TOMAGIQUEweirddreamimageBienvenue dans la chronique où l’on souffle sur les braises de la mémoire pour raviver les émotions liées aux moments vidéoludiques qui nous ont marqué au fer rouge. Certains nous ont fait rêver, d’autres voyager, certains nous ont même terrifié, et d’autres enfin nous ont fait nous sentir…bizarre. Oui, c’est pas clair, pourtant, ceux qui ont joué à Weird Dreams à l’époque savent très spécifiquement de quel sentiment je parle.

TOMAGIQUEWeirddreamsjacketSi Lewis Carroll rencontrait Abbie Hoffmann (l’homme qui a découvert le LSD) et décidaient de faire un jeu, ça pourrait être Weird Dreams. Les idées étranges pullulent, les scènes marquantes s’enchainent (en fait, les scènes non marquantes sont exception dans ce petit chef-d’oeuvre) sans jamais se ressembler, et le joueur sombre lentement dans un délire fébrile, dans les replis de l’inconscient d’un héros sur une table d’opération, se perdant dans ce labyrinthe de cauchemars colorés squattés par un démon, si l’on en croit la nouvelle qui fait office d’introduction au jeu.

Evidemment, je n’avais pas lu la nouvelle incluse dans la boite à l’époque, ayant l’excellente habitude de ne pas ouvrir les notices des jeux que j’achetais (à moins que, à ma grande honte, je n’ai eu qu’une « copie de sauvegarde » sous la main, impossible de me souvenir, mais je crois que je l’ai acheté) (…sérieux, je vous assure!). C’est donc complètement cul nu que je débarquai dans cet univers étrange, plus qu’étrange même, carrément cinglé, malsain, et en même temps séduisant, confortable, vraiment à la manière d’un rêve inquiétant et cotonneux, dont on aime se souvenir au réveil, mais qui n’était pas forcément agréable à rêver car trop intense, trop hors normes pour pouvoir s’y sentir chez soi. Les énigmes perverses se succèdent, se soldant généralement par une mort violente, dans des décors magnifiques.

TOMAGIQUEWeirddreamsfootDans le déroulement des choses, on pourrait presque penser parfois à du Dragon’s Lair, tant l’action est scriptée d’une part, mais aussi dans la mesure où la qualité de l’ensemble évoque le dessin animé. Chaque tableau est une énigme millimétrée, et l’on croisera une grosse dame en tutu en sautant sur des touches de piano avec un bout perverti de Casse-Noisette de Tchaikovsky en musique de fond, des guêpes géantes dans une machine à barbapapa non moins gigantesque, des miroirs dans le désert, des ennemis obscènes qui tomberont sous les coups de poisson (oui, à ce moment, vous serez armés d’un poisson, seulement l’un des nombreux objets loufoques que vous serez amené à utiliser) toujours dans une terre aride, entre autres. Mais comme beaucoup de joueurs, c’est une scène en particulier qui s’est gravée à jamais dans ma mémoire.

TOMAGIQUEweirddreamrosesVous arrivez à un moment dans une sorte de jardin anglais aux couleurs chatoyantes et contrastées, carrément magnifique, avec un beau rosier au milieu du chemin. En avançant vers ce dernier, les fleurs deviennent carnivores, bougent et grandissent. Si vous réussissez à passer l’obstacle en savatant ces roses mangeuses d’hommes à coups de bâton, vous croiserez ensuite une petite fille qui veut jouer au ballon avec vous. Vous échangerez quelques passes, non sans avoir cru remarquer une bouche très « dentue » apparaître sur la balle. Vous vous ferez certainement bouffer par la balle quelques fois avant de trouver le bon endroit pour jouer avec elle. Mais au bout d’un moment, vous louperez votre passe, renvoyant la balle trop loin. La petite fille avancera vers vous avec un sourire malsain et un grand couteau caché derrière elle, arrivera doucement à votre portée, puis vous charcutera allègrement. Je suis resté bloqué un sacré bout de temps sur cet écran, avant de capter la combine et me débrouiller pour que la baballe change de cible et boulotte la gamine plutôt que moi. Deux écrans tout simples, tout bêtes, mais qui cristallisent l’essence de l’ambiance générale de ce jeu décidément pas comme les autres.

TOMAGIQUEWeirddreambaballeWeird Dreams est souvent oublié dans les listes des meilleurs jeux du monde, et pourtant, malgré une certaine raideur dans les maniements, il reste très certainement un jeu unique en son genre, entre le pseudo point’n click et le puzzle game cinglé avec une dose de plateforme. Sans précédent, sans successeur, les vrais continuent à penser à Weird Dreams, à frissonner en pensant à la petite fille, aux monstres, aux docteurs penchés sur vous, à plus forte raison si vous réussissez à finir le jeu…

TOMAGIQUEweirddreamdocEt c’est donc ici que je vous abandonne, en espérant vous avoir donné des sueurs froides et quelques cauchemars, et en vous donnant évidemment rendez-vous dans sept jours, pas plus, pas moins.

toma überwenig

2 réponses
  1. Toma Überwenig
    Toma Überwenig dit :

    « Cinglé », pfff, tout de suite les grands mots!
    On peut très bien avoir des voix dans la tête qui nous disent de déguiser nos voisins en pandas avant de les enfermer dans leur propre cave et être tout à fait sociable et sain d’esprit *mouvement de tête saccadé accompagné d’un tic nerveux au niveau des paupières*, si si…

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *