L’HUMEUR YACISTE 45 : bonnes vacances ludiques !

0

Salut mon reptile.

Je ne te demande pas si tu vas bien, car les êtres à sang froid aiment la chaleur, même si tu as aussi besoin d’un peu d’humidité et d’ombre pour ne pas finir déshydraté. Et voilà le thème donc de cette petite digression hebdomadaire : les vacances d’été s’annoncent ! Et qui dit vacances, dit jeu vidéo, alors je te souhaite d’ores et déjà non pas une bonne villégiature, mais un bel été placé sous le signe du gaming. Oui mon précieux compagnon à anneaux, chaque année on nous bassine avec les statistiques selon lesquelles de malheureux enfants ne peuvent partir en vacances, faute aux minces revenus de leurs parents qui ont déjà du se saigner aux quatre veines pour leur offrir un hand spinner. C’est vrai que c’est triste, une enfance sans voyage…Ne dit-on pas que les voyages forment la jeunesse ? Et un beau voyage, ça ne se refuse pas. Il est toujours beau de voir un peu le monde, à quelques exceptions près comme Mossoul ou la Corée du Nord…
Et bien mon serpent, j’ai la solution pour tous ces mioches défavorisés que leurs parents ne pourront traîner à la mer. Vous voulez voyager, vous échapper du quotidien caniculaire et ressentir la joie du divertissement et de nouveaux panoramas ? Essayez…le jeu vidéo ! Oui je sais mon serpent, ces mêmes parents indignes au point de ne pas travailler assez pour économiser et se payer des vacances princières, en plus de ne pas contribuer à la croissance économique de notre belle république en marche vers on ne sait où, ou plutôt vers on ne sait quel mur…n’ont peut-être pas de quoi payer la dernière Playstation ou la Nintendo Switch à leur progéniture. Mais qu’importe, les mioches privés de départ en vacances pourront toujours passer de studieuses heures…en apprenant un peu à savourer le pixel d’antan, qui lui est devenu très abordable via l’émulation. Et oui mon rampant, si on y réfléchit bien, le jeu vidéo des temps jadis, en plus d’avoir une substance qui a tout fondé, est un sujet d’étude, de divertissement, de performance et tout ça en même temps !

Le soleil est méchant dans Super Mario Bros 3. Et dans la vie, il flanque des coups de soleil et de l’insolation.

Franchement, pourquoi se plaindre ? C’est vrai, non ? Pourquoi regretter de ne pas passer des heures dans les bouchons lors du traditionnel chassé-croisé sur les autoroutes de France, par une chaleur suffocante et sans oublier de passer à la caisse au péage ? Pourquoi déplorer de ne pas se trouver coincé entre un obèse de cent trente kilos (comme moi par exemple) et une vieille fripée qui confond écran solaire et crème contre la sécheresse intime sur quatre-vingts centimètres carrés de plage ? Pourquoi être déçu de ne pas griller au soleil comme une saucisse de Montbéliard et se ramener un cancer de la peau en souvenir, ou se rendre compte au  moment de conclure que l’on a oublié sa boite de capotes anglaises dans la boîte à gants de sa tire ? Oui, pourquoi se plaindre de rater toutes ces estivales avanies, alors que l’on pourrait être confortablement installé chez soi, avec une grande carafe remplie de sirop d’orgeat glacé agrémenté d’une touche de menthe glaciale (essaye, tu m’en diras des nouvelles) devant sa Super Nintendo que l’on croyait perdue, ou sur son balcon, avec le souffle apaisant du ventilo en jouant à WarioLand ou Gargoyle’s Quest sur sa Game Boy ?
Sincèrement, pas besoin de payer un hôtel hors de prix ni de s’emmerder sur une plage surpeuplée pour voyager. Profitons plutôt de l’été pour aller visiter ces superbes destinations de sont Dinosaur Island, le pays d’Hyrule, Starlight Zone ou quelque autre endroit merveilleux que seul le jeu vidéo peut nous offrir ! Bien sûr, s’il convient de correctement passer ses vacances en s’instruisant donc aux lumières du jeu rétro, il ne faut toutefois pas  oublier d’entretenir les acquis, et si un parent qui ne trimbalerait pas sa descendance immédiate à Biarritz ou aux Sables d’Olonne n’est donc en rien un parent indigne, il ne faudrait pas qu’il oublie, en guise de cadeau premier, d’offrir à ses écoliers…un magnifique livret d’exercices de vacances adaptés à sa classe !

A votre santé !

Et les deux marchent de pair : si le gamin a réussi sa page de travail quotidien, il aura alors le droit de jouer. Tu vois mon ami, à nouveau, refuser le conformisme estival a du bon : gageons ainsi qu’à la rentrée, nos écoliers auront sauvegardé l’année passée, comme on sauvegarde une partie de jeu d’ailleurs, mais aussi attaqueront l’année à venir nantis d’un capital culturel nouveau : désormais ils sauront qu’avant de proposer de branler l’homme invisible dans 1,2, Switch, le jeu vidéo a été un vecteur de création démesurée, dont même des érudits comme toi et moi avons encore peine à quantifier l’étendue. Pourvu que ça dure, car l’intérêt d’une discipline ou d’un sujet de recherche ne s’émousse jamais quand le sujet en question est aussi vaste. Sur ce, je te souhaite de passer un été aussi agréable que possible mon ami à sang froid, mais au coeur bien plus chaud que nombre de mes congénères primates et bipèdes.

Sachons savourer le bonheur là où il se trouve !

 

Yace, vieux grincheux pas si vieux. Et je t’enverrai une carte postale de chez moi durant l’été, promis.

 

 

Partagez l'article !

A propos de l'auteur

Photo du profil de Yace

Joueur qui balance entre deux âges, plutôt des neiges d'antan que de la dernière averse. Révolté permanent, contestataire patenté, il n'y a que les jeux vidéo et la grammaire française dont j'accepte de suivre à peu près les règles, dans l'ivresse des pixels et des mots.

Laisser un commentaire