Le sabordage par la forme

Le prologue, façon Mafia 2, place l’histoire de façon conventionnelle mais efficace

Si le prologue du jeu se fait assez bien, avec une suite de missions rappelant fortement Mafia 2, il prend un virage à 180° une fois votre avatar en quête de pouvoir. Finies les quêtes scénarisées et bonjour les missions à objectifs multiples. Tuer tel gars, obtenir des renseignements sur tel trafic, suivre tel convoi… dans le but de rassembler suffisamment d’infos pour trouver le chef de la zone, le battre et le ranger à vos côtés (ou le fumer). Chaque responsable de secteur travaillant pour vous est renforcé à chaque fois que vous reprenez des zones et vous donne accès à plus de matériel. Chaque passage de chapitre est synonyme de nouveaux interludes scénaristiques afin de vous donner un peu plus d’infos, mais c’est à peu prêt tout. Vous allez me dire, ben ça n’a pas l’air si mal vu comme ça. Oui certes, si ce pan du jeu avait duré, quoi, allez, 3h… mais là non, vous aller faire ça non stop jusqu’au dénouement… Mais admettons, vous êtes joueurs de WoW depuis 2004, les quêtes FeDex ça vous fait pas peur.

Jean Michel Touseul, enchanté

Ce que j’appréciais tout particulièrement dans les quêtes de Mafia 2 c’était leur cohérence, dans le sens réaliste du terme. Lorsque vous intervenez pour fumer des gars, type règlement de compte, vous y allez avec une voiture pleine de gars de chez vous. Ici, sous prétexte que votre avatar a fait le Vietnam et qu’il a survécu à une balle dans la tête, vous êtes superman… Hormis ces premières missions du prologue et quelques rares autres, vous serez seul… TOUT LE TEMPS. Attaquer un bordel, seul, renseignement sur les docks, seul, filature, seul, tuer, seul… C’est nul, incohérent, irrationnel, depuis quand à partir du moment où ce qu’on pourrait appeler un parrain (à partir du moment où son influence prend le pas sur une partie de la ville), fait l’ensemble du job par lui-même ? A partir de ce moment là, Mafia 3 a abandonné son héritage au profit d’un mode de jeu sandbox collant plus aux critères actuels. Mais est-ce que les joueurs voulaient vraiment ça ? Un peu de dirigisme dans un univers ouvert n’a-t-il pas plus de poids et de cohérence à offrir qu’une suite de missions répétitives et sans saveur ? Pour ma part je réponds oui… surtout quand on sait qu’on risque d’être techniquement aux fraises…

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *