L’HUMEUR YACISTE 47 : Métier (ah bon) sans qualification (ah bon)

0

Salut mon lézard venimeux sans pattes !

Comment ça rampe ? C’est sans doute une grande date pour l’ensemble du jeu vidéo à laquelle nous venons d’assister. Et non, je ne parle pas de la sortie de Super Mario World ou de l’arrivée de l’ex-star du pornard Manu Ferrara dans l’univers suranné et abscons des joyeux streamers. Non non, je parle d’un fait tout autre : Wikipédia, l’encyclopédie en ligne et que je respecte au demeurant au point d’y avoir moi-même contribué il fut un temps (et pas que sur les pages consacrées au jeu vidéo !) vient enfin d’officialiser dans ses colonnes l’existence d’un « métier » : commentateur de jeu vidéo. Chose amusante par ailleurs, mais je suis rassuré, car commenter du jeu vidéo n’a pas encore officiellement de numéro de profession. Mais le plus comique réside en la classification de ce « métier » par Wikipédia elle-même : « Métier sans qualification », aux côtés de promeneur de chien, homme-sandwich et autres Marlboro Man et plongeur en restauration.


Bon, autant couper de suite les mauvaises langues qui penseraient que cet enculé (oui, enculé, et pour ceux qui seraient offusqués de l’usage de ce vocable certes fleuri, je leur réponds qu’on le trouve dans le Robert, qu’il s’agit donc bien de langue française, qu’on le trouve également dans la Pléiade sous la plume du Marquis de Sade et que Brassens avait écrit à son propos : « la chose ne me dérange pas mais le mot me dégoûte »), bref que cet enculé de Yace dénigre les bas métiers… Et bien non, figurez-vous que j’ai bien conscience que les ingrates besognes sont bien souvent et hélas un passage obligé dans une vie et l’établissement d’une situation, ayant moi-même  passé la serpillière et gratté des batteries de cuisines à titre professionnel ! Même si je confesse n’avoir aucune sympathie pour les hommes-sandwich (je préfère les sandwichs tout court) ni pour les cow-boys Marlboro (je fumais des Camel et aujourd’hui j’ai cessé de sucer ces bâtonnets cancérigènes). Bon, je disais donc (désolé pour ces écarts quoique coutumiers de mes élucubrations hebdomadaires), que commentateur de jeu vidéo est donc désormais et à présent reconnu comme un job sans diplôme nécessaire sur Wikipédia. Ce qui est franchement une date capitale pour le jeu vidéo, encore plus que la sortie de Space Invaders, tu ne trouves pas ? J’imagine déjà les commentateurs pervers de cette nouvelle : « eh t’as vu, c’est un taf ousque y’a pas besoin d’avoir de papiers, trogénial wesh je vais commenter du Collof, trop la belle vie cousin ». Et les autres non moins perfides : « commenter du jeu vidéo c’est juste bon pour des analphabètes puisque guère besoin d’être diplômé pour y arriver ». À vrai dire je ne sais comment réagir sans me mettre encore bien du monde à dos. Pour les premiers, non, on ne peut s’improviser commentateur de jeu vidéo. Comment livrer un accompagnement vocal sensé et pertinent sans un minimum de connaissance du genre en général et du jeu en particulier ? Donc non mon pote, c’est pas en sortant de taule ou en croyant que tu vas devenir une sommité que tu feras un bon commentaire, et non mon autre pote, on peut avoir fait des études sanctionnées par des diplômes et aimer parler de jeu vidéo malgré tout. Demanderait-on à un profane en foot de commenter une finale de Coupe du Monde ? À la manière d’un Thierry Roland qui se laissait quand même aller à des réactions spontanées comme son célèbre « putain que c’est bon » à l’issue de France-Brésil le 12 juillet 1998, un commentateur doit faire montre d’un minimum de savoir et peut très bien avoir une structuration de parole et d’exposé oral qu’il aurait apprise et entretenue dans le cadre d’études…Bon, ce n’est pas pour autant que Thierry Roland me manque outre mesure, mais il fallait le signaler.
Et puis, est-ce vraiment un métier après tout ? J’en doute. Au pire pourrait-on le rattacher aux « métiers du spectacle », c’est à dire aux intermittents dont la position en ce pays est si enviable que même faire le trottoir serait plus raisonnable. J’ai moi-même eu l’honneur à plusieurs reprises de prendre le micro lors de démonstrations et autres tournois amicaux sur des jeux vidéo de plusieurs genres d’ailleurs (enfin tout sauf du Collof, il y a des limites à l’indécence) et voir un commentateur de jeu vidéo avec un Bac+5 (et même 6 !) employer des tournures raisonnées et l’imparfait du subjonctif serait donc un spectacle si rare ? Ben merde, peut-être bien que oui ! Mais bon vous voyez messieurs les opportunistes et autres vieux farcis de préjugés : s’improviser commentateur dépend avant tout et surtout de sa passion et d’une connaissance éprouvée pour le jeu vidéo. En dépit de vos suppositions aussi stupides et  infondées aux uns comme aux autres. Et pour finir, un métier se traduit par une activité rémunérée, or je n’ai pas perçu la moindre obole. Ce qui veut dire que soit ce n’est pas un métier, soit que je me serais fait baiser en profondeur. Je préfère donc croire qu’il ne s’agit pas d’un métier et que donc Wikipédia dit n’importe quoi, et risque donc par là même de décevoir tout un tas de jeunes aspirants commentateurs et également un tas d’ignorants farcis de préjugés qui devront trouver autre chose pour vomir sur le jeu vidéo ! Alors mes conseils à tout ce beau monde ? Apprenez la profondeur du jeu vidéo et de son histoire pour les uns, et trouvez autre chose genre le jeu vidéo crée des djihadistes pour les autres ! Et accessoirement, pour paraphraser Philippe Katerine : je vous emmerde. Moi toi mon serpent, je te respecte et te salue !

Yace, vieux grincheux pas si vieux !

Partagez l'article !

A propos de l'auteur

Photo du profil de Yace

Joueur qui balance entre deux âges, plutôt des neiges d'antan que de la dernière averse. Révolté permanent, contestataire patenté, il n'y a que les jeux vidéo et la grammaire française dont j'accepte de suivre à peu près les règles, dans l'ivresse des pixels et des mots.

Laisser un commentaire