AB21

« Vous êtes beaux, forts, et prêts à vivre des moments palpitants? Engagez vous dans l’armée de l’air!  » Ce slogan aurait pu servir pour promouvoir la série After Burner dans les salles d’Arcade. Shoot em up en profondeur comme Space Harrier, l’avion que contrôle le joueur fonce à toute allure, cartonnant le plus d’ennemis possibles. La course au score devient donc celle pour sa survie. Le premier épisode sorti en Juillet 1987 en Arcade a fait un carton, donnant des portages à foison. Le deuxième est sorti la même année , toujours la même année, avant un repos de 20 ans. Que vaut il ? et doit on se jeter sur son édition 3D de l’Eshop 3DS?

ENGAGEZ VOUS

Sauvé

Sauvé

Afterburner II reprend beaucoup de son prédécesseur, si bien qu’il ressemble plus à un addon. On contrôle toujours un Tomcat F14, avec pour mission de défendre la patrie sur plusieurs demi douzaines de niveaux boostés au kérosène. Les ennemis arrivent par vagues et peuvent tirer ou non des missiles, mettant au tapis en un seul coup. C’est donc un effort de précision, de rapidité et d’économie de ressources que le joueur doit effectuer afin de faire exploser les scores. A l’instar d’un Space Harrier, les niveaux varient surtout dans leur choix de palette de couleurs, mais vous pouvez également faire du rase motte dans les canyons. Mais le jeu n’est pas que de l’esquive, vous pouvez également répliquer par les armes. Les canons sont plus rapides mais peu précis et devront être tirés par dizaines sur un opposant pour le détruire, tandis que les missiles téléguidés seront dévastateurs mais en quantité plutôt limitée. il faudra jouer entre les différentes armes pour avancer, sachant que les ravitaillements arriveront qu’une fois tous les 2 ou 3 niveaux. Mais l’intérêt reste présent et faire les 23 niveaux dans les crédits impartis reste gratifiant. Le constat est identique sur 3DS? presque…

GUERRE DE POCHE

AB23Reste à savoir ce que vaut l’adaptation sur 3DS.  Techniquement, on est ravis et ce dès l’introduction, avec une démonstration par la machine sans temps morts. On peut paramétrer son avion, la difficulté, les vies ou encore les missiles, et un encart mode spécial est disponible pour ceux qui ont terminé la partie une fois. En parlant partie, une bonne chose est ajoutée avec le choix du niveau de départ en fonction de ce qu’on a déjà terminé. Ça peut rebuter les plus nostalgiques, mais au moins il n’est pas nécessaire de se retaper tout le jeu si on s’est pris un missile en traitre ou que l’avion soit parti dans le mur. Et là on touche au point le plus gênant du jeu, à savoir la lisibilité. Si comme votre serviteur, vous avez une 3DS classique, l’action rapide et la pluie de missile demandent un temps de réaction quasi divin. Il peut arriver que vous bougiez votre F-14 dans tous les sens en croisant les doigts pour éviter le missile. C’est d’autant plus vrai que la courbe de difficulté progresse de manière impressionnante, donnant parfois des niveaux où toute l’armée de l’air ennemie en veut à votre peau. le constat est moins présent sur une 3DS XL, même si le mini joystick lui aussi n’est peut être pas totalement adapté à ce genre de jeu nerveux. La version 3DS contient toujours 23 niveaux, mais contient une surprise une fois terminée. Le mode spécial évoqué plus tôt permet de manipuler littéralement le champ de bataille, avec comme plus grande fonctionnalité de ralentir le temps. Le jeu prend alors une tournure plus « Matrix » mais Sega nous propose une nouvelle manière de faire le jeu, ce qui est toujours ça de pris…surtout pour 5 euros.

A retenir

3D After Burner II remplit son pari : transposer le hit arcade sur la 3DS. L’action est dynamique, on mitraille le ciel entier avec plaisir, et le jeu est prenant et avec du challenge. On peut peut être reprocher une maniabilité demandant un temps d’adaptation sur un écran assez petit (sur 3DS classique) et un côté légèrement répétitif, mais pour 5 euros c’est minime. En place pilotes!

Flbond

Informations sur le jeu

Plateforme :  3ds

Genre : Tir/Shoot em up

Développeur : M2

Éditeur : SEGA

Date de sortie : 2014

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *