrusions de ces trois phénomènes hélas trop réels que sont l’état (qui tente de légiférer et de tirer sa part du gâteau en encadrant le jeu vidéo), l’argent (qui a changé le jeu vidéo en un vulgaire produit) et donc la religion, sujet trop haut ou trop bas selon les consciences pour être lié au jeu vidéo.

Allez mon serpent, viens nous allons nous cultiver aux mannes du marquis de Sade avant de jouer à Super Mario World !

Yace, vieux grincheux pas si vieux.

Merci à José.

Partagez l'article !

A propos de l'auteur

Photo du profil de Yace

Joueur qui balance entre deux âges, plutôt des neiges d'antan que de la dernière averse. Révolté permanent, contestataire patenté, il n'y a que les jeux vidéo et la grammaire française dont j'accepte de suivre à peu près les règles, dans l'ivresse des pixels et des mots.

Laisser un commentaire