L’HUMEUR YACISTE 51 : Cyniques, extrêmes et fainéants

0

Salut à toi mon vipérin ami. Comment se portent tes facultés de reptation ? Vois-tu, toi tu rampes, moi je marche. Je marche mais je ne suis pas en marche, et jamais ne le serai. J’ai beau avoir un bon nombre de turpitudes, je peux encore me brosser les dents et voir dans la glace un visage laid et chauve, mais pas un visage de vendu à un mouvement fondé par un homme dont l’incompétence est aussi ostensible que son complexe d’Oedipe ! Je laisse donc les « En Marche » à leur Jupiter et leur Jocaste pour aller me faire un petit Double Dragon II sur NES. Mais comme l’actualité me rattrape toujours tôt ou tard (c’est même inévitable en tant qu’honnête plumitif de mon état), je n’ai pu échapper à cette distinguée sortie, selon laquelle notre Résident de la République en marche édicte que ceux qui se refusent à souscrire à ses réformes ne seraient que, je cite, des « Cyniques, des extrêmes ou des fainéants ». D’où le titre de cette hebdomadaire éructation yaciste. Jupiter est-il en colère contre ceux qui veulent maintenir leur train de vie sans pour autant s’appeler Cahuzac, Thévenoud, Balkany, Pénicaud , Fillon ou Ferrand ? Vraisemblablement, il n’a pas dû digérer que ces ingrats de franchouillards bouffeurs de William Saurin ne se soient guère montrés très chauds pour approuver un statut spécial et sur mesure élaboré pour sa Jocaste… Salopards que nous sommes. Enfin non, cyniques, extrêmes et fainéants que nous sommes !

Un fainéant aurait-il pu faire ça ?

Mais une question donc me taraude : en tant que joueur de jeux vidéo, que suis-je réellement ? Un cynique ? Un extrême ? Un fainéant ? Le jeu vidéo est une occupation dont je n’ai jamais ignoré le caractère somptuaire. Après tout, une console de jeu ainsi que les cartouches qui vont avec ont un prix, et celui-ci se chiffre souvent en centaines de francs  et aujourd’hui d’euros. De plus, si à quatorze ans je jouais à la NES, je n’oublie pas qu’en d’autres lieux et/ou espaces, un enfant de quatorze ans sert de bête de somme à la mine, ou pire encore, d’enfant soldat ou de chair à zob pour porteurs de soutane… Or,  qu’ai-je fait contre tout cela ? Rien. Car seul qu’y puis-je ? Je n’ose même plus compter le nombre de fois où de nobles esprits en quête de bonne conscience m’ont recadré en faisant passer mon engagement pour du cynisme. Tout ça pour mieux masquer leur propre incurie. Finalement, suis-je sans doute un cynique, mais ne suis-je donc pas le seul…  Bon d’accord, je suis un cynique. Mais cynique au sens philosophique du terme, tel le noble Diogène, qui lors de ses onanismes en public déclarait que si la faim pouvait se régler d’un mouvement de la main comparable à celui de la branlette, ce monde serait sans doute moins misérable !  J’approuve et donc je suis bel et bien un cynique. Jupiter 1, Yace 0… Maintenant, en pratiquant le jeu vidéo à haute cadence, et en fonctionnant souvent à l’objectif, n’ai-je pas élevé cette activité jusqu’à un point extrême ? Personnellement je n’en ai point l’impression, car  j’aime simplement éprouver mes facultés, que ce soit en jeu vidéo comme en mémoire (il y a des exercices très amusants et efficaces pour exercer ses capacités de souvenance mon serpent) ou en diction, bref : s’astreindre à une discipline librement consentie relève-t-il d’un extrémisme quelconque ? Pour certains oui. Et j’en fais donc partie selon eux. Je suis un extrême. Et merde, Jupiter 2, Yace 0… Mais il reste une troisième amabilité haut dressée par Jupiter lui-même, tel un majeur figuré ostensiblement par un automobiliste vexé ou facétieux : fainéants. Et en tant que gamer, que pourrais-je être d’autre qu’un fainéant ? Le temps que je mets à jouer, que ne devrais-je l’employer à faire autre chose pour le bien de notre économie métropolitaine ? Jupiter lui-même déclarait que ce pays avait besoin de plus de jeunes désireux de devenir milliardaires, et qui pourraient ainsi porter de beaux costumes. Je m’étonne d’ailleurs qu’il ne nous ait pas encore vanté la haute coupe de ses vêtements à lui, le divin parvenu, ou des tailleurs excentriques de Jocaste !

Tas de cyniques, d’extrêmes et de fainéants, viendez, ici on se marre avec notre couple de stars à l’Elysée !

Alors oui, quand je joue, j’ai en général le cul posé sur ma chaise ou mon fauteuil, et jouer à la Game Boy sur mon rocking-chair est un moment de plénitude que Jupiter (l’actuel ou même l’ancien) n’a sans doute jamais éprouvé. J’en viendrai presque à le plaindre, le pauvre jeunot. Vite Jocaste, va consoler ton Manu ! Au lieu de contribuer à la richesse de ce pays, pourquoi n’ai-je pas fait du cinéma d’érection à l’image de certains et certaines ? Oui, pourquoi n’ai-je pas révélé ma tige reproductrice au grand écran en l’insérant dans une multitude de trous déjà surexploités et à l’hygiène parfois douteuse, avant de me reconvertir dans la vocalise et de massacrer des standards de la chanson française et de créer ma propre marque de sous-vêtements sans oublier de montrer mon urètre dans un calendrier annuel ? Hein ? Non Jupiter, j’ai préféré rester discret, n’exhiber ma colonne érectile qu’à certaines élues et pratiquer le jeu vidéo. Et je peux te dire qu’entre la nécessaire satisfaction d’appétits libidineux, l’innombrable masse de jeux vidéo que j’ai encore à découvrir et mon activité de fouille-merde, je suis tout sauf un fainéant ! Jupiter 2, Yace 1. Ouf, l’honneur est sauf ! Vois-tu mon serpent, j’aurai au moins appris que, si je suis un cynique, un extrême mais pas un fainéant, et que mon métier pourrait se définir ainsi « journaliste, nom masculin : sous-espèce de fouille-merde à la liberté de ton inversement proportionnelle à l’importance et l’intérêt des sujets dont il traite », et que malheureusement je n’ai pu contribuer à la TVA majorée qui frappe les productions pornographiques (par pudeur, fidélité mais aussi pour cause de génétique peu généreuse hélas), je n’en demeure pas moins un espèce rare. Celle de ceux qui se refusent à se vendre et qui préfèrent la discussion franche et amicale même si iconoclaste, à la « discussion » qui s’achève par des coups de casque de moto.  Car les lieutenants de Jupiter, qui ne sont donc ni des cyniques, ni des extrêmes, ni des fainéants semblent ignorer qu’un casque, c’est censé protéger la tête humaine. Pas la défoncer. Allez mon serpent, accomplissons notre cynisme ainsi que notre extrémisme et viens t’en jouer à Double Dragon II avec moi : on va casser la gueule à des punks et autres loubards, on va se la jouer extrême en finissant le jeu ! Mais tout ceci ne sera pas fainéantise crois-moi, car maîtriser un jeu, c’est du travail. Je te salue, je salue madame Serpent !

Yace, vieux grincheux pas si vieux, et qui se dispensera de saluer Oedipe Jupiter ainsi que Jocaste en tailleur tricolore.

Partagez l'article !

A propos de l'auteur

Photo du profil de Yace

Joueur qui balance entre deux âges, plutôt des neiges d'antan que de la dernière averse. Révolté permanent, contestataire patenté, il n'y a que les jeux vidéo et la grammaire française dont j'accepte de suivre à peu près les règles, dans l'ivresse des pixels et des mots.

Laisser un commentaire