Salut mon Serpent !

J’ai du, comme tout bon contribuable retrogamer que je suis, aller déposer ma déclaration de revenus 2015 à mon centre de perception, que veux-tu, il faut bien être citoyen même en dépit de ses convictions.

Cet annuel pèlerinage ne me met jamais en joie, et plus que pour de basses raisons anti fiscales : comme je suis assez atteint de procrastination fiscale comme Thomas Thévenoud l’est de phobie administrative, j’attends toujours la dernière limite pour aller glisser mon papier dans l’urne. Et par voie de conséquence, je me tape une queue qui à elle seule ferait un scénario complet d’un épisode des Simpson.

Prévoyant donc la file d’attente lors de la mise à nu de mon modeste patrimoine, j’ai donc sorti ma fidèle Game Boy et lancé un peu de Tetris, en hommage à ce délicat mariage qui fit tant de bien à la console et au jeu. Si l’on y repense convenablement, Tetris a popularisé la Game Boy et la Game Boy a popularisé Tetris ! Exquise symbiose en cette année 1989 où je n’avais pas encore de déclarations de revenus à remettre.

Ah mon Serpent, si tu avais vu la surprise qui s’est alors peinte sur le visage de mes voisins de queue ! Comme s’il était indécent ou tout au moins incongru de jouer à Tetris en attendant de pouvoir lâcher le fiscal aveu dans les urnes transparents de l’Hôtel des Impôts. Il est vrai que Tetris est le fisc sont assez antinomiques : l’un apporte, l’autre prend ; l’un vous invite, l’autre vous contraint : l’un vous incite à réfléchir, l’autre vous soumet sans autre forme de procès.

Tous ces contribuables avaient-ils seulement conscience de voir l’un des leurs s’adonner à une constructive activité de l’esprit, eux qui finalement n’ont guère cherché à meubler intelligemment leur attente ? Très sincèrement j’en doute.vjoalv

Alors l’an prochain je remettrai ça, mais il est une chose sûre et certaine : je n’attendrai pas un an pour relancer l’un de ces excellents casse-tête qui firent les beaux jours de la Game Boy, de Tetris à Yoshi’s Cookie en passant par Tetris 2, Mario&Yoshi ou les fantastiques Solomon’s Club et Donkey Kong.

Aussi, à la question posée en 1990 à la sortie de la Game Boy sous nos contrées, « Vous jouez où avec le vôtre ? », je peux désormais répondre « dans la file d’attente de l’Hôtel des Impôts, le jour date limite, dernier délai ». Autrefois j’y aurai rétorqué «  en cours d’EPS », mais aujourd’hui les écoliers préfèrent Périscope, l’appli vidéo direct live qui permet de montrer en cours son torse viril, une couille ou même son suicide pour ne pas rater sa sortie.

Et je remplacerai mes noms et prénoms par « Balkany, Patrick » sur ma déclaration de revenus 2016. Gageons qu’ainsi j’aurai la paix !

A bientôt mon serpent !

Yace,

vieux grincheux pas si vieux.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *