Je te salue, mon serpent.

Toi tu es un serpent, moi pas, et pourtant c’est bien moi qui persifle ! Tu devrais te méfier, j’ai sans doute la langue plus fourchue que toi.

Il m’arrive hélas un peu trop souvent de me trouver désoeuvré, et dans ces moments-là, je me prends parfois à traîner sur Youtube, et vois-tu, on y trouve parfois de bien saugrenues initiatives. Je passerai sous silence mon goût de la variète française des années 80 pour m’extasier ou presque sur ces modes de s’exhiber sans vergogne et sans raison. Non non, je ne fais pas un laius de vieux duchnoque coincé, mais j’en arrive à ces vidéos formidables et d’une insoutenable intensité : les unboxing.

Quoi de plus grandiose, de plus solennel qu’ouvrir devant des yeux avides de jalousie son dernier achat sans oublier le petit selfie qui va avec ? Quoi de plus édifiant pour le spectateur de voir son idole d’un jour, aussi éphémère qu’une star de la télé-caniveau ou qu’une idol japonaise (vous voyez, ces gamines à peine pubères dont les jupes sont aussi courtes que leurs paroles) ouvrir de façon plus ou moins auguste son Uncharted 4, l’oeil pétillant ?

Unboxing corned beef !

Unboxing corned beef !

Mais me direz-vous, tout ceci n’est finalement que hors-sujet, il n’y a rien de rétro là-dedans, et Yace qui parle d’Uncharted 4 est aussi crédible que Manuel Valls s’affirmant de gauche. Ce qui n’est pas dénué de sens comme remarque (enfin celle sur le hors-sujet, pas sur l’orientation de Manu !). Ce à quoi je réponds (car je rétorque toujours) que ces vidéos épiques se conjuguent également au mode rétro, et c’est bien là qu’elles sont le plus ridicules !

Voir un mioche qui mise son avenir professionnel en Youtube (faut dire que les études ça demande de la motivation et de savoir lire et écrire hein) ouvrir avec des trémolos dans la voix son Megaman 2 sur NES qu’il a réussi à choper en vide-grenier à vingt-six centimes d’euro (car en plus il est habile négociateur !) est un délice digne de Capoue. Ouvrir un jeu déjà ouvert…et surtout dont je pense qu’environ 80% des possesseurs de NES post-pubères l’ont déjà eux-mêmes unboxé un jour alors qu’il venait de sortir du magasin… Bref, le genre de vidéo aussi utile qu’une paire de Nike à un cul de jatte ou de la littérature à Cyril Hanouna. Mais à nouveau, en plus d’unboxer le déjà unboxé, ces spirituels étalages vous montrent évidemment que ces jeunes chasseurs de pouce vert sur YT et autre « j’te like, j’te kiffe, j’te love » sur Facebook sont de remarquables hommes d’affaires, qui en vidéo se vantent d’avoir trouvé Mr Gimmick sur NES (et en version originale, pas une copie cartmod pour petites bites hein) pour dix euros ! Mais se gardent de dire que si le jeu est original, c’est surtout parce que papa et maman ont accepté de payer deux cent cinquante euros sur Amazon ou quelque autre site d’enchères… Ca fait plus propre pour les followerz’.

Unboxing collection.

Unboxing collection.

Bref, et pour ne pas donner l’impression de me concentrer sur de pauvres hères, qui quoi qu’ils en disent, auront raté la grande époque du jeu triomphant pour cause de naissance trop tardive, je conclurai simplement en disant que sortir un jeu de sa boîte c’est cool, sortir la moelle d’un jeu en le jouant réellement c’est mieux, et à mon avis plus profitable pour d’éventuels viewerz’. Car si on sort un jeu de sa boite, c’est avant tout -enfin je pense- pour le mettre aussitôt après dans une console et le faire tourner. Quoique, il est des collectionneurs fétichistes qui l’oublient et ravalent le jeu au rang de bibelot…Triste.

L’unboxing, les vidéos d’unboxing c’est l’ampli de la boite ! Je te laisse méditer cette dernière affirmation et te dis à bientôt mon serpent, et fais gaffe que je ne te pique pas tout ton venin.

Yace,

Vieux grincheux pas si vieux.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *